EUROPA / PALÄSTINA: Wegschauen geht nicht mehr

Nach dem Scheitern des Oslo-Prozesses muss die EU in der Palästina- Frage eine eindeutige Position beziehen. Neutral bleiben hieße, den militärisch Stärkeren unterstützen.

„Le changement dans la continuité“ – dieses einst von Jacques F. Poos kreierte Prinzip luxemburgischer Außenpolitik wird auch von seiner liberalen Nachfolgerin Lydie Polfer in Ehren gehalten. Auf den Israel-Palästina-Konflikt bezogen heißt das: Nach außen hin wird strikte Neutralität gewahrt. Verbal werden zwar die Exzesse der israelischen Seite verurteilt, echte Konsequenzen aber keine gezogen.

Jean-Louis Wolzfeld, „directeur des affaires politiques“ im Außenministerium, rechtfertigte diese Doktrin anlässlich eines sehr gut besuchten und in allen Hinsichten gelungenen Rundtischgespräches über den Israel-Palästina-Konflikt am vergangenen Dienstag. mehr lesen / lire plus

REGISTRE MARITIME: Un pavillon trop blanc?

Après Grethen, c’est Castegnaro qui doute du bien-fondé du pavillon maritime luxembourgeois. Son avenir est menacé, même s’il se débarasse de son image de pavillon de complaisance.

– Brume devant!
– En avant, toute!

„L’affaire Kralowetz a mis en évidence les dangers de la politique de recherche de niches économiques: pour les salariés et pour la renommée du Luxembourg“, a constaté John Castegnaro, président de l’OGB-L, mardi dernier. Il avait convoqué la presse pour s’exprimer sur le pavillon maritime luxembourgeois. L’OGB-L souhaite passer en revue toutes les niches accueillant des activités délocalisées, créées pour diversifier l’économie luxembourgeoise. Evidemment il ne peut passer à côté du pavillon maritime, alors que le seul rapport avec la mer qu’on trouve au Luxembourg sont des coquillages vieux de quelques millions d’années. mehr lesen / lire plus

Wolff Jean-François: “ Schauspieler ? Selbst schuld ! „

Au Théâtre des Capucins, l’acteur Jean-François Wolff répète „Chat en poche“ de Georges Feydeau, dans une mise en scène de Simon Eine de la Comédie Française.

„Du moment qu’on a choisi ce métier, il faut savoir plonger“. Jean-François Wolff, un acteur en apnée?
Photo: Christian Mosar

Le style particulier de Georges Feydeau est basé sur le quiproquo. Curieuse résonance d’affronter l’illusion, drôle de mécanique, marché de dupe? Dans „Chat en poche“, Jean-François Wolff joue un domestique amoureux d’une invitée. Il n’est bien entendu pas du tout d’accord avec ses patrons.

Comment procède-t-il? „On reprend tel trait de caractère, on regarde davantage, on observe. mehr lesen / lire plus

Costa-Gavras: Amen

Après la polémique suscitée par son affiche, il est presque impossible d’aborder „Amen“ de Costa-Gavras sans son cortège d’opinions diverses.

Ricardo Fontana (Mathieu Kassovitz) face aux sourdes oreilles du Vatican.

Seuls contre l’indicible

Etait-il utile de prolonger le symbole de la croix catholique par les branches de la croix gammée? Etait-ce si important d’en faire tout un foin? A cela, sans vouloir prolonger le débat, on serait tenté d’ajouter qu’il est étonnant de voir une Eglise s’offusquer à ce point du détournement d’un symbole, alors qu’il est question du silence de cette dernière sur des faits bien réels.

Sujet délicat, s’il en est, pour Costa-Gavras, qui s’est fait une spécialité des thématiques engagées, mettant en scène des individus confrontés aux dérives des pouvoirs en tous genres et sous toutes les latitudes. mehr lesen / lire plus

