COMMUNAUTES RELIGIEUSES: Sus aux Sarrasins ?

N’en déplaise à certains, la communauté musulmane devient de plus en plus visible au Luxembourg. Entre hystérie et préjugés, l’opinion publique vacille.

Mercredi dernier, l’archevêque Jean-Claude Hollerich a fait preuve d’une rare ouverture de l’église catholique : il a partagé le repas de l’Iftar avec la communauté musulmane. Un repas copieux servi à la fin de la journée, quand les musulmans croyants rompent avec le jeûne du ramadan. Cet acte porte en lui une double signification : en premier lieu, il sert à « dédiaboliser » un peu cette communauté qui souffre des hystéries et des théories de conspiration à son égard, surtout depuis le 9/11. Et puis, le soutien de Hollerich aux musulmans est tout sauf désintéressé. Avec le rapport des « experts » sur les futures relations entre l’Etat et les communautés religieuses qui va tomber bientôt, des changements sont en vue. Vu que la communauté musulmane espère enfin être conventionnée comme tous les autres cultes, l’église catholique qui dépend aussi de cette convention, ferait mieux de les soutenir.

Mais à part ce geste de « solidarité », la communauté musulmane du Luxembourg fait plutôt l’objet de controverses qui souvent sont issus plutôt du règne du phantasme que de la réalité. Comme ce canular de trou d’été servi très chaud le weekend dernier par le Tageblatt – et démenti par l’association musulmane « Le juste milieu » quelques jours plus tard: le Qatar ouvrirait une école coranique et une mosquée au Luxembourg. Donc, il ne leur suffirait plus de vouloir ruiner notre fleuron national de l’aérofret, la Cargolux, ou d’acheter nos banques – ce qui d’ailleurs s’est passé avec la complaisance de la place financière et du gouvernement – mais maintenant ils voudraient nous imposer leurs vues religieuses ? C’est un peu ce qu’on pouvait lire entre les lignes du très populiste article de ce quotidien qui se dit toujours de gauche, mais qui trop souvent n’hésite pas à se laisser tomber au niveau de la presse de caniveau. Ce faisant, ils encouragent les pires éléments de notre société, comme les groupuscules d’extrême droite du calibre de la « Luxembourg Defence League » qui, sur leurs pages web, dispersent leur haine de l’islam sous le couvert de la défense des « racines judéo-chrétiennes ». Juste que nos sociétés et nos constitutions ne sont pas basées sur ces « racines », mais se fondent sur les droits de l’homme, qui eux, tendent clairement à limiter l’impact des convictions religieuses sur la vie des citoyens en leur conférant l’égalité devant une loi laïque qui est la même pour tous.

C’est ce qui est en jeu actuellement dans la société luxembourgeoise : limiter l’impact des communautés religieuses sur les finances de l’Etat aussi bien que sur les questions sociétales. L’euthanasie, le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels et l’avortement sont des dossiers qui prouvent qu’enfin le Luxembourg est arrivé au 21e siècle et que l’influence des milieux conservateurs et religieux a beaucoup diminué ces dernières décennies. C’est pourquoi on peut dire que la communauté musulmane n’a peut-être pas choisi le meilleur moment pour se manifester au grand jour. Car une société qui tend à se libérer du joug plus que centenaire de l’église catholique n’est pas prête à accepter de nouvelles règles issues d’un autre culte. Et n’est peut-être pas tellement disposée à en financer un autre – en temps de crise – juste pour garder le status quo.

Si l’islamophobie ambiante est à mettre surtout au compte des préjugés, de la bêtise et du racisme, la confrontation entre l’islam et la société luxembourgeoise peut bel et bien être fructueuse pour toutes les parties concernées. Car elle peut nous aider à nous repositionner face à toutes les forces religieuses et au mieux trouver un nouveau status quo, qui donnerait le primat au citoyen et à la société libre dans le respect des opinions et convictions d’autrui.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.