TOM TYKWER: The Perfume

Basé sur le best-seller de l’écrivain allemand Patrick Süskind, le „Le Parfum“ a déjà attiré bon nombre de spectateurs. Les attentes, pour ceux qui ont lu le roman sont très grandes. On peut se demander si elles ont toutes été exaucées?

Pour ceux qui auraient besoin de se rafraîchir la mémoire, l’histoire se trame autour des odeurs. Plus précisement autour du sens olfactif très développé d’un certain Jean-Baptiste Grenouille (Ben Wishaw). Notre héros naît en 1738 sur un marché de poissons à Paris, “ l’endroit le plus fétide du monde à cette époque“. Très tôt il remarque qu’il possède un sens de l’odorat plus que développé. Après une enfance passée dans un orphelinat des plus moroses, il survit à presque dix ans de travail dans une tannerie, avant de rencontrer Baldini (Dustin Hoffman), un des parfumeurs de la ville. Rapidement, son talent lui permet de créer de nouveaux parfums qui font fureur dans la capitale de la mode. Ces odeurs, et la recherche de la fragrance parfaite deviennent une obsession pour lui. Enfin, la hantise de vouloir conserver l’odeur humaine, le transforme en meurtrier de plusieurs jeunes femmes, toutes choisies pour leur beauté, leur virginité et leur parfum exquis. Le but suprême qu’il poursuit est celui de connaître le bien-fondé d’une ancienne légende égyptienne, qui parle d’une composition magique – et secrète- d’un parfum complet dans son harmonie et absolu dans l’effet qu’il produit sur les humains.
Un thriller classique d’un meurtrier en série se développe avec tout ce dont il doit disposer comme ingrédients pour en faire – l’histoire d’un meurtrier.

Annoncé comme une des productions les plus importantes de l’année 2006, le film a mis du temps à voir le jour. Süskind ne voulait pas que son roman soit mis en images par un autre que Stanley Kubrick, qui lui, après mûre réflexion, ne se sentait pas apte à travailler sur ce monde des odeurs. Après quinze ans de bataille ardue, c’est finalement Bernd Eichinger qui détient le gros lot et l’immense responsabilité d’une production disproportionnée pour un pays comme l’Allemagne. Le metteur en scène choisi est Tom Tykwer, connu pour son film à succès „Lola rennt“. Après trois ans de travail et 60 millions d’euros dépensés, on a droit à un gros flacon d’odeurs …

Par contre, en utilisant d’autres sens que l’odorat, on regrette que ce fameux Jean-Baptiste Grenouille se soit, en seulement 20 ans transformé en un jeune homme trop élégant, même dans sa tenue débridée d’un tanneur. On est loin de la laideur démoniaque du héros misanthrope du roman. L’histoire à suspense prend également le devant sur le roman initiatique, ce qui nous fait presque oublier que le thème principal est l’odorat, et non la chasse aux sorcières.

Par contre, un bon jeu d’acteurs et une musique magistralement bien choisie, enregistrée par l’orchestre philharmonique de Berlin sous la direction de Simon Rattle, font peu à peu entrer le spectateur dans un 18e siècle bien reproduit, où se joue un thriller digne d’Hollywood, mais bien trop vide de sens, en le comparant au roman. Le résultat de la recherche olfactive de Grenouille est assez désolant au niveau filmique. On a droit à un semblant d’orgie extatique à laquelle s’adonne une ville toute entière. Sans doute la raison pour laquelle le film est caractérisé de thriller sensuel, mais aussi le dernier coup bas administré au spectateur, qui n’est pas vraiment impressionné par ce scoop final, ressemblant plutôt à une photo de Spencer Tunick, connu pour ses nus de masse; surtout après l’avoir attendu ce point culminant pendant plus de deux heures. C’est tout?

Angélique Arnould

______________________
The Perfume, à l’Utopolis

Dommage que le cinéma olfactif ne soit pas encore inventé. Cela aurait rajouté du piment à une grosse production assez plate.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged , .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.