Zapzoo: 5 raisons de haïr Zap Zoo

(gk) – 1. In case of reality c’est pas anglais bon. 2. La grande diversité de styles (blues, rock, pop, valse, …) de Zap Zoo – que d’autres apprécient tout particulièrement – donne un album, qui part dans tous les sens et perd ainsi son identité musicale. 3. Si les arrangements ne manquent pas d’idées, la surabondance d’effets „spéciaux“ ne remplace pas l’authenticité dont devrait faire preuve un CD de singer-songwriter. 4. Il faudrait aussi éviter des rimes à quat‘ sous, genre: „Après aujourd’hui il y a toujours demain / Après demain il y a toujours après-demain“, ou encore: „You broke into my heart / And I threw away the key / It was open anyway / Now I won’t let you break out“. mehr lesen / lire plus

Lauer Christof: The Sting Project

Inspecteurs de Police

(jitz) – Le répertoire de jazz continue de puiser dans les chansons de la variété américaine des années ’30 à ’50, comme si les fignoleurs de belles mélodies et les architectes d’harmonies riches n’existaient plus de nos jours. Ils sont plus rares, certes, mais il en subsiste tout de même. Comme Sting, par exemple. Deux musiciens allemands, le saxophoniste Christof Lauer et le pianiste Jens Thomas, ont revisité en duo le répertoire de la vedette pop, en se promenant sur les mélodies de ses tubes pour ensuite s’en éloigner complètement et les rendre presque méconnaissables. Et c’est précisément en cela qu’une interprétation de jazz se différencie essentiellement d’une relecture „cover“ d’une chanson: on n’en fait pas une copie plus ou moins conforme, mais on n’utilise le matériel existant que comme tremplin pour se lancer dans quelque chose de nouveau et de personnel. mehr lesen / lire plus

Moutfort: Le Petit Valentin

Going out with Patty Valentine

(roga) – Le consortium de restaurants sous l’enseigne „Espaces Saveurs“ peut se prévaloir d’une flotte remarquable. Citons les „Come Prima“ et „Piu di Prima“, mais aussi „La Mirabelle“ ou le „Gusto“ à Esch. Le vaisseau amiral est toutefois le restaurant haut de gamme Le Petit Valentin. Installé dans un bistro du coin à Moutfort, savamment aéré pour en faire un lieu spacieux, mais intimiste. La carte est française avec une touche de modernité. Malgré les déclarations du patron, les végétariens sont laissés pour compte, même les poissons sont parfois liés au jus de viande. Nonobstant, le niveau de tous les plats est hors de question, avec un raffinement indéniable. mehr lesen / lire plus

Body Double (x): Arrête ton char

(gk) – „Qui découvre Body Double (x) pour la première fois peut ne pas distinguer que le sujet regardant [le public?] se trouve d’emblée plongé à l’intérieur même d’un langage ne cessant d’être interprété [du charabia?], dans l’actualité d’une projection en cours [au cinéma?].“ Voilà l’analyse d’un film de Brice Dellsperger, trouvée sur le site *www.bodydoublex.com*, où l’artiste parisien présente sa version de „L’important c’est d’aimer“ d’Andrej Zulawski. Heureusement, le reste du site évite ces excroissances langagières d’intello. Des extraits montrent notamment des images d’une beauté sobre. On y découvre l’étonnant travail de Jean-Luc Verna, qui incarne les rôles de Romy Schneider, de Jacques Dutronc, de Klaus Kinski, …, à lui tout seul. mehr lesen / lire plus

AUSLANDSADOPTIONEN: Ein Kind um welchen Preis?

Mit der Ratifzierung der Konvention zur internationalen Adoption sollen Kinder besser vor Kinderhandel und -raub geschützt werden. Problematisch bleibt die Auslandsadoption aber weiterhin.

(ik) – Dubiose Vermittlungsstellen, die ausländische Kinder zu horrenden Preisen anbieten, ein adoptiertes Kind aus Indien, dessen Freigabe zur Adoption sich als gefälscht entpuppt – Skandale rund um das Thema Auslandsadoptionen gibt es im Luxemburger Ausland immer wieder. Solch kriminellen Machenschaften will die Den Haager Konvention aus dem Jahre 1993 zum Schutz von Kindern und zur Zusammenarbeit auf dem Gebiet der internationalen Adoption künftig einen Riegel vorschieben. Auch Luxemburg, bisher lediglich Unterzeichnerstaat, will diese Konvention nun in nationales Recht umwandeln. mehr lesen / lire plus

Kuffer Lynn: Rien que de bonnes expériences

Elle a la musique dans le sang et la vit pleinement, heureuse d’être femme dans des contrées où la liberté n’est pas liée au sexe.

