jazz: Redman Joshua

Passage Of Time

Evolution constante

(jitz) – Jusqu’où ira-t-il, Joshua Redman? Lui qui avait commencé sa carrière comme jeune saxophoniste brillant et fringuant, au discours enjolivé qui pourrait plaire à toute belle-mère potentielle, a pris un virage assez brusque. Son disque précédent avait annoncé la couleur, et avec la récente production Passage of time, il devrait faire taire tous ses détracteurs. Son disque est conçu comme une longue suite dont les différents morceaux s’enchaî nent avec cohérence, avec des improvisations collectives, abstraites et étonnamment ouvertes. Les nombreuses tournées ont bien rôdé les musiciens de son quartette de sorte qu’ils retombent à chaque fois sur des bases stables, quelque soit le degré de liberté qu’ils ont atteint durant leurs escapades imprévisibles. mehr lesen / lire plus

classic: Quatuor de Luxembourg

Tissée de joie

Avec son premier CD, le Quatuor de Luxembourg, composé de Osamu Yaguchi et Mihajlo Dudar (violons), Ilan Schneider (alto) et Vincent Gerin (violoncelle), réunit des compositeurs aussi différents que Haydn, Schulhoff, Civitareale et Chostakovitch. Si la rigueur de l’interprétation de Haydn surprend, le quatuor est admirable dans l’interprétation des „Méditations“ de Walter Civitareale (*1954), servant avec tendresse le talent du differdangeois de créer une musique tissée des joies, souffrances et espoirs de l’homme. Nul besoin de parler le luxo pour comprendre et interpréter un compositeur luxembourgeois! Dans le „Quatuor à cordes“ d’Erwin Schulhoff, qui baigne dans une opposition entre expressionnisme et néoclassicisme, l’alto d’Ilan Schneider résonne magiquement alors que le violon de Mihajlo Dudar est ensorcelant dans le „Quatuor No 8“ de Chostakovitch. mehr lesen / lire plus

Dreamworks studios: Shrek

Présenté en compétition au dernier Festival de Cannes, le dessin animé „Shrek“ des studios Dreamworks, a enthousiasmé toute la presse internationale, faisant de ce film la Palme d’Or du coeur.

La belle et la bête!
www.dreamworksfansite.com/shrek

Ne vous fiez pas aux apparences!

Comme tous les contes de fée, le film débute par „il était une fois“ sans toutefois refléter les sempiternelles rengaines des dessins animés Disney. On le sait, les studios Dreamworks sont les concurrents des studios Disney. Et, pour réussir leur coup, il fallait absolument montrer quelque chose de nouveau. Mission accomplie. Non seulement, ils nous ont évité les incontournables chansonnettes poussées pour un rien par les héros et le traditionnel Happy End, mais en plus, nous avons droit à des personnages tellement bien conçus que l’on peut voir, (et c’est une première) leurs sentiments, comme s’il s’agissait de véritables personnages. mehr lesen / lire plus

Bausch Andy: Back in Luxemburg

Wer dieser Tage durch „Déifferdéng“ spaziert, könnte auf den Pionier der Luxemburger Filmgeschichte treffen: Andy Bausch dreht in der Minettstadt seinen neuen Film „Le club des chômeurs“.

Andy Bausch: „Ech erziele gär Geschichten, déi a mengem Land passéieren.“
Foto: Christian Mosar

Das Setting fürs Interview passt gut: Auf der improvisierten Terrasse eines Bistros in Differdingen schmeckt das kühle Bier nach einem anstrengenden Tag. Neben mir sitzt Andy Bausch, im altbekannten Look. Um uns herum der übliche Feierabendverkehr. Die Zeit läuft, denn die Filmcrew ist schon startbereit fürs Fußballtraining. Wie bitte? Klar, nicht um Tore, sondern um einige Bilder am Tatort zu schießen. mehr lesen / lire plus

folk: Williams Lucinda

Essence, Lost Highway

J.J. Williams

(roga) – Près de 20 ans à l’ombre des grandes du folk, enfin le „Grammy“ pour la fabuleuse chanteuse Lucinda Williams avec „Car wheels on a gravel road“ en 1998. Le tout nouveau compact de Lucinda revient sur l’essence du folk américain. Sur ce sobre et magnifique Essence cette maî tresse de la chanson simple, intense et un peu triste se profile en J.J. Cale féminin. Peu de rythmes électriques, mais des balades folk éthérées, sur les thèmes éternels des „lost highways“ – d’ailleurs nom du label -, des rencontres éphémères, des amours en suspens. Entre le blues de Memphis, le folk des années 60 et la chanson d’auteure, Lucinda reste l’une des toutes premières divas. mehr lesen / lire plus

