Prix Batty-Weber : Trois questions à Pierre Joris

Le woxx a déjà consacré plusieurs articles à Pierre Joris. Il était donc tout naturel que notre hebdomadaire s’entretienne avec lui pour célébrer le prix national de littérature qui lui a été attribué. Langues, confinement, poésie, nomadisme et Celan : retour informel sur une carrière bien remplie.

Quelques livres parmi la soixantaine que Pierre Joris compte dans sa bibliographie.

woxx : Même si tu as quitté le Luxembourg pour d’autres horizons rapidement en raison de l’étroitesse de son milieu littéraire de l’époque, tu y as toujours maintenu des attaches. Elles se sont souvent concrétisées par des projets artistiques. Comment perçois-tu ce prix Batty-Weber au regard de ta relation spéciale à ton pays natal ? mehr lesen / lire plus

Sur arte.tv : Wadjda

Le premier film saoudien, réalisé de surcroît par une femme, ça n’est pas rien. Et si le scénario et la cinématographie sont quelquefois simplistes dans leur réalisme revendiqué, on ne peut s’empêcher de ressentir une forte empathie pour cette jeune fille, qui évolue avec candeur dans la société d’oppression larvée de son pays. Une jolie (re)découverte.

L’évaluation du woxx : XX

À voir sur arte.tv mehr lesen / lire plus

Culture confinée : Au-delà du domaine public

La semaine dernière, le woxx avait évoqué le site ebooksgratuits.com, mine de livres du domaine public à télécharger. Mais des ressources gratuites pour la littérature actuelle existent aussi, qu’elles soient temporaires – pandémie oblige – ou pas. Suite de notre série sur la lecture numérique.

« Arthur Maçon », un livre offert par publie.net et l’auteur Joachim Séné pendant la pandémie. (Photo : publie.net)

Les conseils de notre numéro précédent vous ont plu, mais tout de même, après une orgie de lecture de livres datant de plus de 70 ans après la mort de leur autrice ou auteur, vous avez envie d’un style plus moderne, d’un vocabulaire plus actuel. mehr lesen / lire plus

Sur vod.lu : Roubaix, une lumière

Bon, il n’y a pas que Netflix pour regarder des films en ligne. Le site vod.lu, par exemple, propose un catalogue fourni et original, agrémenté de nouveautés qui auraient dû sortir en salles ces prochains jours. Mais aussi un excellent polar de l’été dernier qui n’a pas bénéficié d’une sortie nationale. « Roubaix, une lumière », s’il emprunte au cinéma d’auteur, fait scintiller le pavé roubaisien dans la plus pure tradition du genre… flic attachant et suspectes retorses en tête.

Une confrontation permanente des personnages, entre mensonges et faux-semblants. (Photo : Shanna Besson)

La mention « basé sur une histoire vraie » est souvent utilisée au cinéma, comme si la réalité qui rattrape la fiction était un gage de qualité, ou du moins d’intérêt pour les spectateurs et spectatrices. mehr lesen / lire plus

Culture confinée : Et les ebooks ?

Certes, la Bibliothèque nationale rappelle sur Facebook que ses ressources en ligne, notamment le prêt de livres électroniques, sont toujours disponibles. Mais l’internet regorge de sites d’excellente qualité, gratuits et sans dispositifs de suivi numérique. Une première bonne idée pour des lectures en français.

À tout seigneur tout honneur : commençons par le vénérable site ebooksgratuits.com. Avant même que la notion de lecture électronique soit devenue populaire chez le grand public, l’animateur de ce site avait créé un groupe Yahoo destiné à rassembler des volontaires autour de la création de livres électroniques de qualité, pour des publications libres de droits. mehr lesen / lire plus

Les ressources numériques de la BNL en quelques clics

Illustration : BNL

La BNL met en place une procédure simplifiée d’inscription pour bénéficier de l’accès à ses ressources numériques.

Vous n’aviez pas encore votre carte de lectrice ou lecteur à la Bibliothèque nationale et vous souhaitiez pourtant avoir accès à ses nombreuses ressources numériques, confinement oblige ? Dans un communiqué, l’institution, fermée en raison des mesures de distanciation sociale imposées par le gouvernement, annonce qu’elle a mis en place une procédure simplifiée d’inscription par courriel : il suffit de remplir le formulaire adéquat pour recevoir par retour un numéro d’inscription et un mot de passe, afin d’explorer et de bénéficier des ebooks, journaux numériques et bases de données regroupés sur le site a-z.lu mehr lesen / lire plus

Dans les salles : Dark Waters

Film de commande pour Todd Haynes, « Dark Waters » est d’abord le projet de Mark Ruffalo. Mais cette histoire de pollution des eaux de Virginie-Occidentale par DuPont sait se faire haletante, malgré les codes du genre déjà bien connus.

