MALEREI: Unter der Lupe

Nein, mit Anita Albus wird man kaum Mikado spielen wollen. Ihre Hand scheint kein Zittern, nicht einmal das leiseste Zucken zu kennen. Sicher platzierte Linien und feinste Schattierungen in den Flächen geben ihren Bildern eine überragende Klarheit und Schärfe. Nicht wenige halten sie für „eine der besten Malerinnen unserer Zeit“. Sie selbst sieht sich in gesunder, will sagen bescheidener Selbsteinschätzung lediglich als „kleine Meisterin“.

Hält die Leidenschaft zur Malerei sie schon seit ihrer Jugend gefangen, kam spätestens mit dem Verfassen von Vor- und Nachworten eine zweite zum Schreiben hinzu. So ist sie nicht nur Malerin sondern auch Schriftstellerin, die sich lange Zeit mit Prousts und Tanja Blixens Arbeiten beschäftigte. mehr lesen / lire plus

JEAN-PIERRE AMERIS: Les aristocrates, on les pendra

Avec « L’homme qui rit », c’est un roman peu connu de Victor Hugo qui revient sur les écrans. Si le côté politique n’est pas délaissé, le film se concentre pourtant beaucoup trop sur l’esthétique.

Visiblement, l’aristocratie ne va pas à Gwynplaine.

Honnêtement, voir un évadé fiscal jouer un pauvre forain au grand coeur n’est pas vraiment facile à avaler. Mais de toute façon, si Gérard Dépardieu est la tête d’affiche de « L’homme qui rit », il se fait facilement voler la vedette par le jeune Marc-André Grondin et Christa Théret. En fait, Depardieu joue moins le rôle d’Ursus le forain que lui-même. mehr lesen / lire plus

Pandaman-Style

Der deutsche HipHop-Newcomer „Cro“ macht Karriere, bedient sich dabei der üblichen Macho-Klischees mit einem fetten Lächeln – und bleibt an der Oberfläche hängen.

RAP/POP

„Baby, bitte mach dir nie mehr Sorgen um Geld, gib mir nur deine Hand ich kauf dir Morgen die Welt. (…) Nur noch Kaviar Champagner oder Champus, Baby ich erfüll` dir wirklich jeden Wunsch mit Handkuss. Frühstück in Paris und danach joggen auf Hawai und um das ganze noch zu toppen gehen wir shoppen in LA“ – heißt es in Cros chilligem Sommerhit „Einmal um die Welt“, der in den vergangenen Monaten im Minutentakt auf allen Radiostationen lief. mehr lesen / lire plus

Nach dem Bankrott ist vor dem Bankrott

Argentinien schien seine Schuldenkrise bewältigt zu haben, die Wirtschaft wuchs. Doch nun tauchen neue Probleme auf.

Bekannte Bilder: In Argentinien werden, wie hier am 12. November vergangenen Jahres in Buenos Aires, angesichts der Wirtschaftskrise die Kochtöpfe wieder für die Protestform des „Cacerolazo“ eingesetzt.

Für viele argentinische Bürgerinnen und Bürger mag es ein Déjà-vu gewesen sein. Kurz vor Weihnachten brannten in zahlreichen Städten des Landes wieder Barrikaden, plünderten vermummte Gestalten Supermärkte, patrouillierten Militärpolizisten auf den Straßen. Zwei Menschen kamen durch Schüsse ums Leben, Hunderte wurden verletzt. Die Plünderungen begannen ausgerechnet in dem idyllischen Ferienort San Carlos de Bariloche in Patagonien und setzten sich bald darauf in über 40 Städten fort. mehr lesen / lire plus

BILAN PROSPECTIF: 2014, nous voilà !

Toujours à la pointe de l’innovation, le woxx vous propose un article que vous ne pourriez lire ailleurs. Tandis que nos concurrents s’échinent à établir le bilan de l’année 2012, nous vous livrons, à la faveur d’un corridor spatio-temporel dont nous seuls disposons, celui de 2013.

