Quand la Turquie appelle à arrêter des terroristes…

Depuis que, le 3 août, le journaliste turco-suédois Hamza Yalçin a été arrêté à l’aéroport de Barcelone en application d’un mandat d’arrêt international émis à la demande de la Turquie, la grogne envers les autorités espagnoles va croissant. Le mandat d’arrêt accuse le journaliste d’avoir entre autres insulté le président turc Erdoğan et d’être lié à un groupe d’extrême gauche illégal. Le député CSV Laurent Mosar avait alors réagi par une question parlementaire au ministre des Affaires étrangères et européennes pour connaître « la pratique luxembourgeoise relative à des mandats d’arrêt internationaux émis par la Turquie contre des journalistes turcs ». Dans sa réponse, Jean Asselborn explique que « le Luxembourg n’a connu qu’une seule demande d’extradition à l’égard d’une journaliste de nationalité turque, et ce au courant de l’année 2006. La Chambre du conseil a émis un avis négatif de sorte que le ministre de la Justice a dès lors refusé la demande d’extradition turque ». Ce que n’explique cependant pas le ministre, c’est qu’à l’époque, entre le jour de l’arrestation de Zubeyde Ersöz en cellule d’isolation (!) à Schrassig et son jour de libération trois mois et demi se sont écoulés. Elle avait été incarcérée au moment même où elle voulait déposer sa demande d’asile politique – suite à un mandat d’arrêt turc qui lui reprochait d’être une terroriste. Qui sait ce qui se serait passé si son cas n’avait pas été rendu public à l’époque par le woxx, et qu’à la suite il n’y avait pas eu création d’un comité de soutien venant en aide à la journaliste kurde tellement désespérée qu’elle avait même entamé une grève de la faim ?


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !

Flattr this!

Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.