Multinationales: En finir avec l’impunité

L’ASTM lance un appel au gouvernement luxembourgeois : il faut mettre fin à l’impunité des grandes multinationales !

Tom Theves, le chef de cabinet au ministère de l’Économie (à gauche) reçoit le rapport « Hors de contrôle : mettre fin à l’impunité des multinationales » de la main de Pablo Fajardo, avocat des victimes de Chevron/Texaco en Équateur. (© ASTM)

Ce jeudi 2 novembre, Pablo Fajardo, avocat mandaté par les communautés de l’Amazonie équatorienne affectées par la pollution causée par Chevron (anciennement Texaco) dans leur région, a remis à Tom Theves, chef de cabinet du ministre de l’Économie Étienne Schneider, le rapport « Hors de contrôle : mettre fin à l’impunité des multinationales » que vient de publier l’Action Solidarité Tiers Monde (ASTM).

L’avocat, entouré de militants tiers-mondistes, a appelé le gouvernement luxembourgeois à responsabiliser les multinationales établies au grand-duché. Il serait grand temps que des normes contraignantes les obligent à prévenir les atteintes aux droits humains et à l’environnement. De telles normes devraient aussi forcer les multinationales à réparer les dommages causés par leurs activités, partout où elles ou leurs filiales sont opérationnelles. « Il est urgent que les pays européens agissent pour protéger les victimes de violations des droits humains causées par les activités des grandes entreprises établies sur leur territoire. Il faut mettre fin aux doubles standards », a déclaré Pablo Fajardo à cette occasion.

Auparavant, lui et deux membres de l’ASTM, Jean Feyder et Katy Medernach, avaient participé à Genève à la troisième session de négociations d’un traité international contraignant sur les droits humains et les sociétés transnationales. Alors même que 85 pour cent des multinationales ont leur siège dans les pays du Nord et que la majorité des victimes de violations des droits humains se trouvent dans les pays du Sud, il s’est avéré que l’Union européenne et les États-Unis essayent de bloquer ce processus.

L’exemple de la partie de l’Amazonie située en Équateur illustre bien le besoin d’agir au niveau international : depuis bientôt un quart de siècle, quelque 30.000 indigènes et paysans de cette région, appuyés par l’ASTM depuis 10 ans, luttent pour obtenir justice et réparation des dommages environnementaux, sociaux et culturels causés par les opérations pétrolières de Texaco (reprises par Chevron). De 1964 à 1992, cette compagnie y avait extrait du pétrole, laissant derrière elle plus de mille bassins toxiques emplis de pétrole qui ont contaminé les eaux et les sols de la région.

Cette action s’inscrit dans la campagne « No corporate impunity – Droits humains avant profit » que vient de lancer l’ASTM et dont les détails peuvent être consultés sur nocorporateimpunity.lu


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.