Jazz
 : Gouvy grooves


À la ferme Madelonne près de Gouvy une bonne vielle tradition se poursuit depuis plus de trois décennies, le « Gouvy Jazz and Blues Festival » – et l’édition 2015 n’est pas en reste avec entre autres Manu Dibango et Joe Louis Walker.

Il n’en est pas à sa première visite dans les Ardennes : Manu Dibango. (©wikicommons)

Il n’en est pas à sa première visite dans les Ardennes : Manu Dibango. (©wikicommons)

Dans le voisinage de Gouvy dans les Hautes Ardennes belges, cela fait exactement 45 ans que des fous de la musique mettent sur pied des événements estivaux. En 1970, les pionniers que furent Claude Lentz et ses amis qui évoluaient avec lui autour de la « Maison des Jeunes » locale récemment fermée ont eu une idée originale. Faute de budget, ils ne pouvaient pas inviter des « vrais » groupes et s’amusaient donc à passer leurs disques préférés dehors sur des platines en plein air – s’ils avaient su que 30 ans plus tard des événements pareils deviendraient la règle, ils auraient peut-être pensé à patenter leur façon de fêter.

Toujours est-il qu’après des années de on et de off – pendant lesquelles on notera cependant le passage à Gouvy de tout ce qui était rock en Belgique et aussi un peu en France – le festival tel qu’on le connaît de nos jours est né en 1981. Installé à la ferme Madelonne, il s’est tourné vers le jazz et le blues. Et après un ultime hiatus, il s’établit définitivement en 1984. Depuis, ça tourne plutôt rond. En toute la « Wall of Fame » de Gouvy n’a rien à envier aux clubs de jazz huppés de certaines métropoles, Paris par exemple. Jugez-en vous même : Duke Ellington avec son orchestre, Dexter Gordon, Art Blakey, Dannie Richmond, Bill Evans, Charlie Mariano, etc. S’y joignent depuis les dernières décennies des stars du jazz « nordique » – entendez européen – comme Paolo Fresu, Didier Lockwood ou internationaux comme Gilad Atzmon ou Ana Popovic.

Cette année aussi, le palmarès est bien fourni sur les trois journées du 7 au 9 août que durera le festival : le vendredi commence bien avec le Bobby Watson Quartette et continue sa lancée avec Manu Dibango pour finir au club avec entre autres Sal La Rocca. Samedi, le menu sera composé de Myrddin Jazz Flamenco, puis le trio de Stéphane Belmondo, Dani Klein de Vaya con Dios, le quartette de Rick Margitza sous le chapiteau. Tandis qu’au club officieront entre autres Nitcho Reinhardt – cousin lointain de Django – avec son jazz manouche – et Bruce Ellison & the Jellodies, un super groupe européen composé de jeunes talents. Finalement, dimanche, ce sera – comme d’hab’ – au tour du blues d’envahir le chapiteau avec Leburn Maddox’s Blues Band, puis le Candye Kane Blues Quartette, Wille and The Bandits et Joe Louis Walker. Tandis que le club sera occupé par The Rattlers, Hypnotic Wheels et The Last Row – trois formations de blues-rock résolument modernes et jeunes.

Si à tout cela, on ajoute encore une atmosphère bonne enfant, d’excellentes bières belges – le site dispose d’ailleurs de sa propre micro-brasserie – et des prix raisonnables qui ne suivent nullement la logique du plus gros profit pour les organisateurs, il faudrait vraiment trouver de très bonnes raisons pour ne pas aller passer un week-end chez nos voisins belges ! De plus, si vous ne souhaitez pas rentrer après quelques bières – le site dispose d’un camping.

À la ferme Madelonne, les 7, 8 et 9 août.
Plus d’infos : www.madelonne.gouvy.eu

Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.