Liberté d’expression : un rappeur devant la justice

Photo : Profil Facebook Turnup Tun

Mise en ligne quelques jours avant les élections législatives en octobre, la chanson « FCK LXB » du jeune rappeur Turnup Tun a fait un petit tabac – les quelques 9.500 vues sur la plateforme Youtube en attestent. Labellisée comme satire politique, elle se concentre surtout sur les tenants de la droite populiste comme l’ADR et ses acolytes du Wee 2050. Et certes des lignes comme : « Féck den ADR, si hunn d’Land net gär » et autres peuvent paraître vulgaires, mais cela reste largement dans les limites du genre du rap – où les coups en dessous de la ceinture ne sont pas uniquement permis, mais souhaités. D’autant plus que le texte ne se limite pas au bashing, mais exprime et explique les convictions de l’artiste. Que quelques-unes des personnes visées dans le clip – notamment Fred Keup, Joe Thein et Dan Schmitz – n’aient pas apprécié d’être exposés ainsi et portent plainte est compréhensible. Ce qui l’est moins, c’est l’attitude du parquet qui aurait pu classer les plaintes au nom de liberté d’expression. Pourtant, comme l’artiste vient de l’annoncer un procès contre lui aura bien lui le 28 mars à 15 heures au palais de justice à Luxembourg – à noter donc, si vous voulez soutenir l’avenir de la libre parole au grand-duché.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.