Notre petit secret: au début identifié comme un «bug», ce mystérieux programme s’est rapidement révélé être une brèche dans l’espace-temps…

Dans son allocution de Noël, le tout nouveau souverain appelle au « retour à la normalité ». Le grand-duc Guillaume V sait de quoi il parle : alors que depuis plus d’une cinquantaine d’années les gouvernements luxembourgeois sont marqués par une stabilité hors norme, c’est ironiquement la Cour grand-ducale, symbole de la continuité et de la stabilité, qui fut assaillie de remous. mehr lesen / lire plus

PONT ADOLPHE: Sanierung beschlossen

Kurz vor Jahresschluss wurde in der Chamber das Gesetzesprojekt „portant réhabilitation du Pont Adolphe à Luxembourg“ angenommen. Ein Startschuss hoffentlich auch für eine neue Verkehrspolitik.

„Schauen Sie sich den Pont Adolphe noch einmal genau an, bald wird er nicht mehr da sein“, erinnert sich Bautenminister Claude Wiseler in der Chamber kurz vor Jahresschluss an die erste Unterredung mit der Straßenbauverwaltung zur Zukunft der Brücke. Die Behörde hätte die renovierungsbedürftige hundertjährige Brücke am liebsten gleich komplett abgerissen.

Dazu soll es nun aber nicht mehr kommen. Damit die Brücke ihren Charakter behält, wurde mit dem von der Chamber verabschiedeten Gesetzesprojekt 6468 zur Renovierung des Pont Adolphe und seiner Verbreiterung um 1,5 Meter in der Sitzung Ende Dezember beschlossen, dass die ursprüngliche Steinstruktur der Brücke als bedeutendes Werk des französischen Eisenbahn-Ingenieurs Paul Séjourné und als urbanistisches Wahrzeichen der Stadt in ihrer Authentizität weitestgehend erhalten bleiben soll. mehr lesen / lire plus

SUBKULTUR: First we take Berlin

Luc Spadas Ego ist monumental, soviel ist gewusst. Wer sich hinter der provokativen Maske versteckt, ist dagegen weniger bekannt. Ein Porträt der wohl farbigsten Figur der hiesigen Subkulturszene.

Die Künstlerboheme ist seine Domäne: Luc Spada.

Der Luxemburger Luc Spada, 27, ist Schauspieler, Performer, Pop- und „Rauschliterat“, Buch- und Theaterautor, Blogger, Lesebühnen-Veranstalter, Selbstvermarkter und Image-Verwalter, Charmebolzen, Strickmützenträger, Partylöwe wider Willen, Exportschlager und Regisseur, all rolled into one. Er lebt in Berlin, im Kiez Prenzlberg, was ihn aber nicht daran hindert, auch viel in Luxemburg – und anderswo – unterwegs zu sein. Er versucht, nicht ohne Erfolg, bescheiden zu bleiben. Der Rest ist Provokation. mehr lesen / lire plus

Beat the Reaper / Wild Thing

Pour celles et ceux qui aiment leur littérature comme d’autres aiment les montagnes russes, les deux livres de Josh Bazell « Beat the Reaper » et « Wild Thing » sont décidément le bon choix. Quelque part entre l’humour de sitcoms américaines, films sur la mafia et tout simplement délires, l’histoire de Pietro Brwna a de quoi emballer dès les premières pages. Notre héros travaille comme médecin dans un hôpital à New York, mais sans vraiment être docteur. Tout n’est qu’une couverture du FBI, car dans sa vie antérieure, le brave Pietro a été un tueur à gages pour la mafia qui s’est résolu à changer ses affinités et de témoigner contre son ancien patron. mehr lesen / lire plus

JEAN-CLAUDE JUNCKER: Ceinture noire

Fatigué, Juncker ? Usé ? Peut-être. Mais tant que ses principaux contradicteurs – qui n’ont jamais été en forme – continueront à se prendre les jambes dans leurs incohérences social-libérales, il les maintiendra au tapis.

