Zum Tod von Michael Glawogger

(lc) – Der österreichische Regisseur
und Drehbuchautor Michael Glawogger ist an diesem Mittwoch in Liberia
einer Malaria-Infektion erlegen. Glawogger, der wie Ulrich Seidl als
„enfant terrible“ des österreichischen Films gilt, war vor allem für
seine Dokumentarfilme bekannt: „Workingman’s Death“ (der am 9. Mai in
der Walert-Mine in Rümelingen gezeigt wird), „Megacities“ und „Whore’s
Glory“ erhielten internationale Aufmerksamkeit und wurden auch in
Luxemburg gezeigt, mit Beteiligung der woxx an einigen Filmpremieren.
Sein Markenzeichen war sein Blick, der nicht wertete, nicht in Szene
setzte, sondern den Subjekten auf Augenhöhe begegnen konnte –
empathisches Doku-Kino also, so wie es eigentlich sein sollte. Seit Ende
2013 war Glawogger mit einer kleinen Mannschaft auf Reise, um einen
„Film ohne Namen“ zu drehen, ein Projekt, das ihn zunächst durch Afrika
und später dann durch Nordamerika führen sollte – und über das er bis
letzte Woche noch ausführlich für die Süddeutsche Zeitung und den
Standard bloggte. mehr lesen / lire plus

Mandela s’invite à Esch

(da) – Ce vendredi 25 avril, le conseil
communal d’Esch aura comme seul point sur son ordre du jour le
changement de nom d’une rue eschoise. Une chose semble claire : une rue
portera le nom de Nelson Mandela à l’avenir – reste à savoir laquelle.
La première proposition à ce sujet, celle de rebaptiser la rue du Brill,
avait déclenché une polémique. Suite à quoi Déi Lénk avait proposé de
plutôt renommer la rue des Boers. Cette rue avait été nommée en hommage
aux Boers, pionniers blancs et néerlandophones d’Afrique du Sud, d’abord
engagés dans une lutte « anticoloniale » contre les colons
britanniques, puis devenus précurseurs de l’apartheid. mehr lesen / lire plus

Ligne Cattenom : d’utilité publique !

(lm) – Bienvenu le nucléaire, adieu l’autonomie communale ! C’est la
quintessence du jugement du Tribunal administratif dans l’affaire Sotel.
Il s’agit de la tentative de Greenpeace d’empêcher la connection
directe au réseau d’électricité français à travers la construction d’une
ligne de haute tension. Cette « ligne Cattenom » traverse notamment des zones de protection et passe à côté d’habitations. La commune de Sanem
n’avait autorisé la construction qu’après y avoir été contraint en 2012
par un jugement controversé de la Cour administrative (woxx 1168). Dans
le jugement du 31 mars par contre, le Tribunal administratif insiste
tout simplement sur le fait que des constructions d’utilité publique
peuvent être autorisées même si c’est contraire au Plan d’aménagement
général de la commune. mehr lesen / lire plus