Gueule de blues : Kid Colling – du baume au cœur

Jeudi soir, cet ancien enfant de chœur converti au blues a fait plus qu’une apparition au bar Liquid, Stadtgrund : pendant plus de deux heures entre blues et rock, le groupe composé de Colling himself, chanteur-guitariste à la gueule singulière, et de trois collègues a livré une performance non seulement musicalement époustouflante, mais pleine de chaleur et de joie.

Votre serviteur, qui n’y connaît rien à la musique, a entendu certains experts autour de lui s’enthousiasmer pour le jeu du bassiste Tom Heck, d’autres pour le joueur d’harmonium Alex Logel ou le drummer Yves Ditsch, voire le jeu de guitare de Kid Colling. Mais au-dessus de toute cette perfection, ce sont la dynamique et le plaisir de jouer ensemble qui ont rendu cette soirée exceptionnelle. Les parties de ping-pong pleines d’humour entre les deux guitares et la voix de Colling pas vraiment belle mais au timbre fervent ont donné une nouvelle vie aux morceaux classiques revisités tels que « Let the Good Times Roll », ou animé les propres créations du guitariste. Envie de découvrir ou de réentendre Kid Colling ? Alors notez la date du 25 mai : le « Kid Colling Cartel » jouera à la Kulturfabrik.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.