Jaco van Dormael
 : Dieu est arrivé près de chez vous


« Le Tout Nouveau Testament » est bien plus que la frasque iconoclaste et sardonique que promet la bande-annonce – entre blasphème et beauté, le film atteint de vrais sommets poétiques.

Dieu est un péquenot : Jaco Van Dormael a réussi un film qui fonctionne aussi bien pour non-croyants que pour croyants.

Dieu est un péquenot : Jaco Van Dormael a réussi un film qui fonctionne aussi bien pour non-croyants que pour croyants.

Qu’elle est belle la famille divine ! Le Seigneur tout puissant est un plouc qui carbure à la Jupiler, sa femme est muette comme une carpe et sa fille est sur le point d’entrer dans l’âge ingrat qu’on appelle la puberté. Cet esprit de rébellion qui accompagne généralement les poussées d’hormone va conduire Ea, la fille de Dieu, à trahir son père et à se casser au paradis – donc la Terre, puisque comme tous les êtres divins le savent, après la mort, il n’y a rien. Il a dû y avoir un certain malentendu avec les apôtres du grand frère d’Ea, Jésus, toujours en disgrâce auprès de son père, puisqu’il s’est fait crucifier.

Mais avant de prendre la porte de sortie, Ea se procure les clés du bureau de Dieu et manipule son ordinateur, sans lequel son pouvoir est nul. Et comme si cela ne suffisait pas, elle décide de balancer les dates de décès de tous les mortels – par SMS, avec un compte à rebours. Furieux, le Tout-Puissant se jette à la poursuite de sa fille dans le monde qu’il a créé. Tandis qu’il doit constater que toute la méchanceté qu’il a insufflée à sa création peut se retourner contre lui, Ea, elle, est à la recherche de ses nouveaux apôtres.

Après « Mr. Nobody », le réalisateur belge Jaco Van Dormael réussit ici un autre film extraordinaire. Coécrit avec l’écrivain et humoriste Thomas Gunzig, « Le Tout Nouveau Testament » est une réinterprétation humoristique des absurdités des constructions religieuses. Car tout se tient : pourquoi Dieu n’aurait-il pas créé Bruxelles en tant que première ville du monde ? Et qui peut prouver le contraire ? Et puis, considérant l’état désespérant du monde de nos jours, on peut se demander pourquoi Dieu ne serait pas un pantouflard colérique et plein d’ennui pour qui le seul divertissement dans l’existence serait de créer de nouveaux emmerdements.

De l’autre côté on a Ea, la jeune rebelle. Naïve et cartésienne à la fois, elle entreprend de changer pour toujours la vie des gens qu’elle rencontre – ses six nouveaux apôtres. Et de leur donner le sentiment d’être aimés et de compter, même si leurs jours sont littéralement comptés. En d’autres mots, elle fait la même chose que son frère quelque 2.000 années plus tôt : des miracles. Cela (presque) sans multiplication des pains miraculeuse ou marche sur l’eau. Car il n’est pas là, son miracle. Il réside dans le fait qu’elle sait écouter la « petite musique » qui réside dans le for intérieur de chaque être humain, et en donner l’écho.

Ce qui fait du film bien plus qu’une satire grouillante de blasphèmes. Au contraire, « Le Tout Nouveau Testament » est à bien des égards très proche de l’original, en ce qu’il contient des leçons pour un peu tout le monde et qu’il véhicule des exemples d’amour et d’empathie que l’on peut bien retrouver dans les saintes Écritures. Mais qui sont tellement loin des pratiques des Églises de nos jours qu’on peut dire à juste titre : « Seigneur, pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font ! »

S’y ajoute une réalisation réunissant un excellent casting : Benoît Poelvoorde incarne un Dieu irascible à volonté tandis que la jeune Pili Groyne campe sa fille avec beaucoup de détermination. Et aux performances de Catherine Deneuve ou de Laura Verlinden il n’y a rien à ajouter. La même chose vaut pour Marco Lorenzini qui joue Victor, un clochard qui deviendra l’auteur du Testament nouveau cru et qui fait office de fil rouge.

Donc, ne vous laissez pas tromper par l’affiche : « Le Tout Nouveau Testament » est un film aussi beau que drôle qui vous laissera pantois en sortant de la salle obscure.

Aux Utopolis Kirchberg et Belval.

Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged , .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.