Stock-options : For the Sake of Brexit

En réponse à deux questions parlementaires, le ministre des Finances joue la carte de la transparence en ce qui concerne les stock-options, tout en affirmant vouloir sauvegarder cet instrument afin d’attirer des « talents à haut potentiel ».  

(©flickr)

Le système des stock-options a déjà plusieurs fois soulevé des controverses. Suite à une nouvelle circulaire et à la promesse du ministre Pierre Gramegna de faire le bilan de cette pratique – qui consiste à rémunérer les employé-e-s d’une boîte (souvent banque ou start-up) par des options d’achat sur les actions de leur entreprise, ce qui permet des avantages fiscaux.

Lancées par Luc Frieden au début du millénaire, les stock-options devaient à l’origine surtout attirer de la main-d’œuvre pour les besoins de la place financière. mehr lesen / lire plus

Panama Papers : And the Beat Goes On !

Le woxx, en collaboration avec la « Süddeutsche Zeitung » et l’International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ), a eu accès à un nouveau leak provenant du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca.

(© Arthus/Jones/Shutterstock)

Le 14 mars 2018, Mossack Fonseca a définitivement fermé boutique. Le nom de ce cabinet d’avocats établi au Panama et ayant des antennes un peu partout dans le monde – enfin là où il trouvait sa clientèle, donc aussi au Luxembourg – était trop terni depuis la publication le 3 avril 2016 des Panama Papers.

Plus grand leak de l’histoire récente, ces documents d’abord obtenus par le journaliste Bastian Obermayer de la « Süddeutsche Zeitung » et puis explorés par plus de 107 publications dans 80 pays avaient eu un impact mondial : de la démission du premier ministre islandais à la famille royale qatarie soupçonnée d’avoir caché de l’argent, les Panama Papers avaient aussi touché le Luxembourg. mehr lesen / lire plus

Luxleaks : Un euro tout de même

(Photo : woxx)

Même si cette toute dernière affaire ne concernait pas les révélations Luxleaks, mais uniquement le téléchargement de documents de formation de PWC, l’arrêté de la Cour d’appel était plus qu’attendu.

Qu’elle ait choisi de suspendre le prononcé – ce qui veut dire que la justice estime qu’il y a eu faute, mais qu’il n’est pas nécessaire de la réprimer – marque une petite victoire et une sortie honorable pour la justice luxembourgeoise, qui ne s’est pas toujours montrée très souveraine pendant les procès consécutifs.

Ce qui laisse un goût amer cependant, c’est l’euro symbolique pour PWC. Non pas à cause de la somme, mais en raison du principe. mehr lesen / lire plus

Luxleaks : ça passe ou ça casse

Demain aura lieu la délibération de la Cour de cassation dans le procès Luxleaks. En même temps, un autre procès se déroule à Metz, avec PricewaterhouseCoopers (PWC) sur le banc des accusés.

Remercier les lanceurs d’alerte : pas sûr que le gouvernement et la justice le voient du même œil. (© woxx)

Par rapport aux procès Srel ou Bommeleeër, la justice luxembourgeoise a été extrêmement rapide pour en finir avec le procès Luxleaks et avec les lanceurs d’alerte Antoine Deltour et Raphaël Halet, tout comme avec le journaliste Édouard Perrin. Moins de quatre ans après les révélations du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), on n’attend que la Cour de cassation. mehr lesen / lire plus