Théâtre : Ça tangue !

« Une tempête d’1h12 », c’est l’adaptation amoureuse et savamment déjantée de « La tempête » de Shakespeare par Isabelle Bonillo et sa petite troupe. Un spectacle interactif pour toutes et tous, quel que soit l’âge, qui fait halte pour encore trois petites dates au Luxembourg : ne le manquez pas.

Isabelle Bonillo en Prospero dans « Une tempête d’1h12 », d’après Shakespeare. (Photo : Philippe Pache)

La compagnie T-âtre IBonillo, fondée et animée par Isabelle Bonillo, n’est pas une compagnie comme les autres. Ou plutôt si, mais comme les autres… avant. Car au fil des routes, en plein air ou en salle, elle promène son camion-chapiteau pour aller à la rencontre de son public et proposer des spectacles ludiques et interactifs, souvent adaptés de grands classiques. Revisités, le mot est à la mode, mais n’est pas exagéré ici, puisque c’est rien moins que « La tempête », pièce foisonnante de Shakespeare, qui passe à travers la moulinette créative de la comédienne basée à Lausanne.

On retrouve donc Prospero, ex-duc de Milan, exilé sur une île pleine d’esprits surnaturels avec sa fille Miranda. Alors que le navire de son frère, l’usurpateur de son duché, passe au large de son refuge, il déclenche une terrible tempête qui le fait échouer. L’occasion de récupérer son titre et de régler quelques comptes. La pièce de Shakespeare, aux multiples personnages, est évidemment complexe. Tout le talent d’Isabelle Bonillo est d’en simplifier l’intrigue et d’en incarner tous les protagonistes, à l’aide de deux acolytes seulement, mais avec pas mal d’accessoires (un théâtre d’objets quotidiens convaincant), des effets de projection et une bande-son extrêmement travaillée. À la fois théâtrale, musicale, chorégraphiée, humoristique ou profonde, la représentation se tient en général dans l’espace restreint d’une tente accolée au camion qui tient lieu de scène. La proximité du public, l’interaction permanente avec quasiment toute l’audience permettent une immersion complète, véritable expérience de théâtre hors normes. On réfléchit pas mal et on rit beaucoup et de bon cœur : un véritable maelstrom de sensations.

Le camion-chapiteau, qui a assuré deux dates fin avril sur le parvis du Théâtre Le 10, à Luxembourg-Neudorf, est reparti pour de nouvelles aventures. Mais Isabelle Bonillo est restée pour un projet de mise en scène au Luxembourg. Elle en profite donc pour proposer encore trois fois sa relecture de Shakespeare, en version adaptée à la scène, seule avec sa télécommande magique qui déclenche tous les effets sonores et visuels. Et, clou de l’interactivité, avec de vrais dialogues du grand dramaturge anglais dans la bouche des spectatrices et spectateurs.

Alors, si vous avez toujours rêvé de déclamer du Shakespeare mais que vous n’avez jamais osé, faites-lui confiance et réservez vos places pour l’une des trois représentations à venir : vous allez enfin révéler votre talent, rien de moins. Foi de Prospero.

Au Théâtre Le 10, les 4, 12 et 19 mai à 20h30.

Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.