PEINTURES: Billy, Jack et les autres

Certains amateurs d’art n’en ont pas dû croire leurs oreilles en apprenant que David Lynch allait exposer au Luxembourg. Et oui, « the » David Lynch dans la capitale grand-ducale et dans une galerie privée de surcroît ! Depuis longtemps, les mystères autour des films du réalisateur américain ne sont surpassés que par ceux qui se tissent autour de sa personne. Excentrique, génial, adepte de la « Méditation Transcendentale » – que d’aucuns qualifient de secte – Lynch a toujours été un créateur protéïforme et dérangeant. Peu étonnant donc qu’il s’exprime aussi à travers la peinture, qui fut d’ailleurs sa première discipline artistique avant qu’il ne s’essaie à la sculpture, la musique et bien sûr au cinéma.

Alors, qu’attendre des oeuvres picturales issues de la tête de celui qui nous a fait frissonner avec « Twin Peaks », chavirer entre épouvante et empathie avec « Eraserhead » et « Elephant Man » et qui nous a laissé pantois devant « Lost Highway », « Mulholland Drive » et plus récemment « Inland Empire » ?

Et bien, les lithographies et dessins qui décorent les murs de la galerie Nosbaum & Reding ne sont finalement pas si dépaysants. Le noir et le blanc dominent à l’intérieur des cadres de tailles différentes et l’atmosphère produite par ce que l’on y voit ne met pas le visiteur dans tous ses états, comme cela a pu se produire à la vision de certaines de ses prouesses cinématographiques.

D’abord, parce qu’il n’y a pas de mystères. On n’a pas l’impression de devoir trouver l’indice qui expliquera le fin fonds de l’oeuvre. Au contraire : les lithographies de Lynch sont extrêmement claires et exactes. Chaque tableau fait ce que décrit le titre. Par exemple « Angel on Stage », qui montre un ange sur scène. C’est un peu comme s’il n’avait pas pu se démarquer de ses habitudes d’homme de cinéma : toutes ses oeuvres sont autant d’assertions et d’actions. Pas de panorama, pas de perspective mais de simples phrases qui prennent vie à travers de ce que l’artiste a dessiné. Avec à l’appui des noms de personnages parfois récurrents comme Billy, Jack ou encore Sam. Un peu comme s’il avait pris des phrases isolées de scénarios jamais utilisés pour en faire des tableaux.

Mais, comme d’habitude chez Lynch, l’essentiel est ailleurs. Car, si les couleurs et la facture des tableaux sont à des kilomètres de la précision et de la chaleur de certains de ses films, les obsessions qui traversent son oeuvre sont, elles, omniprésentes. La série qui représente des têtes par exemple n’est pas sans rappeler la difformité et l’humanité réunis dans « Elephant Man ». Ou l’amour obsessionnel qui éclate dans « I Hold You Tight », où la femme, distante, essaie de se libérer de l’étreinte d’un homme sur le bras duquel on peut lire le mot « Mine ». D’autres tableaux évoquent son obsession pour le feu ou encore la musique avec « I Have a Radio ».

Plus que pour le côté glamour de l’exposition, une visite est recommandée à celles et ceux qui souhaitent se confronter à l’univers de David Lynch, qui se présente – pour une fois – comme un livre ouvert. Peut-être l’occasion aussi de revoir l’un ou l’autre de ses films qu’on n’avait pas compris au premier visionnage.

A la galerie Nosbaum & Reding, jusqu’au 26 février.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.