jazz: Rollins Sonny

This is what I do

La routine du colosse

Sonny Rollins, une des dernières légendes vivantes du jazz, a toujours le feu aux fesses. A soixante-dix ans passés, il est tout sauf un papy improvisateur. Ses concerts restent des modèles d’énergie et de générosité, et ses disques continuent de sortir à un rythme régulier. Sa production récente reste dans la lignée de ses derniers enregistrements: des mélodies toutes simples, réduites à l’essentiel, et des rythmes de calypso qui mettent du soleil dans vos baffles. Certes, les doigts de Sonny n’ont plus la vélocité d’antan, mais son souffle reste toujours gros comme ça et reconnaissable entre tous. mehr lesen / lire plus

chansons: Couturier Thibaud

Gasconnades

Calembours

Repéré aux Rencontres d’Astaffort d’octobre 1995, Thibaud Couturier a, selon Francis Cabrel, „un style qui sort de la norme actuelle, qui se distingue par la qualité et qui mérite une large audience“. Le compliment est de taille et suffit à lui seul à expliquer pourquoi ce „chanteur d’amour et d’humour qui écrit des chansons françaises à la main“ collectionne depuis quatre ans les premiers prix des concours de chanson auxquels il participe. Son deuxième album, Gasconnades …, vient tout juste de sortir et on y retrouve avec plaisir, tant sur le plan musical que sur celui de l’écriture proprement dite, une inspiration et une verve malicieuses qui classent Thibaud Couturier parmi les artistes les plus originaux du moment. mehr lesen / lire plus

Cuerda José Luis: La Lengua de las Mariposas

Inspiré de trois nouvelles du recueil de l’écrivain galicien Manuel Rivas (A Coruña, 1957) intitulé „Qué me quieres, amor?“, le film „La Lengua de las Mariposas“, réalisé par José Luis Cuerda (Albacete, 1947), reprend le style de la prose amère et lyrique du romancier.

— Affiche —

Ce film est non seulement une excellente succession d’images et de dialogues, et un portrait magnifique de la société rurale galicienne des années 30, mais surtout un appel à la réflexion et une évocation amoureuse de cette génération d’enseignants qui en Espagne ont dû, comme beaucoup d’autres citoyens, se taire ou disparaître, suite à l’insurrection et ultérieure victoire du général Franco. mehr lesen / lire plus

Heumannskämper Franz-Josef: It’s moving, it’s alive

Franz-Josef Heumannskämper, der sich mit Produktionen wie „Schwimmen nach Kambodscha“ oder „Edda“ international einen Namen gemacht hat, ist mittlerweile ein Exponent des Luxemburger Theaters. Im Versuchslabor der Gebläsehalle auf Esch-Belval fand gestern die Premiere seiner „Frankenstein“-Inszenierung statt.

Franz Josef Heumannskämper: „Mich interessiert es, Fragen zu stellen und Emotionen zu wecken. Aber ich gehe nicht hin und sage, so ist das.“
Foto: Christian Mosar

Es ist heiß auf dem Gelände von Arbed-Belval. Im Innern der unglaublich riesigen Gebläsehalle, in der es nun schon dämmert, ist das Klima angenehmer. Franz-Josef Heumannskämper, der sich gerade auf eine der letzten Proben vorbereitet, kommt mir aus einem kleinen Nebenraum entgegen: ein drahtiger Mann von sachlicher Freundlichkeit, in T-Shirt, Karo-Hemd und Jeans. mehr lesen / lire plus

rock: Emir Kusturica & The No Smoking Orchestra

Unza Unza Time

Unza, et encore une fois Unza

Depuis les années 80, le groupe „No smoking“de Sarajewo est un phénomène de „punk anarchy“ créé dans le laboratoire de Dr. Nelle Karajlic, chanteur du groupe actuel Emir Kusturica & The No Smoking Orchestra. La présence du célèbre metteur en scène comme guitariste augmente évidemment la notoriété d’une formation dont la géniale variété de styles et de gags, combinée à un haut degré de professionnalité, est à la hauteur des films „culte“ d’Emir. Leur compact Unza Unza Time est une oeuvre délirante de Balkan-Rock avec des influences musicales innombrables et surtout un contenu satirique hautement dosé. mehr lesen / lire plus

Tornatore Guiseppe: Malèna

Monica Bellucci, belle à damner un prêtre et Guiseppe Sulfaro, craquant dans son rôle de môme de 13 ans épousent à merveille l’univers nostalgique et poétique de Guiseppe Tornatore.

