Exposition et performances
 : Petit traité de domopoétique


La performeuse Nicole Peyrafitte et le poète Pierre Joris investissent la semaine prochaine la galerie Simoncini, le temps d’une exposition où foisonneront les disciplines artistiques. Coup d’œil en forme d’amuse-bouche sur ce qui attend les visiteurs.

À l’occasion de l’exposition, la galerie Simoncini édite « The Book of U / Le livre des cormorans » de Pierre Joris, traduit et illustré par Nicole Peyrafitte. (Peintures : Nicole Peyrafitte)

« Domopoetic Works », c’est le titre de l’exposition de Nicole Peyrafitte et Pierre Joris qui s’ouvrira le 20 octobre prochain avec une session d’« action painting ». Mais qu’est-ce donc que la domopoétique ? mehr lesen / lire plus

Hervé Le Tellier : Toutes les familles heureuses

Si ce n’était pour l’ellipse qui ouvre et clôt le livre – brodée autour d’une citation du poète mystique persan Jalâl al-Dîn Rûmî : « La blessure est l’endroit où la lumière entre en vous » -, on aurait pu croire à une sorte de testament. Car dans son nouveau livre, le d’habitude si farceur oulipien Le Tellier se livre à son lecteur et raconte l’histoire de sa famille. Celle de son père biologique absent, de son beau-père tout sauf téméraire et surtout celle de sa mère, dont la folie ne semble supportable qu’à partir du moment où elle est cliniquement vérifiée. mehr lesen / lire plus

OPL et Gustavo Gimeno : Ravel

Après Bruckner et Chostakovitch en juin, c’est donc Ravel qui est maintenant mis à l’honneur par l’Orchestre philharmonique du Luxembourg sous la baguette de Gustavo Gimeno. S’il a fallu attendre ce CD quelques mois, c’est probablement que sa postproduction a été plus longue, puisqu’on y retrouve également le WDR Rundfunkchor de Cologne. Le résultat valait la peine de patienter, car les équilibres entre pupitres sont bien maîtrisés et l’enregistrement d’excellente qualité. Du côté de l’interprétation, on sent que Gustavo Gimeno a pris ses marques depuis bien longtemps et sait transcender ses musiciens pour atteindre une cohérence sonore indispensable dans la musique de Ravel. mehr lesen / lire plus

Cathy Krier : Debussy – Szymanowski

Nouvel album pour la pianiste Cathy Krier, qui a choisi un programme en forme de clin d’œil, puisque Claude Debussy et Karol Szymanowski ont en effet écrit tous les deux une pièce intitulée « Masques ». Composées à une dizaine d’années d’intervalle, les œuvres juxtaposées deviennent plus qu’une amusante coïncidence : chez Debussy, les « Masques » sont plutôt atypiques – avec notamment d’entêtantes quintes -, mais d’une modernité qui emmène l’auditeur loin du simple impressionnisme musical. Chez Szymanowski, ils sont plus développés, mais semblent prolonger de leurs harmonies fortement influencées par Scriabine l’incursion moderniste de Debussy. Un excellent choix donc, d’autant que Cathy Krier le défend avec une précision quasi chirurgicale dans le doigté, qui fait résonner au mieux les passages en accords. mehr lesen / lire plus

Exposition monographique : L’imbrication des matières

La semaine dernière a eu lieu au Mudam le vernissage de l’exposition « Nested », de l’artiste luxembourgeoise Su-Mei Tse. Le lancement d’une saison culturelle marquée par le changement de direction à la tête du musée.

Pour les habitués du Mudam, Su-Mei Tse est loin d’être une inconnue. Sa fontaine « Many Spoken Words » fait partie de la collection permanente. De l’encre noire qui en coule naît un bassin opaque, dérangeant, qui ne cesse d’hypnotiser les visiteurs. Elle est à l’image du travail de l’artiste, excessivement précis et follement visuel.

C’est en toute logique que la Luxembourgeoise cosmopolite, d’origine chinoise et anglaise, a droit à une rétrospective de ses travaux récents dans le musée qui l’a fait connaître. mehr lesen / lire plus

Festival
 : Jeunes et déjà psychédéliques

Pour la deuxième fois de suite, le groupe luxembourgeois The Kooters organise le festival Psychokuzu – grand-messe du renouveau de la scène psychédélique en Europe.

Ils ne laissent rien au hasard : les Néerlandais de The Hazzah.

Quand il devient de plus en plus difficile de réinventer la roue, quand même l’avant-garde commence à se mordre la queue, le réflexe le plus simple – et souvent le plus efficace – est de retourner en arrière, de revisiter de vieux styles tombés en disgrâce depuis des décennies et de les revitaliser.

C’est la façon de faire qui domine l’industrie musicale depuis un certain temps. mehr lesen / lire plus

Michael Haneke: Gefühle: eisgekühlt


In seinem neuen Film stellt der österreichische Filmemacher Michael Haneke wieder mit gewohnt formaler Strenge eine dysfunktionale, von Schuldgefühlen geplagte Familie vor.

Georges Laurent in seinem Arbeitszimmer. (Fotos: outnow.ch)

Ein frischgebackener Vater, der seine Frau betrügt, ein rücksichtsloser junger Mann, ein lebensmüdes Kind, ein dementer alter Patriarch. Um eine Vorstellung von Michael Hanekes neuem Film zu bekommen, reicht es zu wissen, wer die Figuren sind, die Handlung ist nebensächlich. Es geht um das bürgerliche Leben und die – wie es Haneke einmal treffend nannte – „Vergletscherung der Gefühle“, die sich in ihm vollzieht.

Hanekes Filme sind keine leichte Kost, und „Happy End“ ist keine Ausnahme. mehr lesen / lire plus

Denis Villeneuve : Blade Runner 2049

S’inspirant des décors visionnaires de l’original de Ridley Scott, la suite de Denis Villeneuve élargit les thématiques tout en complétant l’esthétique. « Blade Runner 2049 » évoque aussi bien les questions cartésiennes entre objets animés et inanimés qu’il met en avant l’écologie. Certes, des longueurs persistent, mais cela n’empêche pas le film d’être un des meilleurs sequels de ces dernières années.

L’évaluation du woxx : XX
Tous les horaires sur le site. mehr lesen / lire plus