Politique culturelle : hautes ambitions

Les fameuses assises culturelles avaient presque disparu de notre mémoire collective, engluée de plus dans la torpeur estivale. Mais voilà qu’elles réapparaissent dans le feuilleton. C’est grâce au député socialiste Franz Fayot – auquel certaines sources avaient imputé un intérêt pour le poste de ministre de la Culture – et à son collègue de la capitale Marc Angel qu’on se souvient de cet événement, qui n’a pas vraiment fait l’unanimité dans la scène culturelle. Dans sa question parlementaire au ministre Xavier Bettel, Fayot s’inquiète notamment du destin de Jo Kox. L’expert désigné pour se creuser les méninges sur les résultats des assises et en tirer des conclusions qui pourront mener à un plan de développement culturel – autre promesse de la coalition – ne travaillerait plus que 16 heures par semaine, seul de surcroît. Dans sa réponse, Bettel essaie de tempérer : non, l’ancien directeur du Casino ne sera pas seul mais pourra s’appuyer sur des fonctionnaires du ministère. Qui seront plus débordés encore, vu le non-remplacement de Bob Krieps, mais passons. Et puis le plan de développement, ce sera pour juillet 2018 – après les prochaines assises… et juste avant les élections.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.