POLITIQUE CULTURELLE: 2008 commence en 2010

La trêve estivale peut parfois être utile. Par exemple revoir les promesses faites par l’équipe de l’année culturelle à la fin de 2007 et les confronter à la réalité.

Décontamination imminente ?

Vers la fin de l’année 2007 se tenait une conférence de presse dans la halle Paul Wurth. Le choix du lieu n’était certes pas innocent, car c’est dans ce même lieu que devait ressusciter l’esprit du cerf bleu, dont on voulait présenter le bilan et les perspectives. A l’époque, il s’agissait surtout de voir quels projets allaient être reconduits et quels sites allaient pouvoir continuer d’abriter des activités culturelles dans le futur. Car comme le mentionne même le rapport final qui vient de paraître en anglais : une des particularités de Luxembourg et Grande-Région, capitale culturelle européenne 2007, était le développement durable de sites culturels à travers le pays et ladite Grande-Région.

Si l’année a été bonne, point de vue tourisme, intérêt des locaux et finances, il reste toutefois quelques doutes sur les sites et spécialement ceux qui se situent au sud du pays. Commençons notre petite revue « Mais que sont-ils devenus ? » dans la capitale et plus précisément dans les Rotondes, le double coeur qui pompait le sang bleu du cerf à travers le pays. En ce moment, rien ne s’y passe vraiment. Et vu qu’il n’y a pas de suivi officiel sur les travaux de décontamination du site, il reste difficile de dire si celui-ci pourra bien rouvrir ses portes, comme prévu en 2010. Entre-temps, une solution de transition – qui avait été promise au cours de cette fameuse conférence de presse – vient de voir le jour. L’espace Paul Wurth accueillera bien la programmation de l’Exit07 et du festival Traffo, un espace d’expositions étant aussi prévu. Le tout démarrera pour la saison 2008/2009 et les em-ployé-e-s de cette asbl Carré-Rotondes sont plus ou moins identiques à celles et à ceux qui ont bossé pour le cerf bleu en 2007, coordinateur général compris. L’aventure continue donc de ce point de vue, même si cette structure – provisoire, rappelons-le – a mis du temps à être mise en place.

Un autre site sur la liste, le Pavillon grand-ducal, n’a pas vraiment décollé en 2007. Il semble que les CFL n’ont pas voulu rendre hommage à cette boutique de l’année culturelle en continuant à l’utiliser. Il est vrai qu’un magasin n’est pas un haut lieu culturel et qu’en plus, la gare de Luxembourg est en pleine rénovation.

Renaissance au centre

Prochain sur la liste : un haut lieu culturel du Sud, l’ancienne aciérie de Dudelange. Si en décembre 2007, la secrétaire d’Etat à la culture parlait encore d’un accord de principe pour que les lieux soient reconvertis en « studios de production au service de la production audiovisuelle au Luxembourg et de prévoir pour le Hall Fonduq une affectation conjointe au secteur audiovisuel et au secteur associatif, local comme migrant » – rien n’a bougé pour autant. Ce qui est bien dommage, car même si Dudelange, avec l’ouverture du CNA et du centre culturel « opderschmelz » n’a plus rien à envier à ses villes voisines, le Hall Fonduq et le complexe environnant étaient un des lieux les plus intéressants de l’année 2007 : s’y sont déroulés moult concerts ainsi que l’exposition « Retour(s) de Babel ». Mais vu qu’en décembre les frais d’investissement restaient encore à affiner et qu’il n’y avait pas d’idées très claires et fixes sur la création de ces studios, ni sur le partage entre secteurs associatifs et professionnels, la poussière a envahi de nouveau ces beaux lieux.

Mort lente au Sud

Autre ville du Sud, autre Halle, celle des Soufflantes cette fois, située dans le quartier en construction d’Esch-Belval. L’exposition « All We Need » qui s’y est tenue pendant presque toute l’année 2007 a été un des succès les plus confirmés de l’année culturelle. Toutefois, cet immense espace continue lui aussi à rester inutilisé. Même si en faisant le bilan, la coordination générale prévoyait toujours la possibilité d’y faire des expositions, la Halle des Soufflantes a disparu de la surface. Une vague promesse de réaffectation en tant que réserve précieuse des musées luxembourgeois et une future extension de l’université d’Esch-Belval – qui n’est même pas encore en construction – sont tout ce qui reste des belles perspectives qu’on croyait entrevoir. Le séminaire international promis par le ministère de la culture et le Fonds Belval pour ouvrir des perspectives pour ce site, qui devrait avoir lieu au printemps 2008, n’a jamais eu lieu non plus. Force est alors de constater que la Halle des Soufflantes restera un dépôt pour les voitures confisquées par la police grand-ducale et aura peut-être un jour une valeur administrative. Sinon, ce sera le démantèlement annoncé de ce témoignage des temps où l’industrie faisait encore la fierté du Luxembourg. Si tel devait être le cas, les batailles entre autorités et associations de mémoire et autres sont déjà programmées, comme c’est actuellement le cas pour les hauts-fourneaux qui se trouvent juste à côté. Rappelons d’ailleurs qu’en 2006, la Halle des Soufflantes était un des sites les plus en vue pour accueillir des projets associatifs. Le réseau artistique LX5 notamment, avait pondu un long papier détaillant tous les usages possibles de cet espace qu’ils croyaient libre. Mais vu que la coordination générale a choisi de leur donner la halle Paul Wurth avant de les en éjecter honteusement à la fin de l’année culturelle, de telles idées et perspectives se sont révélées n’être que des lubies.

En fin de compte, le rêve du coordinateur général de pérenniser un maximum de sites grâce à l’année culturelle n’aura même pas été un demi-succès. La majorité des sites s’étant rendormis ou promis à un futur qui dépend plus de la finance publique comme privée que d’une véritable initiative culturelle émanant d’un ministère qui fonctionne bien, doté d’une volonté ferme et d’idées claires. Encore heureux qu’il ait réussi à sauver quelques miettes du cerf dans le nouvel espace Paul Wurth, en attendant qu’aux moins les Rotondes soient décontaminées à temps. C’est surtout dommage que la seule ville qui profitera vraiment de nouvelles institutions culturelles sera la capitale du Luxembourg, mais pas celles de la petite, ni de la Grande-Région. Si 1995 a fait naître au Luxembourg une envie de glamour culturel, alors 2007 n’a pas réussi à implanter de vraies structures artistiques fondées.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.