Rock: Cohen Leonard

Pas neuf, ni onze

Son dernier album-studio datait de 1992, s’appelait „The Future“ et faisait preuve d’une grandiloquence sur orgue électronique plutôt révoltante. Puis, il a monté un certain mont Baldy pour s’y faire moine zen. Entre-temps, sa collègue, chanteuse et multi-instrumentaliste, Sharon Robinson a composé, joué et produit dix morceaux. Après quoi, Leonard Cohen est redescendu de sa montagne pour enregistrer sa voix grave et chuchotante par-dessus. Le résultat: un Cohen très introspectif, s’adonnant exclusivement à l’art de la ballade pour un album sans grands tops, ni véritables flops. (Parmi les morceaux les plus réussis: „In My Secret Life“, „Alexandra Leaving“, „The Land of Plenty“.) Et en cinq ans de méditation zen, le poète-pop n’a rien trouvé de mieux que de titrer ces dix nouvelles compositions de la manière la plus banale qui soit: Ten New Songs. Ni plus, ni moins.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.