LSAP et asile 1/4 : Ambiguïtés du programme

Sévère mais digne, c’est l’impression que peut laisser le programme du LSAP en matière de traitement des réfugié-e-s. Une impression à relativiser – et pas seulement suite à la conférence de presse du parti la semaine dernière (voir LSAP et asile 2/4).

« Debout les damnés de la terre ! » Congrès électoral du LSAP en couverture du woxx (photo de Guy Hoffmann). Mais une fois debout, ces damné-e-s seront-elles et ils les bienvenu-e-s ?

Le LSAP, à travers son ministre de l’Immigration et de l’Asile Jean Asselborn, est en grande partie responsable de la politique envers les réfugié-e-s des dernières années. Une politique sans doute moins répressive que dans la plupart des pays voisins. De surcroît, la plupart des critiques concernent les conditions d’accueil, sous la responsabilité de la ministre de la Famille Corinne Cahen (DP). La générosité (toute relative) du ministre socialiste se retrouve-t-elle dans le programme électoral de son parti ?

À première vue, on ne peut être que déçu-e. Dès le premier alinéa consacré à la politique d’asile européenne (LSAP-Wahlprogramm, p. 104), les socialistes opposent le droit d’asile et « la traite des êtres humains et l’immigration illégale ». Comme si toutes celles et tous ceux qui ne sont pas persécuté-e-s au sens de la convention de Genève s’associaient au crime de la traite des êtres humains. La confusion est multiple, notamment parce qu’une partie des franchissements illégaux de frontières relève de la contrebande et non de la traite, et que, le cas échéant, les réfugié-e-s sont les victimes et non les complices de la traite des êtres humains.

Droit d’asile et Union européenne

Le programme insiste surtout sur la nécessité de réformer et d’harmoniser les politiques d’asile européennes afin de les rendre plus cohérentes. Mais de quelle harmonisation s’agit-il ? Les politiques doivent-elles devenir uniformément sévères ou uniformément « humaines » ? D’un côté, le LSAP plaide pour une surveillance « plus effective » des frontières extérieures de l’UE (p. 27) – un appel à la chasse aux réfugié-e-s, telle qu’elle se déroule actuellement en Méditerranée ? D’un autre côté, d’après le programme, « le LSAP s’engagera (…) pour une amélioration de la situation de vie des personnes qui ont besoin d’une protection internationale. Cela vaut en particulier pour les groupes fortement vulnérables exposés à des risques plus élevés, comme des enfants non accompagnés, des malades ou des femmes enceintes ».

Le LSAP semble donc souhaiter une harmonisation vers le haut, vers plus d’humanité. Du moins pour les « personnes qui ont besoin d’une protection internationale ». Cela peut apparaître très restrictif dans un contexte d’afflux massif de réfugié-e-s auxquel-le-s Genève ne s’applique pas. Et quid de la dignité humaine des autres ?

Sévérité et humanité envers les réfugié-e-s

D’après nos informations, l’intention du LSAP est de considérer comme légitimes, en plus des réfugié-e-s fuyant une persécution au sens de la convention de Genève, celles et ceux qui peuvent bénéficier de la protection subsidiaire, notamment les réfugié-e-s de guerre – comme cela a été pratiqué au Luxembourg par le passé. Reste l’impression que les migrant-e-s qui fuient la misère et le manque de perspectives sont quasiment considéré-e-s comme des criminel-le-s. En ce qui concerne le traitement de ces dernier-ère-s, le programme précise heureusement que même dans le cadre des expulsions, la dignité humaine des concerné-e-s doit être respectée.

Enfin, le programme du LSAP prévoit la création de « structures à long terme pour demandeurs d’asile déboutés et personnes sans droit de séjour, dont une ‘maison retour’ pour familles et personnes à besoins spécifiques ». À première vue, cela signifierait une multiplication des « centres de rétention » (« Abschiebeknast »), alors que les critiques de l’enfermement de réfugié-e-s demandent leur abandon. Sur ce point, la conférence de presse du LSAP a éclairci les choses (voir LSAP et asile 3/4).

Tous les articles du dossier online-woxx sur le LSAP et les réfugié-e-s.
L’article sur le programme du LSAP dans le woxx du 20 juillet (en allemand).

Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.