Société : La vérité si je mens


À travers l’expo « Gleef dat net ! », le Lëtzebuerg City Museum décrypte actuellement quelques théories du complot d’hier et d’aujourd’hui. Plus qu’une mise à jour, il s’agit d’une mise à nu.

Photo : Nuno Lucas da Costa

Les théories du complot ont toujours marqué notre imaginaire au fil du temps. Beaucoup de personnes qui l’ont regardé en direct racontent qu’après l’alunissage de 1969 il était fréquent d’entendre que tout n’était qu’une mise en scène digne d’un film de Kubrick. Dans un passé proche, on se souvient des théories du complot qui ont gravité autour de l’effondrement des tours jumelles du World Trade Center en 2001. Actuellement, ces théories, toutes plus fantaisistes les unes que les autres, battent leur plein avec la crise pandémique. Si l’on y ajoute une rapide diffusion à travers les réseaux sociaux, le paroxysme est facilement atteint, et, dans le cas de la Covid-19, c’est surtout Bill Gates qui en prend pour son grade. On insinue que le créateur de Windows voudrait contrôler la population mondiale en lui implantant des puces à travers la vaccination. Bref…

En plus de ces trois faits marquants, le Lëtzebuerg City Museum réunit d’autres histoires qui à un moment ont été soumises à toutes sortes de théories farfelues. Ainsi, il est curieux d’apprendre que déjà Hitler utilisait l’expression « Lügenpresse » dans le but de manipuler une nation entière, non sans rappeler l’ancien occupant de la Maison Blanche et sa viscérale expression « fake news », qui a caractérisé son discours tout au long de son mandat, pour fustiger les médias et les journalistes. Dans ce contexte hitlérien, une partie de l’expo est consacrée aux théories négationnistes de la Shoah et au supposé complot juif censé dominer le monde. L’expo nous parle aussi, entre autres, d’une prétendue existence de reptiles humanoïdes. Il s’agit ici sans nul doute de la plus abracadabrantesque de toutes les théories complotistes de l’expo. Même la reine d’Angleterre figurerait parmi cette légion d’êtres mystérieux. Il faut aussi reconnaître que beaucoup de ces théories sont devenues des best-sellers en librairie ou ont rempli les salles de cinéma.

Présentée en trois langues (français, allemand et anglais), l’expo aborde ainsi une diversité de sujets indépendamment de leur chronologie et de leur contenu. Les informations nous sont livrées par interaction tactile sur plusieurs écrans, auxquels s’ajoute un large choix de documents, livres et objets divers. Dans le cas de l’attentat des tours jumelles, un moteur d’ascenseur de l’un des édifices écroulés va jusqu’à s’incruster dans l’expo. À la fin, le visiteur et la visiteuse concluront que les théories du complot sont surtout un moyen de gagner de l’argent, d’accéder au pouvoir ou de déstabiliser ce dernier – ou encore d’inciter à la haine contre des individus ou des groupes de personnes. Dans toute cette spirale du paraître, heureusement survit et persiste le métier de journaliste, qui cherche à démêler le vrai du faux. N’oublions pas non plus les travaux de recherche de la communauté scientifique.

À un moment où les fake news se propagent à une vitesse quasi sidérale, « Gleef dat net ! » arrive à un moment plus qu’opportun. Il s’agit surtout d’une belle occasion d’ouvrir les yeux à quelques esprits crédules qui ne cessent d’avaler des théories fumeuses en tout genre. Pour ces mêmes personnes, la vie demeure inévitablement un long poisson d’avril. Entre-temps et en attendant les jours postpandémiques, n’oublions pas de consommer du citron vert ! Il nous protège, paraît-il, contre la Covid-19…

Jusqu’au 16 janvier 2022 au 
Lëtzebuerg City Museum.

Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.