MAHO MAEDA: Infiltration artistique

Un oeuf, dirait-on, sur fond rouge. Croquée avec des gros traits, mais non dépourvue de grâce, cette forme ovoï de est bien la seule fermée qu’on trouvera dans l’exposition de Maho Maeda à la galerie Frank Gerlitzki. La jeune artiste originaire du Japon et actuellement étudiante à la Kunstakademie de Düsseldorf, se fie à ses intuitions lorsqu’il s’agit de composer ses tableaux et petites installations. „Avant de peindre, je compose des sons dans ma tête“, décrit-elle sa façon de procéder. Et comme les sons dépassent parfois le cadre de l’ouï e, les lignes filigranes omniprésentes dans ses tableaux dépassent de temps en temps le cadre préfixé. On peut parler de végétation si l’on veut, mais pourquoi ne pas y voir la transposition d’un equalizer graphique d’une stéréo des années 80? Préférant l’esthétique au signifiant, Maho Maeda ne se sacrifie pourtant pas à l’art pour l’art: ses oeuvres sont plutôt des questionnements sur nos habitudes à voir les choses.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.