SCULPTURE: Les jouets de M. Fabre

Il y a dans l’histoire de l’art, tout comme dans l’art contemporain, des artistes scripturaux, qui énoncent un discours avec les moyens qu’ils se donnent, et il y en a qui s’en tiennent à la pure forme. Jan Fabre est sûrement à compter dans la première catégorie. Non seulement que parmi ses nombreuses façons de s’exprimer figure aussi l’écriture, mais tout ce qu’il crée est porteur d’un discours. Comme ses « Thinking Models » qui viennent d’être inaugurés à la Galerie Beaumontpublic+Konigsbloc.

A première vue ce ne sont que des maisons ou autres constructions en miniature. Au deuxième regard, ces modèles revèlent que ni leur contenu, ni la façon dont ils ont été assemblés ne sont innocents. Il y a des lits ou des os dans les caves au dessus desquelles trônent des murs assortis de coquillages, d’outils artistiques ou encore des arsenaux de munition. Les éléments de ces maisons de poupées inhabitées deviennent ainsi autant de signes du discours de l’artiste. Ensemble, ils font office d’un système d’éléments qui se répondent et interagissent. Mais le discours de Fabre est tout sauf dogmatique. Ainsi, le visiteur a la totale liberté d’interprétation sur les « Thinking Models » et peut s’y balader librement.

Certaines autres pièces sont plus équivoques et propres à choquer le bourgeois, comme « Fountain of The World – As a young Artist » : une poupée montrant un jeune homme, couché sur son dos et tenant entre ses mains son sexe érigé. Une minuterie déclenche des fontaines d’un liquide blanchâtre toutes les quelques minutes. Pour dire d’où il tient son inspiration, Jan Fabre n’y va décidément pas par quatre chemins. Une autre pièce au sous-sol évoque d’ailleurs la passion personnelle de l’artiste pour le monde des insectes : elle montre un cabinet d’entomologiste en miniature. Au-délà des références à son oeuvre, elle pourrait aussi rappeler que le grand-père de l’artiste fut un chercheur connu dans la discipline de l’entomologie.

Notons encore qu’en plus de l’exposition, un livre relatant les contacts étroits entre l’artiste et le Luxembourg – et surtout la galerie Beaumontpublic – vient de paraître à la même occasion. « Jan Fabre in the Grand-Duchy of Luxembourg 1994-2009 », par le philosophe Bart Verschaffel est en vente à la galerie.

« Thinking Models », à la Galerie Beaumontpublic+Konigsbloc encore jusqu’au 28 novembre.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.