Tom Hengen : Journeys into Modern Mythologies

On ne peut pas dire que Tom Hengen soit un poète omniprésent sur la scène littéraire locale : avec « Journeys into Modern Mythologies », le vainqueur du Concours littéraire national 2011 publie son deuxième recueil seulement. Une lente maturation qui se sent dans les textes de ce court mais intense recueil.

S’il fallait dévoiler un fil conducteur aux trois parties de « Journeys into Modern Mythologies », ce serait celui du voyage intérieur. Un voyage intérieur qui non seulement explore la psyché du poète et narrateur, mais qui relie celle-ci à la vaste expérience humaine, à toutes les époques, dans tous les lieux – surtout à notre époque, puisque l’auteur y est fermement ancré. mehr lesen / lire plus

Photographie : Le paysage dans tous ses états

Dans le cadre du Mois européen de la photographie, les expositions sont nombreuses dans tout le pays. Arrêt sur images à Neimënster, où sont montrées les œuvres de cinq photographes de la Grande Région ayant obtenu la bourse « Regards sans limites ».

Une composition issue de la série « Psittacula » de Patrick Galbats. (Photo : woxx)

Quel regard portent les jeunes photographes sur le paysage ? À l’occasion des dix ans de la bourse « Regards sans limites », destinée à soutenir la création photographique régionale émergente, le cloître Lucien Wercollier se voit investi par les arbres, les feuilles ou les animaux, dans des propositions aussi variées qu’intéressantes. mehr lesen / lire plus

Dans les salles : Pesar-Madar

Ce long métrage aux intentions excellentes attire l’attention sur le sort peu enviable des veuves en Iran en montrant une séparation forcée entre mère et fils. Le dépaysement et la réflexion sont là, et le film mérite d’être vu, même s’il tarde à démarrer et propose une fin qu’on est en droit de trouver trop abrupte.

L’évaluation du woxx : X
Tous les horaires sur le site. mehr lesen / lire plus

Dans les salles : Honest Thief

Que reste-t-il à voir lorsqu’on a déjà épuisé presque toute la programmation locale ? Peut-être cet honnête film de vengeance, avec un Liam Neeson qui déroule en habitué du genre. Pas d’intense réflexion ni de message politique ici, mais une action somme toute bien calibrée qu’amatrices et amateurs du genre pourront apprécier.

L’évaluation du woxx : X
Tous les horaires sur le site. mehr lesen / lire plus

Photographie : Le cœur à Lhassa

Sous le titre « Tibet, 60 ans d’exil », l’ONG Les Amis du Tibet Luxembourg propose une exposition virtuelle sur la population tibétaine installée en Inde. Les douze clichés agrémentés de textes célèbrent le refus de perdre tout espoir de retour.

« Gelek Wangmo – la nonne doctorante », une des photos de l’exposition. (Photo : Tsering Topgyal)

Celles et ceux qui figurent sur les photographies de l’exposition sont maquilleuse, rappeur, médecin, infirmière, tatoueuse ou lycéenne. Leur point commun ? De Dharamsala à New Delhi, ils et elles représentent la communauté tibétaine en exil en Inde, toutes générations confondues. L’exode tibétain commence en mars 1959, après la révolte contre la Chine. mehr lesen / lire plus

Dans les salles : Promising Young Woman

Photo : Merie Weismiller Wallace/Focus Features

Côté moins, le film laisse planer une dérangeante ambiguïté sur la vengeance féminine après des abus sexuels, au point qu’on se demande quelle peut bien être sa « morale ». Côté plus, une réalisation réussie où les images et la musique se mêlent dans des plans très soignés. Malgré le malaise, le cinéma l’emporte.

L’évaluation du woxx : XX
Tous les horaires sur le site. mehr lesen / lire plus

Dans les salles : Sheytan vojud nadarad

Ours d’or à Berlin, le film « There Is No Evil » a été présenté en clôture du dernier Luxfilmfest. En quatre parties intimement reliées par leur thème, il marque et bouleverse, dans un grand élan de cinéma libre.

Une interprétation à la fois naturelle et intense : Baran Rasoulof et Mohammad Seddighimehr dans le quatrième volet du film. (Photo : Trigon Film)

Condamné par deux fois à une peine de prison pour « propagande contre le régime » et assigné à résidence, le réalisateur Mohammad Rasoulof n’est pas allé recevoir la consécration remportée par son film à Berlin l’an dernier. mehr lesen / lire plus

Beata Szałwińska : Une piste pour Piazzolla

L’année 2021 marque le centenaire de la naissance du compositeur argentin Astor Piazzolla, inventeur du « tango nuevo ». Parmi les nombreuses célébrations, une a un lien particulier avec le Luxembourg.

