Table ronde ce mercredi : « Droits humains et environnementaux … et les entreprises ? »

 

Les représentant-e-s de six partis luxembourgeois, à savoir Michele Boz-Retter (ADR), Franz Fayot (LSAP), Max Hahn (DP), Henri Kox (déi gréng), Nathalie Oberweis (déi lénk) et Laurent Zeimet (CSV)  débattront ce mercredi 11 juillet à 18h30 sous le titre « Droits humains et environnementaux … et les entreprises ? ». Cette table ronde,est organisée par l’« Initiative pour un devoir de vigilance au Luxembourg » qui appelle à la mise en place d’une législation contraignante instaurant un devoir de vigilance pour les entreprises transnationales domiciliées au Luxembourg. Il s’agit de responsabiliser ces entreprises à intégrer le respect des droits humains, des normes de travail ainsi que des accords et des dispositions environnementaux internationaux dans l’ensemble de la chaîne de valeur des entreprises – depuis les lieux d’extractions des matières premières, des usines de transformation jusqu’au réseaux de distribution. Comme les codes de conduite qui reposent sur le principe d’un engagement volontaire des entreprises se sont avérés peu efficaces, dans plusieurs pays des campagnes qui demandent des législations contraignantes se sont développées ces dernières années. Depuis mars 2018 c’est aussi le cas du Luxembourg.

« Inspirée des Principes directeurs de l’ONU relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme adoptés en 2011, une telle législation sur le devoir de vigilance obligerait les entreprises d’évaluer l’ensemble de leur chaîne de valeur afin d’identifier les risques effectifs et potentiels en matière de droits humains et d’environnement et prendre les mesures nécessaires pour y remédier. Enfin, elles devraient rendre compte publiquement de leur évaluation et des mesures adoptées », affirme l’initiative dans une plateforme cosignée par treize organisations de la société civile : Action Solidarité Tiers Monde (ASTM), Caritas Luxembourg, Cercle de coopération des ONGD, Comité pour une Paix Juste au Proche-Orient, Commission luxembourgeoise Paix et Justice, Etika, Fairtrade Lëtzebuerg, Frères des Hommes Luxembourg, Greenpeace Luxembourg, OGBL, OGBL Solidarité syndicale, partage.lu, SOS Faim Luxembourg.

Afin de garantir que les entreprises s’acquittent de leur devoir de vigilance, l’initiative demande aux législateurs  de « mettre en place un organe de contrôle indépendant et de prévoir des sanctions en cas de non- respect de cette obligation. Ainsi, le devoir de vigilance aura un fort effet préventif, en incitant les entreprises à agir correctement. »

La table ronde, organisée au moment où les partis politiques finalisent leurs programmes électoraux en vue des élections d’octobre 2018, permettra de débattre un certain nombre de questions, alors que le Luxembourg héberge de nombreuses entreprises ayant des activités dans le monde entier : Quelle est la responsabilité des entreprises domiciliées ici au Grand-Duché de respecter les droits
humains et environnementaux lorsqu’elles opèrent dans d’autres parties du monde ? Quels sont les défis auxquels doivent faire face les Nations Unies concernant le respect des droits humains et environnementaux par les entreprises ? Quelles mesures législatives devraient être adoptées par le Luxembourg dans ce domaine ? Quelles sont les positions des partis politiques sur la question de la responsabilité des entreprises dans le cadre des élections législatives ?

La table ronde, modérée par Mick Entringer (radio 100,7) aura lieu le mercredi 11 juillet à 18h30 au Centre culturel de Bonnevoie au 2, rue des Ardennes à Luxembourg-ville. Elle se tiendra en luxembourgeois avec une traduction simultanée vers le français.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.