classic: Nyman Michael

Where the Bee Dances

Déranger les oreilles

(pm) – Les créations de Michael Nyman (né en 1944), indiquent ce que pourrait être la musique classique de 21e siècle. Que les gardiens du sérail s’abstiennent! Le compositeur britannique est un rebelle. Son concerto pour saxophone „Where the Bee Dances“, composé pour sa propre „Band“, superbement interprété par Simon Haram au saxophone, sur un CD que Naxos vient de sortir, dérangera les oreilles „sensibles“. Nous le trouvons admirable. Le concerto pour piano, adapté de la musique du film „The Piano“ de Jane Campion, fut écrit pour le Festival de Lille en 1993. Mélange de musique expérimentale et de mélodies folkloriques, il est magistralement interptété par John Lehnehan au piano, alors que l’Ulster Orchestra, sous la direction de Takuo Yuasa, assure avec brio la partie orchestrale. Un CD classique pour les fervents de tous les genres de musique. Un exploit!

Naxos 8.554168


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.