Cela commence comme une douce comédie, dans un village ensoleillé de Sicile, tout entier voué à la cause du Duce, pendant la Seconde Guerre mondiale. Lentement, Guiseppe Tornatore nous conduit à travers les ruelles, juché sur le vélo d’un môme de treize ans en proie à son premier émoi amoureux, suiveur discret de la magnifique Malena (Monica Bellucci). Renato, ce jeune garçon aux fantasmes encombrants devient l’ange gardien muet et impuissant de Malena, la plus belle femme du village, celle qui n’indiffère personne; ni les maris, ni les épouses qui la considèrent comme le mal réincarné, la briseuse de ménages. mehr lesen / lire plus

Christin/Goetzinger: Agence Hardy: Le Parfum Disparu

Les éditions Dargaud viennent de publier une nouvelle collaboration entre le scénariste Pierre Christin et la dessinatrice Annie Goetzinger.

Malgré son amour pour les détails et l’atmosphère de l’époque, pour "Agence Hardy: Le Parfum Disparu" les dessins d’Annie Goetzinger semblent avoir été faits plutôt à la hâte.

A la recherche du parfum perdu

Il s’agit cette fois du premier tome d’une trilogie dédiée à une jeune détective privée, Edith Hardy, qui, après la mort de son mari, essaye de refaire sa vie dans le Paris d’après-guerre. Dans „Agence Hardy: Le parfum disparu“ Edith s’élance dans son premier grand cas qui s’avère être bien plus compliqué qu’elle ne l’a cru au début. mehr lesen / lire plus

Fischbach (Clervaux): REIFF

cuisine luxembourgeoise

Ourdaller Kascht

(rw 593/01) – Das Hotel-Restaurant Reiff in Fischbach bei Hosingen ist einer der Gastronomiebetriebe, die Produkte der BEO-Vereinigung verarbeiten. An der Hauptstraße gelegen, wirkt das Haus zur Vorderseite hin eher unauffällig. Dafür ist das Panorama zur Rückseite, das vor allem im Speisesaal zu bewundern ist, beeindruckend. Der Service ist freundlich und unaufdringlich. Fahrradgäste finden einen trockenen Unterstand für ihr Veloziped. Während die Zimmer eher einfachen Komfort bieten, erfüllt die Küche hohe Ansprüche. Neben traditionellen Angeboten sind das „Kaninchen Ourdaller Art“ (mit regional produziertem Bier und Senf zubereitet) ebenso wie die „Sterzelen“ ein Genuss. Dazu passt natürlich ein „Wëller Ourdaller“. mehr lesen / lire plus

instrumental: Adda Nyanyo

The Transformer

Percussion addict

(roga) – Un disque de percussion proposé par un soliste, même s’il est du Ghana, terre de prédilection de cet art musical, peut déboucher sur un ennui répétitif uniquement apprécié par des professionnels. Ce jeune percussionniste, Ghanéen vivant en Allemagne, a choisi pour son deuxième compact The Transformer de miser sur une riche variété d’instruments et de styles, qui font de cette production une source d’idées musicales étonnante. Nyanyo Addo utilise des instruments égyptiens, sudafricains et latinos pour enrichir son échiquier rythmique. En fin de disque, il présente trois remixes assurés par des DJ locaux, qui ajoutent une touche de trance à un disque riche en imagination et en capacité artistique. mehr lesen / lire plus

jazz: Turner Mark

Ballad Sessions

Soft sax session

(jitz) – Normalement, les musiciens de jazz, et plus spécialement les saxophonistes, sortent un album consacré à l’art de la ballade lorsqu’ils ont tiré leurs meilleures cartouches et bien démontré leurs capacités techniques. Le jeunot Mark Turner s’y met déjà, sa trentaine à peine entamée. On l’avait découvert aux côtés du guitariste surdoué Kurt Rosenwinkel où il s’exprime avec un langage résolument différent de celui de ses compagnons de route. Sur ce disque, il nous dévoile qu’il a greffé sa vélocité bien contemporaine sur les influences des grands maî tres d’avant-guerre, Lester Young et Coleman Hawkins. mehr lesen / lire plus

