ART CONTEMPORAIN: Revolver éphémère

La galerie Zidoun & Bossuyt présente la « Suite for Spray Gun » de l’artiste allemand Thomas Zitzwitz, qui célèbre l’éphémère à sa façon.

Ne vous y trompez pas : seules les couleurs originales peuvent rendre justice au travail de l‘artiste.

Une chose avant tout sur l’art de Thomas Zitzwitz : cet homme a du courage. Car sans une bonne réserve de culot, personne n’oserait plus choisir des couleurs pastel de nos jours. Pour ainsi dire, nous nous excusons d’avance auprès de nos lectrices et lecteurs si la reproduction du tableau de l’artiste ci-dessus ressemble à de la mélasse grise. Mais nous pouvons les assurer que, en couleur, cela ne fait pas non plus tomber à la renverse le spectateur.

Pourtant, une visite à la petite galerie Zidoun & Bossuyt n’est nullement déconseillée : il faut juste un peu de temps et de recul pour mieux se plonger dans « Suite for Spray Gun ». L’art de Thomas Zitzwitz se situe plutôt du côté technique et pratique que de celui du contenu, et pourtant une touche personnelle émane quand même de ces grandes toiles abstraites. C’est qu’en contemplant longtemps les différentes couches superposées qui composent les oeuvres de l’artiste, on reconnaît – ou du moins on a l’impression de reconnaître – des formes anthropomorphiques : une tête par ci, une main par là ou encore des pores d’une peau humide sur un autre tableau. Le tout caché dans un brouillard de couleurs et de formes qui semblent arbitraires, mais qui ne le sont – peut-être – pas.

C’est que Zitzwitz jongle entre l’abstraction technique et la composante émotionnelle de ses tableaux. On pense aussi à Kandinsky, à cause du pari de l’artiste avec les couleurs. Mais, contrairement au vieux maître, Zitzwitz ne réussit pas toujours à les arranger de façon harmonieuse. Peut-être que l’artiste n’est tout simplement pas assez synesthétique pour cela.

Le natif de Sindelfinge a cependant réussi à se forger un style reconnaissable et à avancer dans ses recherches picturales. Et il ne fait rien pour plaire à tout prix au spectateur ou pour suivre des modes artistiques – ce qui le rend sympathique à première vue. Pourtant, gager sur l’art abstrait en 2014 comporte aussi le risque de passer pour un autiste de l’art contemporain.

En tout cas, « Suite for Spray Gun » présente l’avantage de ne pas pouvoir laisser indifférent. On aime ou on n’aime pas les tableaux et l’approche de Thomas Zitzwitz. Même sans grands contrastes.

Jusqu’au 10 novembre, 101, rue Adolphe Fischer à Luxembourg-ville.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.