Saison théâtrale 2015-2016
 : Transmissions

En septembre, les rédactions culturelles doivent courir les nombreuses conférences de presse de rentrée. Plutôt que de parler des grandes institutions, le woxx a choisi de faire un zoom sur deux petits théâtres privés et dynamiques, le TOL et le Centaure. Deux saisons placées sous le signe de la transmission.

1338_event_1

Nouvelle saison, nouvelle identité visuelle : « Les lois de la gravité » au TOL… (Photo : TOL)

Le changement dans la continuité. Certes un poncif éculé, mais probablement la meilleure définition de la nouvelle saison du Centaure. Pierre Rauchs succède à Erna Hennicot-Schoepges à la présidence, et tandis que Myriam Muller remplace Marja-Leena Junker à la direction artistique dans la Grand-Rue, c’est pourtant cette dernière qui met en scène la première création de la saison, « Une liaison pornographique », de Philippe Blasband. Cette pièce, déjà adaptée au cinéma, traite de la sexualité heureuse, et reste donc dans le thème de la saison dernière.

Avec « Oncle Vania », mis en scène par Myriam Muller – la convention du Centaure avec le ministère stipule qu’un classique doit être monté chaque année -, et le charme de la belle Elena qui subjugue les hommes, l’amour restera d’ailleurs très présent dans le programme. Pas d’exception pour « Illusions », du jeune auteur contemporain russe Yvan Viripaev. Sophie Langevin, la metteuse en scène, en décrit la question centrale : « L’amour doit-il être réciproque pour être véritablement de l’amour ? » « Love and Money », de Dennis Kelly, autre mise en scène de Myriam Muller, interrogera sur les rapports ambigus entre amour et argent, en procédant par ordre chronologique inversé, avec le mariage en fin de pièce.

Des créations qui feront donc la part belle à la réflexion du spectateur au-delà du simple divertissement, et qui ont la particularité d’être toutes dirigées par des femmes. Pour faire des découvertes intéressantes, le Centaure fera aussi monter sur les planches des élèves du conservatoire dans « Cet enfant » de Joël Pommerat, mis en scène par Marion Poppenborg, et proposera une « mise en voix » sous la forme d’une journée complète de lectures de pièces espagnoles traduites en français, le 22 novembre. Enfin, le Centaure se joindra au Théâtre des Capucins pour organiser en juin le « TalentLAB », qui devrait faire émerger de nouveaux talents sur les planches grâce au parrainage de professionnels établis. Un solide ancrage au pays : « On veut faire du théâtre pour les gens d’ici qui ne prennent pas le TGV toutes les semaines », confirme Myriam Muller.

1338_event_2

… et « Une liaison pornographique » au Centaure. (Photo : Julien Becker)

Le TOL, lui, est cette saison orphelin de son fondateur emblématique Marc Olinger ; le meilleur hommage était de se lancer à nouveau dans une saison ambitieuse. Celle-ci débutera par la création d’« Independent Little Luxembourg », marquant le vingtième anniversaire du collectif théâtral Independent Little Lies (voir event p. 4). Elle se poursuivra avec « Les lois de la gravité » de Jean Teulé, un huis clos mis en scène par Véronique Fauconnet où une femme vient se dénoncer à la police quelques heures avant la prescription de son crime.

« Love Letters », d’A.R. Gurney, est une pièce au retentissement mondial où l’on découvre une liaison amoureuse impossible à travers une correspondance épistolaire. Elle sera dirigée par Marion Poppenborg. Puis viendra « Les combustibles », d’Amélie Nothomb, que Fabienne Zimmer mettra en scène : dans un pays en guerre, un huis clos terrible entre trois personnages qui devront brûler les livres d’une bibliothèque pour se chauffer. Par lequel commencer ? Enfin, dernière création de la saison, « L’origine du monde » de Sébastien Thiéry racontera l’histoire d’un homme mi-mort, mi-vivant auquel un marabout conseille de prendre en photo le sexe de sa mère pour retrouver la vie. Une pièce où la notion d’absurdité omniprésente n’est pas sans rappeler Ionesco, qui sera montée par Jérôme Varanfrain.

Le TOL accueillera aussi la création collective « Famille(s) : le 20e siècle », suite du projet débuté l’année dernière dont la question centrale est celle du pouvoir des individus face à l’inertie des traditions. Elle permettra aux spectateurs de choisir le déroulement du spectacle, comme dans un jeu vidéo. Et, comme le Centaure, le théâtre de la rue de Thionville offrira à de jeunes talents, lycéens cette fois, l’accès à de véritables planches dans un « Voyage au bout de la scène » composé de scènes du théâtre français classique.

À noter enfin que Centaure et TOL s’associeront au Kasemattentheater – une première – pour « Libertés – Mehr als Gedankenfreiheit », une lecture en allemand et français sur la liberté d’expression artistique, la liberté de la presse et la liberté d’expression. Les textes rassemblés par Marc Limpach seront présentés au Théâtre des Casemates le 7 janvier, date anniversaire de l’attentat à Charlie Hebdo.

Dans des conditions que le président du TOL Nicolas Steil a confirmées comme « précaires », les équipes des petits théâtres privés ont donc à nouveau retroussé les manches pour proposer une saison de haute qualité. On y retrouvera avec plaisir les actrices et acteurs « habituels », comme de vieilles connaissances qui renouvellent pourtant sans cesse leur discours. Nul doute que les spectateurs sauront remplir les salles pour soutenir la rage de création qui transpire des programmes.

www.tol.lu et www.theatrecentaure.lu


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.