EXPOSITION COLLECTIVE: Art de rire

Ne peut-on traiter des sujets les plus sensibles qu’avec gravité ? Au Casino de Luxembourg de jeunes artistes de toute l’Europe évoquent le racisme, l’insécurité ou la pollution en gardant leur sérieux mais sans hésiter à nous faire sourire.

« Don’t Worry, Be Curious ! » Le titre de la dernière exposition du Casino est une véritable invitation à la légèreté. Au départ, celle-ci n’avait pas vocation à être montrée au Luxembourg. Elle a, en effet, été mise en place dans le cadre d’une manifestation ouverte à des photographes, vidéastes, plasticiens originaires des pays du pourtour baltique, la triennale « Ars Baltica ». C’est la participation de son directeur, Enrico Lunghi, à l’organisation de l’événement qui explique que le Forum d’Art contemporain accueille finalement l’exposition.

Le volet luxembourgeois se distingue toutefois par l’ajout aux oeuvres d’origine allemande, polonaise, balte ou scandinave de contributions d’artistes d’Europe de l’ouest et du sud. L’on peut se poser des questions sur la pertinence de ce choix en déambulant dans l’« aquarium » du Casino, la fameuse verrière donnant sur le boulevard F.D. Roosevelt, où l’Espagnol Angel Vergara a installé des cabines téléphoniques. Cela voudrait dire quelque chose, même si l’on peine à comprendre de quoi il s’agit, et n’a, finalement, pour seul intérêt que de permettre de passer des coups de fil gratuitement.

Plus séduisantes sont les oeuvres de son compatriote Miquel Garciá qui expose, entre autres, une carte du monde imprimée sur une centaine de post-it, illustration ironique de la réification de la planète. Autre artiste ajoutée : la Luxembourgeoise Stina Fisch. Inspirée par le redoutable Bommeléer, le Fantômas luxembourgeois, celle-ci a consacré une série d’illustrations à la peur du terrorisme en milieu tempéré. Des dessins qui jalonnent l’ensemble de l’exposition en se foutant de la névrose sécuritaire contemporaine. A voir, entre autres, son « chien dangereux », un charmant petit terrier habillé d’une ceinture d’explosifs.

Par leur forme et leur fond, ces artéfacts s’intègrent parfaitement à une exposition qui ose aborder les sujets les plus graves, qu’il s’agisse de la peur de l’immigré, de la différence ou du terrorisme, de l’érosion des valeurs traditionnelles, du naufrage écologique, du marché omniprésent et d’une construction européenne de moins en moins populaire. Le tout sur un ton décalé qui nous aide à mieux comprendre certains phénomènes, en nous épargnant le traditionnel charabia foucaldo-déridéen.

La Roumaine Alexandra Croitoru évoque ainsi la difficile intégration de son pays à l’UE en nous présentant une sorte de puzzle européen dans lequel la Roumanie ne rentre jamais vraiment. Le but du jeu consiste donc à en limer les contours pour la faire rentrer dans le moule. La Lithuanienne Kristina Inciuraite nous invite à boire un verre avec l’esprit d’un écosystème promis à la destruction. Quant à la Norvégienne Julita Wojcik, elle a eu l’idée de diffuser les messages de vigilance du métro new-yorkais dans les vastes espaces vierges de son pays.

A la question si l’on pouvait rire de tout, Pierre Desproges répondait : « S’il est vrai que l’humour est la politesse du désespoir, s’il est vrai que le rire sacrilège et blasphématoire que les bigots de toutes les chapelles taxent de vulgarité et de mauvais goût, s’il est vrai que ce rire-là peut parfois désacraliser la bêtise, exorciser les chagrins véritables et fustiger les angoisses mortelles, alors oui on peut, on doit rire de tout. »


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.