À la loupe : pas facile d’éplucher les documents pléthoriques fournis par DuPont. (Photo : Participant & Killer Films)

Difficile de ne pas penser à « Erin Brockovich » lorsqu’on évoque « Dark Waters ». Si le premier nous emmenait dans le désert Mojave sur la piste d’une pollution de la nappe phréatique, le nouveau film de Todd Haynes embarque pour Parkersburg, en Virginie-
Occidentale. mehr lesen / lire plus

Dans les salles : The Invisible Man

Malgré une performance mémorable d’Elisabeth Moss et une distribution en général convaincante, cette revisite féministe de l’homme invisible souffre de lourdeurs démonstratives appuyées par la musique et les panoramiques angoissants. Un film popcorn et petites frayeurs parfait pour amateurs et amatrices du genre, c’est tout.

L’évaluation du woxx : O
Tous les horaires sur le site. mehr lesen / lire plus

Dans les salles : Das Vorspiel

Tiraillé entre le portrait de femme (excellente Nina Hoss) et le thriller psychologique à composante musicale, le film, comme sa protagoniste, ne sait pas forcément bien où il va. Mais même s’il s’éparpille, restent longtemps en tête ces notes de Bach arrachées à un élève par une professeure possessive.

L’évaluation du woxx : XX
Tous les horaires sur le site. mehr lesen / lire plus

Dans les salles : Un divan à Tunis

Petit film peut-être, mais plus profond que son vernis d’amusante comédie : « Un divan à Tunis » plonge sur un mode humoristique dans les esprits déboussolés post-révolution tunisienne.

Selma en plein travail : il y en a des maux à soigner, après la révolution de jasmin. (Photo : Diaphana distribution)

Il a une barbe soignée, un regard franc : pas de doute, c’est un musulman. Le quiproquo initial du film, qui fait voir dans le portrait de Freud un coreligionnaire, annonce déjà la couleur. Dans une société débarrassée de la dictature de Ben Ali et en proie à l’influence croissante du religieux, les signes, les perceptions et les interprétations tiennent le haut du pavé. mehr lesen / lire plus

Dans les salles : La vérité

Hirokazu Kore-eda se met en tête de tourner en France : heureusement, son style de cinéma familial s’y acclimate plutôt bien, sans atteindre cependant l’intensité de ses films précédents. Juliette Binoche et Catherine Deneuve, qui se joue quasiment elle-même, forment un duo bien assorti.

L’évaluation du woxx : XX
Tous les horaires sur le site. mehr lesen / lire plus

Dans les salles : La fille au bracelet

Entre malentendus et non-dits, comment juger si on ne comprend pas ? « La fille au bracelet », en brossant le portrait de l’accusée d’un fait divers sordide, plonge dans le fossé qui sépare les générations.

Conseillée par une avocate chevronnée, Lise conserve son aura mystérieuse. (Photos : Mathieu Ponchel)

Le scénario de « La fille au bracelet » est inspiré de celui d’« Acusada », de l’Argentin Gonzalo Tobal, sorti en 2019. Lise est accusée du meurtre de son amie Flora. Cette dernière avait publié sur les réseaux sociaux une vidéo montrant la jeune femme pratiquant une fellation. Mais au-delà de ce mobile présumé, l’enquête ne semble pas avoir apporté de preuves tangibles, seulement des soupçons. mehr lesen / lire plus

Sculpture : Construire le goût

Sous le titre « Des mondes construits », le Centre Pompidou de Metz propose une exposition thématique consacrée aux divers courants de l’abstraction en sculpture. Cet intéressant aperçu historique est illustré par des pièces majeures de l’institution.

Max Bill, « Unendliche Schleife », version IV, 1960-1961 (Photo : © ADAGP, Paris 2019)

La rupture avec la tradition, c’est un peu une constante de la recherche artistique. Qui s’intensifie au début du 20e siècle, lorsqu’une grande partie de la sculpture moderne cherche à sublimer le réel en le décomposant plutôt qu’en le reproduisant fidèlement. C’est l’époque des avant-gardes : cubisme, constructivisme ou art concret (même si celui-ci entend s’opposer à l’art abstrait tout autant qu’à l’art figuratif) s’épanouissent, le Bauhaus ou De Stijl cogitent. mehr lesen / lire plus

Dans les salles : Les traducteurs

Le terme « europudding » a été utilisé par les critiques à propos du film. Oui, ces traducteurs et traductrices qui s’expriment dans un français idiomatique nuisent à la vraisemblance. Cela dit, l’intrigue policière, si elle n’égale pas les sommets du genre, est suffisamment bien ficelée pour divertir.

