SOFIA COPPOLA: Marie-Antoinette

Cette fois ce n’est pas la révolution qui l’a faite tomber de son piédestal. Marie-Antoinette de Sofia Coppola est un film mou et ennuyant, sauvé par l’actrice principale, Kirsten Dunst.

Est venue pour rien: Kirsten Dunst sur la Croisette à Cannes. (photo: Thibaut Demeyer)

Présenté en compétition lors du 59e Festival de Cannes, Marie-Antoinette était repris dans la plupart des pronostics des festivaliers et de la presse comme méritant la récompense suprême: la Palme d’Or.

Elle n’avait que quatorze ans lorsqu’elle a dû quitter sa mère patrie l’Autriche pour la France et son futur époux Louis XVI. Une fille fragile, insouciante se retrouve larguée en pleine cour de France aux us et coutumes bien différents de ceux d’Autriche. Mais la paix entre les deux grandes nations n’a pas de prix. Dur, dur d’être reine. C’est cela que Sofia Coppola a souhaité montrer dans son troisième film Marie-Antoinette.

Fille du réalisateur Francis Ford Coppola, Sofia a réussi en seulement deux longs métrages à se faire un prénom dans ce milieu où il n’y a pas toujours de place pour tout le monde. Le talent de Sofia n’est donc plus à démontrer. Marie-Antoinette était très attendu sur la Croisette d’autant que certains disaient que le film était différent de ses autres ´uvres. Une ´uvre même surprenante. Allez savoir pourquoi une Américaine s’intéresse à l’histoire de France. En plus, tout le monde y parle anglais. C’est pour le moins surprenant.

Virgin Suicides, Lost in Translation et Marie-Antoinette, aussi curieux que cela puisse paraître, ont un point commun: un personnage féminin central, isolé et incompris du monde qui l’entoure. Il s’agit d’une tentative, probablement inconsciente, de vouloir retracer une partie de la vie de la réalisatrice comme elle l’a expliqué lors de la conférence de presse au dernier Festival de Cannes.

Dans le rôle de Marie-Antoinette, on trouve une Kirsten Dunst qui, au fil des succès et de ses films, s’affirme petit à petit comme étant une jeune comédienne aux multiples facettes, loin d’être en manque de talent, capable de tourner aussi bien dans des grosses productions (Spiderman III est en cours de tournage) que dans des ´uvres plus intimistes comme Virgin Suicides. Dans Marie-Antoinette on peut dire qu’elle sauve à elle seule le film d’un ennui profond.

L’ennui, c’est le mot qui conviendrait le mieux à Marie-Antoinette. La mise en scène a beau être colorée, les décors somptueux, les personnages intéressants, on ne peut s’empêcher de s’ennuyer profondément avec cette page de France qui se termine au moment où la révolution française va débuter et où des sous-entendus contre Marie-Antoinette, reine dépensière, vont fuser. Cette volonté d’arrêter le film à ce moment crucial de l’histoire de Marie-Antoinette n’est pas un hasard. Sofia Coppola tenait à expliquer et démontrer à quel point cette jeune reine s’ennuyait au Palais de Versailles. Son mari ne la regardait pas, les courtisans n’étaient pas toujours très sympathiques avec elle et malgré tous ses efforts, elle n’est jamais parvenue à s’imposer dans ce nouveau monde.

A Cannes non plus, Marie-Antoinette, malgré une figure de favorite, n’a pas pu s’imposer dans le Palmarès. Celui-ci a préféré couvrir d’or Ken Loach, fâcher définitivement Pedro Almodovár avec le Festival, tremper dans la fainéantise en refusant de prendre position pour un seul acteur et du coup couronner l’ensemble des acteurs d’Indigènes tout en la jouant finement avec les actrices de Volver, créant une
mini-polémique juste pour la forme en retenant Grand Prix du Jury Bruno Dumont pour Flandres et le Prix du jury au mérité Red Road, la première ´uvre d’Andrea Arnold. Quant à l’hyper favori de cette 59e sélection, Babel d’Alejandro Iñárritu, c’est le prix de la mise en scène qui lui a été remis en guise de bienvenue dans la cour des grands, car telle est considérée la sélection officielle à Cannes.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged , .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.