Rock: Cohen Leonard

Pas neuf, ni onze

Son dernier album-studio datait de 1992, s’appelait „The Future“ et faisait preuve d’une grandiloquence sur orgue électronique plutôt révoltante. Puis, il a monté un certain mont Baldy pour s’y faire moine zen. Entre-temps, sa collègue, chanteuse et multi-instrumentaliste, Sharon Robinson a composé, joué et produit dix morceaux. Après quoi, Leonard Cohen est redescendu de sa montagne pour enregistrer sa voix grave et chuchotante par-dessus. Le résultat: un Cohen très introspectif, s’adonnant exclusivement à l’art de la ballade pour un album sans grands tops, ni véritables flops. (Parmi les morceaux les plus réussis: „In My Secret Life“, „Alexandra Leaving“, „The Land of Plenty“.) Et en cinq ans de méditation zen, le poète-pop n’a rien trouvé de mieux que de titrer ces dix nouvelles compositions de la manière la plus banale qui soit: Ten New Songs. Ni plus, ni moins.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.