Learning by doing – voilà le leitmotiv de Lynn Kuffer.

Photo: Christian Mosar

CHANTEUSE

Institutrice de formation, vingt-sept printemps à peine, l’interprète Lynn Kuffer a fait du chant sa seconde vocation. Vainqueur en 2000 du grand concours national Emergenza avec „Low Density Corporation“, la jeune chanteuse montera sur scène ce vendredi 8 mars, journée mondiale de la Femme, avec le groupe „Blue Swallow“ pour un concert inédit au café L’Inouï à Redange.

woxx: Vous serez sur scène ce 8 mars, la journée mondiale de la femme. mehr lesen / lire plus

Davis Carl: LIVE CINEMA

25 années d’existence pour la Cinémathèque luxembourgeoise et 15 ans de „live cinema“ se fêtent en images signées Buster Keaton et Charlie Chaplin et en musiques composées et dirigées par Carl Davis.

Grâce au Luxembourg

woxx: Jusqu’à quel point étiez-vous sous la direction de Buster Keaton pour „The General“?

Carl Davis: Totalement. J’étais l’esclave du film. Composer pour un film muet est un travail tellement unique. Dans le cas d’un nouveau film, il y a toujours plusieurs personnes – réalisateur, producteur, etc. – qui créent, ensemble, quelque chose de nouveau. Dans ce cas-ci, je dois avoir un point de vue historique. mehr lesen / lire plus

Costa Gavras: Amen

Costa Gavras met en scène cette histoire autour de l’extermination des juifs par les nazis, en évitant tout voyeurisme macabre. C’est bien. Mais le film se déroule trop linéairement. Pas de hauts ni de bas dans l’émotion transmise. Mathieu Kassovitz a résolument trop peu d’expérience d’acteur pour rendre toute la profondeur d’un personnage de vicaire extrêmement tragique. Seul l’excellent Ulrich Tukur arrive à faire ressentir, par moments, toute l’horreur des événements mis en images dans ce film.

A l’Utopia.

Germain Kerschen

mehr lesen / lire plus

ROCK: Sonjas Season

Indian Summer

(rw) – Sonic Season hatte beim diesjährigen Emergenza-Festival zwar etwas weniger Glück als im Vorjahr, ist aber weiterhin äußerst aktiv. Neben zwei Auftritten am Samstag beim Planet-RTL-Abend im Atelier und am 23. März im Intro-Café in Düdelingen ist im Winter die erste Maxi der Folk-Rock-Gruppe erschienen. Die Ausbeute an eigenen Songs ist noch nicht sehr groß. Dennoch: Auf der CD Indian Summer überzeugt weiterhin ihr handwerkliches Können, und vor allem die Stimme von Sonja Hewer, der Frontfrau der Band. Für das Debütalbum, das Ende des Jahres erscheinen soll, wäre vielleicht noch etwas mehr Pepp und Innovationsgeist zu wünschen. Die Kompositionen (auch aus der Feder der Leadsängerin), bleiben doch dem Geist von Vorbildern wie „Indigo Girls“, Amanda Marshall oder Melissa Etheridge noch recht stark verhaftet. mehr lesen / lire plus

XI Biennale: Mélanger les mouvements et les couleurs

(vs) – Leopold Sedar Senghor (1906 – 2001) disait que „danser c’est découvrir et recréer, surtout lorsque la danse est danse d’amour. „C’est en tout cas“, ajoutait-il, „le meilleur mode de connaissance“. La XI Biennale de Luxembourg qui se tiendra du 8 au 21 mars inclus au Konschthaus beim Engel, 1, rue de la Loge, s’inspire pleinement des mots du grand poète, humaniste et homme d’état sénégalais et offre une grande occasion de connaissance.

Les cinquante artistes qui exposeront leurs oeuvres sont originaires des quatre coins d’Europe, de la Sicile à la Suède, en passant par l’Espagne et la Pologne. Mais seront aussi présents des artistes provenant d’autres continents comme la Japonaise Hagi Rika avec son boléro en encre de chine et Farhat Sedigheh, originaire d’Iran mais vivant actuellement à Paris, qui propose un petit bijou de miniature: „la danseuse persane“. mehr lesen / lire plus