Techniques mixtes : Gloire à la dorure

Fait relativement rare à la galerie Simoncini, deux artistes se partagent les locaux plutôt que d’investir leurs propres espaces. Un point commun cependant : une prédilection pour la couleur dorée. Mais ce n’est pas tout.

Photos : woxx

Ç’aurait dû être une grande rétrospective l’année dernière, et puis la pandémie a tout chamboulé. Mais Nicolae Fleissig est bien présent en ce début de printemps rue Notre-Dame… et de belle manière, puisque la galerie a pioché dans ses collections pour offrir un retour en arrière sur les nombreuses expositions passées du sculpteur, tout en proposant au rez-de-chaussée une impression de la nouvelle manière de celui-ci.

Quel est donc le nouveau Fleissig ? Un artisan qui travaille des matériaux plus légers, d’abord : si marbre, grès et métal se taillent la part du lion au premier étage, qui montre des travaux plus anciens, les œuvres de 2020 et 2021 privilégient le bois (même si franchement dur après un long séjour dans l’eau, comme celui des piliers du « Piège doré », récupérés dans un parc à huîtres), voire le papier. Et puis il y a cette couleur or omniprésente. Apparemment, son utilisation viendrait d’une expérience du sculpteur dans la nature, alors que celui-ci avait enfilé un t-shirt jaune, attirant à lui d’innombrables papillons. C’est pourquoi bon nombre de titres de ses œuvres récentes tournent autour des lépidoptères : « Le vol du papillon doré », « Le nid de papillons dorés » ou « Migration des papillons dorés ». Des travaux à regarder au soleil de printemps pour une impression garantie sur la rétine.

La rétrospective continue au sous-sol, où l’on trouvera notamment une « Agressivité du passage » à la limite du terrifiant, avec ses dents qu’on devine coupantes et menaçantes, en bois d’iroko. La présence d’œuvres récentes et plus anciennes est en tout cas bienvenue, offrant un aperçu de l’évolution de l’artiste au fil des années. L’abstraction reste de mise cependant, tempérée par la métaphore récente des papillons, il est vrai.

Aux murs, les tableaux de Christophe Souques qui accompagnent les sculptures de Fleissig sont une belle trouvaille du galeriste. C’est que le peintre, d’abord, fournit un contraste relativement figuratif – on reconnaît facilement des formes, des silhouettes. Les lions semblent revêtir une importance particulière pour lui, et ils sont évidemment dorés : voilà un lien chromatique fort entre les deux œuvres telles qu’exposées dans la galerie. Mais Souques rejoint aussi son collègue dans l’utilisation de certains matériaux. Ainsi, la cendre des tableaux de sa série de peintures grand format « Égal » vient coïncider avec l’étonnant morceau de charbon (trouvé dans sa forme exacte d’œuf sur une plage, selon Fleissig) du « Contenant sacré ». Des travaux complémentaires, donc, montrés dans un esprit de partage incontestable.

Comme nous sommes dans une galerie qui aime la poésie, sont également disséminés à divers endroits des textes de Christophe Souques. On peut notamment y lire le vers « une rivière d’or sillonnant l’air noir », très adéquate métaphore des travaux du peintre. Celui-ci, dans le registre littéraire, joue aussi avec la construction et la longueur de ses titres, n’hésitant pas à nommer un tableau « La fumée du sommet déversée sur les parties qui ne sont pas au courant ». Tout un programme ! En tout cas, l’association des deux artistes fonctionne ici à plein, provoquant interrogations et rapprochements de formes, de couleurs et d’idées dans un bel ensemble homogène.

À la galerie Simoncini, jusqu’au 7 mai.

Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.