Exposition collective : Temps obscurs


La deuxième édition de l’exposition collective « All them Beautiful Pictures » reflète bien l’atmosphère menaçante des temps qui courent – et démontre que même des artistes qui penchent vers le graphisme savent lire les signes du temps.

(image : ©Anne Mélan)

(image : ©Anne Mélan)

Vendredi dernier, lors du vernissage de « All Them Beautiful Pictures », l’intérieur de la galerie « Beim Engel » affichait très vite des températures et une atmosphère quasi tropicale. Apparemment, chacun-e des artistes a fait venir sa famille et son cercle d’amis – pas étonnant que la petite galerie peine à contenir cette masse humaine.

Pourtant, au-delà d’éventuels copinages presque inévitables, un passage par la petite mais chic galerie étatique – elle dépend du ministère de la Culture – en vaut le coup. Ne serait-ce que pour profiter d’un instantané de la jeune scène locale de graphistes et d’artistes-peintres.

Une des artistes dont les œuvres accrochent le regard dès le premier passage dans les salles, c’est la graphiste Anne Mélan. Ses gravures qui ne correspondent pas du tout aux commandes qu’elle exécute régulièrement – comme un portrait de la grande-duchesse pour les timbres-poste qui seront issues pour son soixantième anniversaire – rappellent en partie des maîtres anciens pour leur technique, mais leur côté surréaliste n’est pas sans évoquer des maîtres plus récents comme M.C. Escher, même si par rapport au Néerlandais, Mélan reste dans la simplicité. C’est surtout le côté morbide qui interpelle, une sorte de memento mori distordu. En tout cas, « Der Tod begehrt Fleisch » est une des œuvres marquantes de la deuxième édition de ce format collectif.

Autre artiste ayant choisi la morbidité dans tous ses détails : Kim the Butcher. Comme le nom le dit, Monsieur ne fait pas dans la dentelle. Et sa série de « Skinned Handjobs » démontre avec quel plaisir il s’adonne à l’amour du détail. Un amour du noir qu’on retrouve aussi, mais sans vraie surprise, dans les travaux de Omniscient Being, un pseudonyme derrière lequel se cache Mik Muhlen, frère de Kevin le directeur artistique du Casino. Responsable de plusieurs pochettes de groupes de métal déjà, il déploie toute sa technique dans des œuvres comme « Join Me For Sabbath » ou « Skull Study ».

Moins morbide, mais pas sans arrière-pensées, les travaux de Sascha di Giambattista. Outre la couverture et l’affiche pour le nouvel album « De Kale Bauer » des héros du hip-hop luxembourgeois « De Läb », il critique avec ses deux portraits des prétendants à la présidentielle américaine « Stardust Clinton » et « The Ultimate Warrior Trump » – en catcheurs de « Wrestling » – le niveau définitivement en-dessous de tout de cette campagne.

Impressionnants aussi, les grands canevas de Max Dauphin, qui décorent une partie de la cave. Non seulement par leur taille, mais aussi par l’atmosphère à la limite du film d’horreur qui en découle. Un paysage de jungle y est monté en arrière-plan, dans lequel se cache un gorille avec les crocs bien sortis. Une décoration parfaite pour tout restaurant asiatique.

Certes, une telle exposition de groupe a aussi ses points faibles. Comme par exemple les travaux de Gilles Scaccia (« Gréngs » et « E bëssen Summer ») qui par leur forme et leur contenu ne sont pas vraiment innovateurs. Ou les affiches de cinéma et de séries télé un peu détournées de Jeff Poitiers. Mais cela ne devrait pas retenir le visiteur à diriger ses pas vers la galerie « Beim Engel » – c’est sûrement bien moins ennuyant que le salon du CAL, qui s’annonce à l’horizon !


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.