Comme tant de choses qui viennent d’extrême-orient, les arts martiaux répondent à des logiques simples, mais redoutablement efficaces. Le judo en est un parfait exemple : ce sport de combat repose sur le principe de l’agilité, mais également de la souplesse, qui permet de retourner la force ou la brutalité de l’adversaire à son profit. S’il n’a pas la réputation d’être un athlète de haut niveau, le premier ministre Jean-Claude Juncker n’en détient pas moins une ceinture noire de judo politique. mehr lesen / lire plus

RÉGULARISATIONS: On peut toujours rêver

Bonne nouvelle pour ce début d’année : le ministre de l’immigration s’apprête à régulariser des ressortissants d’Etats tiers. Pourtant, ce geste se fait dans un cadre très restreint et non sans cadeaux au patronat.

Nicolas Schmit gardera les yeux bien fermés pendant deux mois…

Et oui, il y a des « harmonisations » européennes qui ne sont pas accompagnées d’un nivellement vers le bas. Comme celle qui oblige le Luxembourg, dans le cadre d’une directive, de sanctionner plus lourdement les « patrons voyoux » qui emploient, ou plutôt, exploitent des sans-papiers. Dans le cadre de la transposition de cette directive européenne, qui prévoit des sanctions administratives et pénales alourdies pour ces patrons et aussi une multiplication des contrôles, Nicolas Schmit a su jouer sur les deux ministères qu’il chapeaute : celui du travail et celui de l’immigration. mehr lesen / lire plus

Under pressure

L’appareil d’Etat serait-il en train de sonner l’alarme ? La commission parlementaire chargée d’enquêter sur les activités du Srel vient tout juste de se réunir pour la seconde fois ce jeudi qu’un de ses membres lance un pavé dans la mare : il s’agit du député Serge Urbany (déi Lénk) qui accuse aussi bien le premier ministre Jean-Claude Juncker, que le procureur d’Etat général Robert Biever de vouloir mettre les membres de la commission sous pression. Il invoque pour cela un courrier émanant du chef du gouvernement qui « rappelle » aux députés en question le caractère confidentiel des informations dont ils seraient amenés à avoir connaissance, ainsi que les peines qui s’appliqueraient à eux en cas de divulgation. mehr lesen / lire plus

« Aquasud » en eaux troubles

Alors que les relations entre le Schwammclub Differdange (SCD) et la mairie ne sont plus vraiment au beau fixe depuis que « Vert Marine », le futur exploitant privé du projet « Aquasud » veut leur rendre la survie impossible, les patrons du groupe se retrouvent au centre d’un scandale judiciaire. Comme le viennent de le découvrir Déi Lénk à Differdange, Thierry Chaix et Jean-Pascal Gleizes, les fondateurs du groupe, ont été mis en examen par un juge rouennais pour « recel et favoritisme » et pour avoir faussé la concurrence avec l’aide d’une autre firme, Amex-Aemco, dont le patron se retrouve également sur le banc des accusés. mehr lesen / lire plus

Précarité des contrats précaires

Tout avait commencé par une levée de boucliers historique. En 2006, François Biltgen (CSV), alors ministre du travail, avait déposé le projet de loi surnommé « 5611 », en référence à son numéro parlementaire. Ce texte, qui prévoyait l’introduction de nouvelles mesures pour l’emploi des « jeunes » avait réussi à coaliser un grand nombre d’organisations de jeunesse et abouti à la première grève de lycéens à caractère « social ». Après quelques aménagements, le texte fut adopté. Trois ans plus tard, ce fut le successeur de Biltgen, Nicolas Schmit (LSAP), qui porta de nouvelles touches au texte. Les modifications furent à nouveau critiquées, mais il n’y eut pas de mobilisation comparable. mehr lesen / lire plus