Pianiste luxembourgo-polonaise de formation classique, Beata Szałwińska se consacre depuis un certain temps aux compositions d’Astor Piazzolla, qu’elle a découvertes en 2002. C’est ainsi qu’elle fonde rapidement après cette révélation l’Aconcagua Project : un groupe à géométrie musicale variable qui s’est déjà produit dans plusieurs pays et compte plusieurs enregistrements à son actif. Lors de ses performances, la musicienne se transforme même parfois en danseuse.

Cependant, elle n’avait pas encore enregistré la musique de son idole argentine en piano solo. mehr lesen / lire plus

Dans les salles : Chun jiang shui nuan

Enfin sort dans les salles luxembourgeoises ce « Séjour dans les monts Fuchun » qui a tant fait parler de lui au début de l’année 2020. L’attente est pleinement récompensée.

Une idylle se noue sur le fleuve Fuchun. (Photos : ARP Sélection/Dadi Film/Factory Gate Film)

On l’a évoqué plusieurs fois déjà dans ces colonnes : l’ouverture – exceptionnelle en Europe – des cinémas au grand-duché nous vaut de voir des films qui sinon n’auraient pas atteint nos écrans. Preuve s’il en est de la frilosité des salles luxembourgeoises, qui ont quand même réussi à snober pendant plus d’un an ce film fleuve remarqué au Festival de Cannes 2019 et auréolé d’un succès critique important en janvier 2020. mehr lesen / lire plus

Techniques mixtes : Gloire à la dorure

Fait relativement rare à la galerie Simoncini, deux artistes se partagent les locaux plutôt que d’investir leurs propres espaces. Un point commun cependant : une prédilection pour la couleur dorée. Mais ce n’est pas tout.

Photos : woxx

Ç’aurait dû être une grande rétrospective l’année dernière, et puis la pandémie a tout chamboulé. Mais Nicolae Fleissig est bien présent en ce début de printemps rue Notre-Dame… et de belle manière, puisque la galerie a pioché dans ses collections pour offrir un retour en arrière sur les nombreuses expositions passées du sculpteur, tout en proposant au rez-de-chaussée une impression de la nouvelle manière de celui-ci. mehr lesen / lire plus

Dans les salles : Space Boy

Le film est bien calibré pour les enfants à l’approche des vacances scolaires, et c’est déjà quelque chose. Pour les adultes, le mélange entre onirisme et humour ne prend pas vraiment, l’histoire navigant souvent dans une zone de confort sympathique et connue sans jamais se lâcher.

L’évaluation du woxx : X

Tous les horaires sur le site. mehr lesen / lire plus

Vidéo : Lueurs d’espoir

Petite vidéo, grande impression. Les portraits de « Femmes » accompagnées par le Samusocial bruxellois sont glaçants dans leur sobriété, mais aussi porteurs de nouveaux départs positifs.

Photo : Neimënster

Deux fauteuils, un écran et une vidéo d’une dizaine de minutes, c’est tout ce dont « Femmes » a besoin pour d’abord faire pester contre le genre humain puis amorcer déjà une réconciliation. Pas de mouvement non plus : aux quatre témoignages successifs qu’on peut découvrir correspondent quatre clichés de Gaël Turine, sur fond neutre, avec un éclairage presque clinique qui ne cherche pas à dissimuler les imperfections. En voix off, les textes d’Anne-Cécile Huwart privilégient les phrases simples et les descriptions factuelles pour évoquer les quatre histoires, distillant cependant au passage des citations chocs. mehr lesen / lire plus

Le PEN/Manheim Award for Translation pour Pierre Joris

Dans un communiqué de presse, l’organisation PEN America a annoncé ce mardi 23 mars qu’elle attribuait à Pierre Joris son prix PEN/Manheim, destiné à récompenser l’ensemble d’une œuvre de traduction.

Si le poète est d’abord connu dans ce domaine pour la traduction en anglais de l’intégrale des œuvres de Paul Celan, le jury souligne cependant que « dans un paysage de la traduction littéraire fortement caractérisé par des cloisonnements linguistiques et nationaux, le travail de Pierre Joris a longtemps été et reste essentiel afin de cartographier les courants et contre-courants de la modernité mondiale ».

À la croisée des deux rives de l’Atlantique et toujours proche des berges de la Méditerranée, le Luxembourgeois a bâti des ponts et tressé des liens innombrables, bien au-delà de son rôle de passeur pour Celan. mehr lesen / lire plus

Théâtre : Les frontières d’hier à aujourd’hui

Que se passe-t-il dans la tête d’un frontalier qui se rend chaque jour ouvrable dans un autre pays pour y travailler ? Jean Portante donne sa version dans un monologue scénique au TNL, en cultivant ses thèmes favoris.

