Musique classique
 : Notes pleines en plein air


Devant le succès rencontré l’année dernière par le concert sur la Kinnekswiss, le Luxembourg City Tourist Office remet le couvert et propose un festival classique dans le parc municipal. Petite revue de ce « Kinnekswiss Loves… ».

(Photo : Alfonso Salgueiro Lora)

Avec l’été et la venue des beaux jours, les activités de plein air déploient leurs charmes et les salles de concert se vident peu à peu. La pause estivale se profile à l’horizon. Mais avant leur sevrage relatif jusqu’en septembre, amatrices et amateurs de classique pourront conjuguer les plaisirs extérieurs avec ceux de l’oreille grâce au festival « Kinnekswiss Loves… ». Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la Ville de Luxembourg leur a concocté un programme alléchant.

À tout seigneur tout honneur, c’est l’Orchestre philharmonique du Luxembourg qui s’installera le premier dans le parc municipal, ce samedi 30 juin à 21h. À la baguette, le directeur musical Gustavo Gimeno lancera la soirée par la trépidante ouverture de l’opéra « Rouslan et Ludmila » composé par Mikhaïl Glinka. Un classique des concerts de plein air, avec ce côté réjouissant qui convient bien à une fête populaire où les pique-niques sont encouragés. La brillance de l’orchestre sera soulignée par d’autres pièces festives (citons encore le ravissant « España » d’Emmanuel Chabrier), mais le parc municipal sera aussi sous le signe du chant, avec la mezzo-soprano Elina Garanca, qui donnera à entendre de larges extraits d’un rôle emblématique de sa tessiture, la « Carmen » de Georges Bizet. Gageons que la chaleur et la profondeur de la voix de la cantatrice lettone sauront réchauffer les personnes gagnées par l’atmosphère parfois frisquette d’un début de nuit estival au grand-duché. Ambiance et musique de qualité garanties donc, à un prix défiant toute concurrence puisque l’événement, avec des artistes à la reconnaissance internationale, est évidemment gratuit.

(Photo : Paul Schirnhofer DG)

Le lendemain, ce sont les plus jeunes qui ouvriront les festivités à partir de 15h, avec des ateliers d’éveil musical, d’initiation à divers instruments et même de fabrication de percussions. À 17h, la scène sera cette fois confiée à l’Orchestre de chambre du Luxembourg accompagné d’élèves du conservatoire de la Ville de Luxembourg, sous la direction de Marc Meyers. Au programme, de la musique dansante à foison avec plusieurs « Danses slaves » d’Antonín Dvorák ou des extraits d’« On the Town » de Leonard Bernstein. Rien ne s’oppose d’ailleurs à ce qu’on entame quelques pas de danse, et plus si affinités, sur le gazon de la Kinnekswiss… Mais là encore, le chant sera aussi de la partie : les Pueri cantores du conservatoire, dirigés par Pierre Nimax Jr, rejoindront l’orchestre pour interpréter entre autres les énergiques « Danses polovtsiennes » extraites de l’opéra « Le prince Igor » d’Alexandre Borodine. Tout aussi énergiques, les « Chichester Psalms » de Bernstein encore, avec de nombreux accents percussifs – sûrement en écho aux ateliers de fabrication qui se seront tenus avant le concert. Comme la veille, l’atmosphère sera donc énergique et allègre, comme il convient à un rassemblement musical en extérieur.

Loin de l’ambiance feutrée des salles de concert traditionnelles, avec la possibilité d’aller et venir à sa guise, le festival « Kinnekswiss Loves… » offre à celles et ceux qui souhaitent découvrir une musique classique festive l’occasion de passer de beaux moments d’été en plein air. Une bien bonne idée.

Ce samedi 30 juin à 21h et ce dimanche 1er juillet à partir de 15h, au parc municipal de la Ville de Luxembourg. Entrée gratuite.

Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.