Utopie
 ou
 vision ?

Plaidoyer pour une ville viable !

(Photos : woxx)

(Photos : woxx)

Qui ne désire pas cette « autre ville », une ville où la priorité est donnée à l’homme, où l’aménagement urbain est orienté vers une mobilité douce, créant ainsi une qualité de vie élevée ? Selon beaucoup, une parfaite utopie.

La « Lëtzebuerger Vëlos-Initiativ » (LVI) vient de développer une telle vision pour la ville de Luxembourg et la présente depuis mi-mai et jusqu’à mi-juillet dans le cadre d’une campagne de sensibilisation, au moyen de photomontages déployés sur des panneaux d’affichage implantés à tour de rôle à quatre emplacements peu attirants et à grande circulation de la capitale. Ceux-ci montrent comment une vie plus humaine en ville pourrait être vécue à ces endroits. Nous reproduisons ci-contre les trois premiers panneaux « in situ » – le quatrième étant dévoilé la semaine prochaine.P1030412

Sur les panneaux d’affichage, les zones urbaines actuellement très fréquentées se transforment pour dévoiler une nouvelle dimension de la vie et de l’espace publics : la rue est réservée à la mobilité alternative et propose suffisamment d’espace pour les piétons et les cyclistes, assez de possibilités de jeux pour les enfants, beaucoup de place pour les havres de paix, les rencontres et la communication.
Les commerces de proximité et les établissements gastronomiques fleurissent et le patrimoine architectural est pleinement mis en valeur.
P1030443Pour résumer : la ville doit exister pour l’être humain. Grâce à son facteur de bien-être unique, elle doit inviter tout un chacun, jeune ou moins jeune, à s’attarder, à profiter des lieux et lui permettre de se déplacer librement et en toute sécurité.

Cette vision doit-elle rester une illusion ? « Non », dit la LVI. « Nous suivons une tendance qui a déjà été concrétisée avec succès dans certaines villes ou qui est en phase de réalisation dans d’autres. Au travers de notre action, nous mettons l’accent sur la ville dans laquelle, grâce à son aspiration humaine, nous aimons passer du temps. Nous voulons aussi attirer l’attention des usagers sur une nouvelle qualité de vie urbaine. Mais nous souhaitons également plaider en faveur d’une alternative qui réaménage l’espace public, gomme les éventuelles erreurs architecturales du passé, requalifie les routes et fait naître une nouvelle ambiance urbaine, adaptée à l’homme. »


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.