Exposition multimédia : Football is My Religion

Le football, sport le plus populaire sur la planète, est-il une religion mondiale ? C’est l’hypothèse qu’émet une expo au MHVL.

(Photo : MHVL)

(Photo : MHVL)

Vénération d’idoles, rituels et système de valeurs : sans doute, le football a très souvent un caractère quasi religieux. Ce n’est pas par hasard que des légendes du ballon rond, tel un Diego Maradona, sont souvent décrites comme des « dieux » du football. D’ailleurs, le surnom de Maradona était D10S, combinaison entre son numéro de joueur, le 10, et le mot espagnol pour dieu, « dios ». En Argentine, son pays d’origine, on parle même de « Dieu et son Messi », en faisant référence au grand Diego et à son compatriote Lionel Messi, Ballon d’or à cinq reprises.

Des parallèles frappants entre le monde du football et les grandes religions existent, et l’expo « Football Hallelujah ! » au Musée d’histoire de la Ville de Luxembourg en fait son point de départ. Maradona, lui, figure d’ailleurs sur les affiches de l’expo, et y occupe une place éminente – notamment à travers un autel qui lui est dédié.

« Le football est-il la religion du 21e siècle ? », le visiteur est-il invité à se demander dès le départ. « Pourquoi seulement celle du 21e siècle ? », pourrait-on répondre, puisque le ballon rond a tout de même connu son grand essor au 20e. Quoi qu’il en soit, avec ses 1,6 milliard de « religieux » dans le monde, le football est à égalité avec l’islam, deuxième religion mondiale – la question est donc tout à fait justifiée.

Comme pour souligner l’idée, les différentes salles de l’exposition abordent la religiosité des supporters de foot dans tous ses aspects. Ainsi, les « puissances supérieures » – comprenez : le hasard -, les « rituels », ou encore les « normes et valeurs ». Différents objets, du livre intitulé « Fussball Unser » (« Notre Football ») – en référence au « Vater Unser » (« Notre Père ») chrétien – au patch décrivant le Bayern Munich comme « notre religion ».

D’ailleurs, les différents objets, authentiques, font toute la force de l’expo. Ici, une veste en jean d’un supporter de Dortmund recouverte d’insignes ; là, un ballon en restes de sacs en plastique fabriqué par des enfants ougandais… même un morceau d’une chaise lancée par des hooligans lors d’affrontements en marge du Championnat d’Europe de cette année y trouve sa place.

Les clubs luxembourgeois et leurs fans sont à l’honneur eux aussi. C’est d’ailleurs une des parties les plus intéressantes : le visiteur peu intéressé peut y apprendre qu’au Luxembourg également, il existe une véritable culture du stade, et que la diversité luxembourgeoise y trouve aussi sa place. Car diversité il y a dans le monde du football : si certains habitants du grand-duché soutiennent des clubs de leur pays d’origine, d’autres se tournent vers les grands clubs allemands ou français, tandis que d’autres encore préfèrent supporter leur club local – et acceptent d’y voir un football un brin moins glamour. Et parfois, ces mondes se mélangent : comme lorsque des fans d’origine italienne apportent un peu de culture des tribunes méditerranéennes aux clubs luxembourgeois.

Malgré la partie très intéressante sur les supporters du Luxembourg, l’expo « Football Hallelujah ! » ne parvient pas réellement à convaincre. Trop large comme sujet peut-être, trop différents les aspects traités. Quoiqu’équipée d’un excellent fil rouge au départ, elle se perd un peu dans la diversité de la thématique et fait des sauts pas toujours très lisibles. Dommage, car un peu plus de cohérence aurait peut-être pu permettre la conversion de certains mécréants.

Jusqu’au 12 mars au Musée d’histoire de la Ville de Luxembourg.

Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.