rock: My Vitriol Quartett

Finelines

Aus dem Bauch heraus

(nicope) – „The next big thing“ bekommt man des öfteren aus Großbritannien angeboten. Im Fall vom Quartett My Vitriol könnte sich diese abgedroschene Phrase ausnahmsweise bewahrheiten. Deren Debüt Finelines strotzt förmlich vor Intensität und vermischt gekonnt britische und amerikanische Einflüsse des härteren alternativen Rock. Wie ein Wirbelwind schießen die Kompositionen der jungen Engländer einem in die Ohren. Irgendwie kann man es sich nicht verkneifen an die „Smashing Pumpkins“, „Nirvana“ oder „Sonic Youth“ zu denken, wenn man diese Musik hört – das jedoch im positiven Sinn! Harte Gitarrenriffs und melodisch-melancholischer Gesang sind die Zutaten dieser höchst explosiven Mischung. mehr lesen / lire plus

Bay Michael: Pearl Harbor

Avec „Pearl Harbor“, Michael Bay rend hommage aux amoureux et délaisse les héros de la seconde guerre mondiale. On espère assister à un film de guerre, on se retrouve en pleine histoire d’amour et d’amitié qui a coûté 135 millions de dollars.

— Affiche Cinéma —

Faites l’amour pas la guerre

Lors de sa sortie aux Etats-Unis, le réalisateur Michael Bay et le producteur Jerry Bruckenheimer ont déclaré que le but de „Pearl Harbor“ était de faire un grand film, qui allait dépasser tous les records détenus par „Titanic“. Pour y arriver malgré un budget inférieur à ce qu’ils espéraient, Michael Bay et le producteur ont délaissé leur salaire jusqu’à ce que le film atteigne 100 millions de dollars de recettes, Ben Affleck a accepté de diminuer son salaire, mais avec une participation aux recettes, et les techniciens ont travaillé sur le projet pour une bouchée de pain et ce, sans espérer une compensation, même si le film atteignait des recettes considérables. mehr lesen / lire plus

BRANCO CRISTINA: Fado iluminado

Le Festival de la guitare à Beckerich offre l’occasion de connaî tre le fado le plus pur, mais peut-être aussi le plus moderne.

Sans doute une des vedettes futures du fado:
Cristina Branco.

(roga) – Qui eût cru que depuis la mort d’Amalia Rodrigues, le fado, expression traditionnelle du sentiment de „saudade“ portugaise, n’aurait plus connu d’évolution ou de nouvelles étoiles, ni pris en compte les tendances récentes. Outre les lamentations quelque peu répétitives de „Madredeus“, l’on assiste à l’émergence d’un renouveau du fado plus ancré dans les traditions. Curieusement, ces nouveaux fadistes s’abstiennent en large mesure d’expérimentations par trop hardies, comme une électrification à outrance. mehr lesen / lire plus

Luxembourg: MOUNT EVEREST

cuisine népalaise et indienne

Nourritures népalaises

(rw 592/01) – Ca fait un certain temps déjà que le restaurant „Everest“ a supplanté près de la place Wallis un établissement faisant plutôt dans la viande américaine, mais on retrouve y retrouve encore les décors style Shylo Ranch. Parlons de choses plus essentielles: Si l'“Everest“ a réussi à se faire une clientèle fidèle, c’est d’un côté par sa combination de plats népalais et indiens (correspondent au standard européen en cuisine asiatique du nord) mais de l’autre par une offre en suggestions végétariennes vraiment intéressante: On peut déguster entre autres du Paneer dans diverses variations. mehr lesen / lire plus

chansons: Vitali Eleni

Vitalité grecque

Ne dites pas que les disques d’interprètes grecques sont inaccessibles au Luxembourg! Allez demander votre disquaire, p.ex. „Hot Wax“, pour des imports des grandes marques. Tenez, voici un exemple récent. La formidable chanteuse grecque d’inspiration tzigane Eleni Vitali publie un disque de 19 chansons enregistrées en public. Sauf „Warner Music“ tout est illisible pour des occidentaux, mais impressionne d’abord par la voix la plus bluesy de toutes les grandes chanteuses grecques. Les chansons du disque oscillent entre des balades acoustiques, des chants populaires et des titres musclés inspirés de rock et de blues. Une vraie diva au charisme irrésistible, à écouter sur Radio ARA, en début d’émission Malinyé ce dimanche de 11h30 à 13h. mehr lesen / lire plus