L’évaluation du woxx : XX
Tous les horaires sur le site. mehr lesen / lire plus

OPL : Gustavo Gimeno rempile

Gustavo Gimeno au concert d’hier 13 février, avec le compositeur Francisco Coll et la soliste Patricia Kopatchinskaja ; au second plan, les membres de l’OPL (Photo : Philharmonie/Alfonso Salgueiro)

Heureuse nouvelle hier à la Philharmonie : l’Orchestre philharmonique du Luxembourg pourra compter sur la direction musicale de Gustavo Gimeno jusqu’en 2025. La prolongation de contrat a été annoncée dans une conférence de presse où la ministre de la Culture, Sam Tanson, le président de la Philharmonie, Pierre Ahlborn, et le directeur général de l’institution, Stefan Gehmacher, ont été unanimes pour saluer l’apport du chef espagnol depuis qu’il a pris les rênes de l’orchestre en 2015. mehr lesen / lire plus

Devoir de mémoire : En Suisse aussi

La chapelle de Neimënster accueille jusqu’à début mars l’exposition itinérante « The Last Swiss Holocaust Survivors », proposée par la fondation Gamaraal. Témoignages concis, photographies sobres : l’art s’efface devant la puissance de la mémoire.

Pas facile de porter un jugement blanc ou noir sur l’attitude de la Suisse face aux persécutions nazies subies par la population juive, tsigane, opposante politique ou homosexuelle dans les années 1930. La confédération ferme certes ses frontières en 1939, écrivent Gregor Spuhler et Sabina Bossert dans le rappel historique qui contextualise l’exposition, et ce bien que les autorités connaissent dès 1942 la menace qui pèse sur celles et ceux qui souhaitent en faire une étape vers d’autres contrées ou s’y réfugier. mehr lesen / lire plus

Dans les salles : Le prince oublié

Le scénario est plutôt habile, avec ses allers-retours entre la réalité et le monde des contes. Il est malheureusement médiocrement incarné par une distribution inégale – où seule Bérénice Bejo semble à l’aise – et des effets spéciaux d’un niveau inférieur aux possibilités actuelles. Pour les enfants, à la rigueur.

L’évaluation du woxx : O
Tous les horaires sur le site. mehr lesen / lire plus

Birds of Prey (And the Fantabulous Emancipation of One Harley Quinn)

Si on n’espère rien d’autre que du divertissement et qu’on n’est pas allergique à la violence au second degré et aux bons mots en voix off, le film se laisse voir avec un certain plaisir coupable. Aller jusqu’à dire que spectatrices ou spectateurs s’amusent autant que Margot Robbie, visiblement folle amoureuse de son rôle, serait un peu exagéré. Mais son enthousiasme est communicatif pour qui laisse à la porte de la salle toute velléité d’expliquer le monde à travers une œuvre cinématographique. Tout ça ne se prend pas au sérieux, c’est déjà pas mal.

L’évaluation du woxx : X
Tous les horaires sur le site. mehr lesen / lire plus

Dans les salles : #JeSuisLà

Après « La famille Bélier », Éric Lartigau reste dans le feel-good doux-amer avec ce film, qui vaut surtout pour la tendresse bourrue du personnage joué par Alain Chabat. Si la longue séquence de l’aéroport est indéniablement réussie, le reste a parfois des airs de gentil remplissage. Sympathique, c’est déjà ça.

L’évaluation du woxx : X
Tous les horaires sur le site. mehr lesen / lire plus

Théâtre : Les agitateurs se cherchent


Le Théâtre du Centaure inaugure un cycle de trois saisons avec « À la recherche des temps modernes », du duo Jacques Schiltz et Claire Wagener. Une réflexion sur l’actualité qui fourmille d’idées pas forcément poussées jusqu’au bout.

Deux minutes avant la fin du monde : Elsa Rauchs, émouvante dans un monologue qui mêle passé, présent et avenir. (Photo : Bohumil Kostohryz)

Avec ce nouveau cycle nommé « Les agitateurs », les ambitions du Centaure sont grandes : rapprocher l’actualité des spectateurs et spectatrices en raccourcissant le temps de création, de façon à faire surgir rapidement les nouvelles du monde sur scène. mehr lesen / lire plus