Réformer l’Europe après la crise

Jeudi soir, une conférence de la Chambre des salariés analysera les politiques de sortie de crise et les conséquences pour la zone euro.

Xavier Timbeau (OFCE), invité par la CSL

Dix ans après le début de la grande crise financière et économique, une certaine reprise économique se fait sentir. D’un côté, il y a celles et ceux qui demandent qu’on en profite pour juguler l’inflation et rembourser les dettes. De l’autre, celles et ceux qui pointent les inégalités persistantes et contestent que la crise serait finie. Xavier Timbeau défend une position plus nuancée : « La reprise en Europe, et particulièrement en zone euro, se renforce. Le chômage se réduit, mais laisse une situation sociale dégradée dans certains pays. (…) Malgré la reprise, la tension politique et sociale reste forte. »

« Réformer l’Europe maintenant que la situation s’améliore », c’est le titre de la conférence qu’impulsera le directeur de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), invité par la Chambre des salariés (CSL). L’annonce de l’événement met en garde contre « les stratégies de sortie de crise, qui ne sacrifieront pas à la réduction trop rapide de la dette les investissements indispensables ».

Vive l’Union… mais pas celle de l’austérité !

Qui dit sortie de crise dit aussi réforme de l’Union monétaire européenne (voir par exemple les articles dans le woxx). Timbeau estime que la zone euro pourrait éclater à la suite d’une hausse de l’euro qui conviendrait à certains pays mais pas à d’autres. Il appelle de ses vœux « une architecture qui limite la divergence des économies européennes, renforce la stabilité des finances publiques et réduit drastiquement le risque de crise ». Et met en garde : « Certaines des propositions de réforme sur la table ne remplissent pas ces critères. »

Xavier Timbeau avait participé en 2015 au colloque « Alternatives pour l’Europe » de la CSL et s’était fait remarquer par une vision très large des questions abordées (compte rendu du woxx). Cette fois-ci, il sera l’animateur principal du débat, jeudi, 22 février, à partir de 18h30, au Parc Belle-Vue, 5, avenue Marie-Thérèse, Luxembourg. Détails et inscription sur le site de la CSL.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.