Musique classique
 : Récital éclectique

Les concerts du toujours dynamique centre culturel Altrimenti sont l’occasion de découvrir de jeunes talents, mais aussi de réécouter des musiciennes et musiciens émérites. Arrêt sur le prochain rendez-vous, avec la pianiste Kae Shiraki.

Ne vous fiez pas
aux apparences :
si Kae Shiraki cède parfois à la mode des photos promotionnelles,
elle n’en est pas moins une excellente pianiste. (Photo : kaeshiraki.com)

« New Classic Stage », c’est le nom du « festival permanent de musique classique » que propose le centre culturel Altrimenti, sous la direction artistique d’Albena Petrovic. Sous l’impulsion de la compositrice luxembourgeoise et du directeur Diego Lo Piccolo, la salle Rheinsheim s’est ainsi petit à petit transformée en un nouveau lieu incontournable de la scène musicale classique : tout au long de la saison, des concerts divers et variés se succèdent, souvent avec des instrumentistes du grand-duché et avec une forte prépondérance de récitals de piano. Le dernier rendez-vous de cette saison reste d’ailleurs dans ce schéma, puisque c’est la pianiste japonaise Kae Shiraki qui se produira ce dimanche après-midi.

Désormais enseignante au conservatoire de la Ville de Luxembourg, Kae Shiraki commence le piano à trois ans à Tokyo. À six ans, elle joue déjà avec un orchestre de chambre, après avoir remporté un premier prix d’interprétation. Plusieurs autres suivront dans de nombreux concours internationaux. Elle continue ses études musicales à Munich, puis les achève à Paris, avant de s’installer au Luxembourg. Elle monte souvent sur scène en France et en Allemagne, mais se produit également dans le reste de l’Europe. Au grand-duché, on a pu la voir plusieurs fois par exemple à la Philharmonie, que ce soit en récital ou avec l’ensemble Ars Nova Lux.

Pour cet ultime récital de la saison 2017-2018 de « New Classic Stage », la pianiste a concocté un programme résolument éclectique, à l’image de son jeu qui sait se faire à la fois virtuose et chantant. Du romantisme en plat de résistance, avec pour commencer chaque partie une pièce des époux Schumann : Clara d’abord, avec les « Variations sur un thème de Robert Schumann », au lyrisme retenu, puis Robert ensuite, avec les « Kreisleriana », long chef-d’œuvre sombre inspiré par les textes de l’écrivain E. T. A. Hoffmann. Puis avec le contemporain Nikolaï Kapoustine (né en 1937 à Moscou), place à une musique rythmique aux harmonies jazz revendiquées, qui semble improvisée bien que strictement écrite. Un contraste certain, qui se prolongera avec la transcription par Rachmaninov pour piano seul de « Liebesleid », du violoniste Fritz Kreisler : le romantisme exacerbé sera de retour… pour céder finalement à la musique contemporaine et locale, car Kae Shiraki a choisi de rendre hommage à sa programmatrice Albena Petrovic en interprétant le morceau « Mirages / … je t’attends là, à la fin de l’hiver ».

Même si le romantisme composera la majorité du programme de dimanche et que la diversité sera assurée par des pièces moins longues, c’est donc à un récital alléchant et varié qu’on pourra assister, afin de découvrir ou redécouvrir toutes les facettes du jeu de Kae Shiraki. Avant, on l’espère, une nouvelle saison intéressante de « New Classic Stage » où les trouvailles alterneront avec la confirmation de talents locaux. Car la belle musique n’est pas seulement sur les grandes scènes avec des artistes du « star-system » classique mondialisé : les émotions fortes sont aussi juste au coin de la rue.

Au centre culturel Altrimenti, 
ce dimanche 10 juin à 17h.

Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.