Musique classique
 : À la russe


Jouer devant un public fait aussi partie de la formation au conservatoire de la Ville de Luxembourg. Et la qualité est souvent au rendez-vous… à un prix imbattable. Bref tour d’horizon à l’occasion d’un prochain concert de l’orchestre symphonique des élèves.

« Je viens toujours au conservatoire. Il y a vraiment d’excellents concerts. À la Philharmonie, ça coûte cher… et c’est trop guindé pour moi », confiait une vieille dame pourtant tirée à quatre épingles lors d’une représentation en décembre. Difficile de lui donner tort, côté musique en tout cas : avec un programme culturel foisonnant joué par les élèves et en grande majorité gratuit (en plus de l’accueil de productions internationales dans le grand auditorium loué à cet effet), il y en a pour tous les goûts chaque mois. On a même pu voir à ce tarif imbattable, en octobre dernier, une production semi-professionnelle d’excellente qualité de « L’enfant et les sortilèges », un opéra de Maurice Ravel sur un livret de Colette. Et côté sape, c’est vrai, l’ambiance est peut-être plus décontractée à Merl qu’au Kirchberg…

L’orchestre symphonique des élèves, formation phare de la maison, invite donc la semaine prochaine à un concert placé sous le signe des compositeurs russes. Sous la baguette de Marc Meyers, directeur du conservatoire, les jeunes instrumentistes les plus avancés de l’établissement commenceront par les « Danses polovtsiennes » de Borodine, tirées de l’opéra « Le prince Igor ». Une œuvre aux mélodies bien connues dont les dix petites minutes d’exécution voient se succéder nostalgie, sensualité, rythmes effrénés et couleurs sonores variées. Tout concourt à mettre en valeur la dextérité orchestrale d’un ensemble jeune et sans cesse renouvelé, mais qui n’a pas froid aux yeux dans son exploration du répertoire classique.

Après cette mise en oreille viendra un mouvement du « Premier Concerto pour piano » de Rachmaninov. Ce sera l’occasion de découvrir le jeu de Laetitia Shi, récente lauréate d’un premier prix… ou de le redécouvrir, puisque la jeune pianiste a déjà, la saison dernière, interprété un concerto de Mozart avec l’Orchestre de chambre du Luxembourg. Ce « Premier Concerto » est d’ailleurs très adapté à la circonstance : il date en effet des années d’études du compositeur au conservatoire de Moscou. On y entend les longues mélodies chantantes qui constitueront une marque de fabrique de Rachmaninov ; mais, concerto oblige, la virtuosité n’est pas en reste, avec des passages parfois redoutables.

Enfin, cette soirée musicale russe se terminera avec les « Tableaux d’une exposition » de Moussorgski orchestrés par Ravel. Une apothéose où les subtiles mélodies et les rythmes endiablés du Russe sont parfaitement rendus par la science de l’instrumentation du Français, et dont les thèmes sont également très connus. Le large effectif de l’orchestre permettra de constater les multiples dispositions des jeunes talents locaux, dont l’enthousiasme musical n’a rien à envier à celui des formations professionnelles du grand-duché.

Une autre bonne raison pour aller les écouter… tout en tenant à l’œil le programme des mois à venir. Car oui, si l’affiche du 27 janvier fait la part belle à des œuvres du répertoire souvent jouées, il y a aussi d’intéressantes découvertes à faire toute l’année au conservatoire, et à un rapport qualité-prix qui frôle le délit d’initié. Cela valait bien un petit rappel, non ?

Samedi 27 janvier à 20h, au 
conservatoire de la Ville de Luxembourg. 
Tous les concerts : conservatoire.lu

Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.