Art multimédia : Harmonie élémentaire

Au Mudam l’artiste multicasquettes Suki Seokyeong Kang révèle des étincelles de sa large pratique artistique – un art pas total, mais presque.

Si l’on voulait s’en tenir à une formule tellement rebattue qu’elle fait saigner les oreilles de certain-e-s, on dirait que Suki Seokyeong Kang allie dans son art modernité et tradition. Mais ce serait voir les choses trop simplement. Car oui, l’artiste coréenne née en 1977 à Séoul a un background solide. Elle a étudié la peinture orientale à l’Ewha Womans University de Séoul et s’est perfectionnée au Royal College of Art de Londres. De plus, elle enseigne la peinture coréenne à son ancienne université en Corée du Sud.

La peinture tout comme le tissage traditionnel coréen font partie intégrante de son œuvre, notamment des deux sculptures exposées au Mudam, aux noms quelque peu fastidieux de « Grandmother Tower – tow #18-01 » et « Rove and Round – face, mate, belly, #18-01 », entourées de travaux complémentaires.

Pourtant, Suki Seokyeong Kang va plus loin et remixe les médias traditionnels pour en faire quelque chose de nouveau et de bien plus intime. C’est surtout « Grandmother Tower – tow #18-01 » qui pointe dans cette direction. L’amoncellement de structures métalliques représente la stature courbée et abstraite de la grand-mère de l’artiste. La dynamique de la forme ainsi créée est indécise et indique une faiblesse tant dans la démarche présente ici et maintenant que vers un avenir dont on ignore de quoi il sera fait.

L’artiste unit ici plusieurs mouvements. D’un côté elle puise dans les traditions, par les matériaux utilisés et une pratique artistique ouverte et revendiquée par une large frange de la population, tandis que de l’autre elle compose une œuvre intime et personnelle – un hommage à son ancêtre, vénérée dans les cultures asiatiques plus que sous nos latitudes. Mais ce faisant, elle transforme aussi sa grand-mère en une figure universelle, une sculpture qui voyage de musée en musée et qui peut donc déclencher des questionnements chaque fois que quelqu’un la contemple.

C’est aussi simple qu’efficace, mais Suki Seokyeong Kang va encore plus loin dans le cadre de sa pratique artistique. Elle ne se contente pas seulement d’exposer ses sculptures et travaux, mais elle les active aussi. Au cours de performances ayant lieu tous les samedis et dimanches, elle ajoute un élément chorégraphique à ses sculptures, apportant ainsi de la vie à des structures qui ne font pas forcément mouche de par leur taille et leur emplacement au musée. Mais pas uniquement : par son engagement personnel de venir régulièrement au Mudam pour insuffler la vie à ses sculptures, elle démontre aussi une réelle proximité entre œuvre et artiste – ce qui est assez atypique dans le monde de l’art contemporain.

Ce n’est donc pas pour rien que des sculptures qui vues isolément n’évoquent pas grand-chose ont remporté le prix Bâloise 2018 – ce qui est d’ailleurs le cadre de l’exposition au Luxembourg –, et que Suki Seokyeong Kang a participé à la Biennale de Venise cette année et à d’autres expositions tout aussi prestigieuses.

Au Mudam, jusqu’au premier avril 2020.

Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.