Prisonnier volontaire d’une frontière ou prêt à la franchir ? Jacques Bonnaffé interprète « Frontalier ». (Photo : Bohumil Kostohryz)

Les frontières reflètent des conflits caducs ou de vieux accords inadaptés aux réalités actuelles. Partant de cette arbitraire restriction de la liberté de mouvement, qui irrigue l’ensemble de son œuvre, Jean Portante offre un monologue en forme de récapitulation de son travail d’écrivain : ce personnage au volant de sa voiture qui traverse la frontière luxembourgeoise, qui discourt sur cette migration de son père de l’Italie vers le grand-
duché – laquelle aurait bien pu s’arrêter en France –, c’est évidemment un peu lui. mehr lesen / lire plus

Dans les salles : Mr Jones

Agnieszka Holland a la main un peu lourde dans la démonstration pour cette évocation de la famine ukrainienne de 1932-1933, mais le propos est très intéressant sur le plan historique et réserve quelques scènes fortes, voire insoutenables (âmes sensibles d’abstenir).

L’évaluation du woxx : XX

Tous les horaires sur le site. mehr lesen / lire plus

Dans les salles : This Is Not a Burial, It’s a Resurrection

Choc culturel garanti : « This Is Not a Burial, It’s a Resurrection » transporte les cinéphiles au royaume du Lesotho, pays montagneux et enclavé dans l’Afrique du Sud. Une petite pépite africaine qui apporte diversité et âme sur le grand écran.

Une incarnation habitée : Mary Twala joue la veuve Mantoa, farouche et déterminée. (Photo : Trigon Film)

La caméra se faufile lentement dans un bar, montre des visages neutres, s’arrête enfin sur un conteur. Muni de son lesiba, un arc à bouche érigé en instrument national au Lesotho, il narre, chante et produit d’étranges notes vibrantes. Déjà sa voix et son instrument nous bercent et nous expédient dans une sorte de transe : place au plaisir de la veillée, alors que le monde extérieur est comme suspendu. mehr lesen / lire plus

Techniques mixtes : Festival de reflets

Les œuvres récentes de Moon-pil 
Shim à la galerie Simoncini, sous leur apparente et provocante simplicité, se fondent dans l’espace d’exposition et la saison pour susciter chatoiements et éclats.

Photos : woxx

Lorsqu’on examine la liste des œuvres exposées, deux termes reviennent sans cesse : d’abord « plexiglas », puis « reflet ». Le maître matériau et le maître mot, pourrait-on dire, car Moon-pil Shim décline sur deux niveaux de la galerie d’innombrables reflets au moyen de ce plastique transparent, dans des travaux à la simplicité parfois confondante. Avec des formes géométriques de base peintes sur une couche unique – ou des couches multiples pour donner du relief –, avec des incisions dans un papier de couleur collé sous une couche de plexiglas, l’artiste d’origine coréenne s’amuse avec ce que l’œil perçoit. mehr lesen / lire plus

Dans les salles : Poissonsexe

Fable dystopique où les animaux marins succombent à cause des excès humains, « Poissonsexe » fait souffler un petit vent de fantaisie sur un genre souvent tragique.

Dans un monde où la libido se meurt, l’histoire qui naît entre Daniel et Lucie a-t-elle une chance ? (Photo : O’Brother)

Dans l’océan, les rejets d’œstrogènes ont tellement affecté les poissons qu’ils en ont disparu. Quant à la dernière baleine, Miranda, elle erre dans les eaux de l’Atlantique, suivie par des millions de personnes grâce à un site internet. À Bellerose-sur-Mer, Daniel essaie en vain avec une équipe de scientifiques de stimuler la reproduction d’Adam et Ève, les deux derniers poissons-zèbres dont dispose son laboratoire. mehr lesen / lire plus

Jazz : Renards rusés

Avec « Sly », le trio Reis Demuth Wiltgen entend jazzifier ses racines luxembourgeoises. Avant la sortie officielle le 26 février et le concert de présentation le 27 février au Trifolion, le woxx a écouté les treize plages de ce nouvel opus.

Le trio Reis Demuth Wiltgen affronte l’hiver avec un nouveau CD. (Photo : Marlene Soares)

Il y a tout juste deux semaines, à l’occasion de la sortie du nouveau CD de l’ensemble Kammerata, nous nous interrogions dans ces colonnes sur l’existence ou non d’une spécificité luxembourgeoise dans la musique contemporaine. Voilà que se pose cette même question – dans le cadre du jazz toutefois – pour « Sly », du trio Reis Demuth Wiltgen : « Le patrimoine luxembourgeois est précieux pour eux et constitue une base sur laquelle ils peuvent s’appuyer pour composer et créer ainsi leur son si particulier et en même temps novateur », peut-on lire dans le communiqué de sortie. mehr lesen / lire plus

Dans les salles : The Secrets We Keep

Le film ne manque pas d’ambition et fait explicitement référence à Hitchcock, réussissant souvent à ménager suspense et révélations. Si l’on y ajoute une direction artistique soignée et une interprétation convaincante, on a là une tranche agréable de thriller post-Seconde Guerre mondiale dans une Amérique loin d’être enchantée.

L’évaluation du woxx : XX

Tous les horaires sur le site. mehr lesen / lire plus