CONCERT: La cigarette d’après, je préfère la fumer toute seule.

Lorsqu’on voit le groupe Jennifer Rostock sur scène, c’est tout d’abord la chanteuse qui saute aux yeux. De longs cheveux noirs, le visage percé de toutes parts et une voix tranchante et multiple qui rappelle celle de la jeune Nena.

Jennifer Weist, la chanteuse du groupe Jennifer Rostock.
En trournée à Treves ce jeudi.

Le groupe s’est fait connaître début 2008 par un premier single à succès, « Kopf oder Zahl » (« pile ou face »). Jennifer Rostock est composé de cinq membres : la chanteuse Jennifer Weist (et non « Rostock », comme on pourrait le penser), le guitariste Alex, le keyboarder Joe, le bassiste Christoph et le batteur Baku.

Il n’est pas évident de décrire leur style musical tant les sons provenant du keyboard sur le premier single font plutôt penser à la nouvelle vague allemande des années 80, tandis que les lignes de la guitare sont définitivement issues d’un répertoire punk bien marqué.

Leur premier album, « Ins offene Messer », va pourtant au-delà de ces frontières. Les chansons pourraient se ranger dans le domaine du punk, du rock ou même de l’électro-pop. En gros, c’est l’énergie et l’anti-conventionnel qui comptent. Les chansons sont dynamiques et vont de l’avant. Leur contenu est souvent empreint d’une critique sociale assez acerbe, pointant du doigt une certaine machinerie socio-politique ou des comportements clichés, inhérents à notre quotidien. Qu’il s’agisse de dépeindre l’image du carriériste ou de faire une caricature des méthodes de drague classiques, qui commencent généralement par une phrase-type du genre « T’as du feu? », à laquelle elle répond que la cigarette d’après, elle préfère la fumer toute seule.

L’histoire du groupe ne s’est pas écrite d’un coup non plus. Jennifer et Joe se connaissent déjà depuis l’école maternelle. Lui prend d’abord des cours de violon, puis de piano, et c’est lors d’un spectacle de karaoké, à 13 ans, qu’ils se revoient et qu’elle accepte de faire partie de son groupe. Leurs premiers essais artistiques se sont faits en anglais avec des chansons un peu swing, voire rock et pop. Ils décident finalement de composer leurs propres morceaux, en allemand cette fois-ci, et de les intégrer au répertoire de leur nouveau groupe Aerials.

Après le bac, ils quittent leur village côtier de Usedom pour atterrir à Berlin, où il leur semble plus facile d’entamer une carrière musicale potentielle. C’est ici qu’ils rencontrent les trois éléments manquants à Jennifer Rostock, Alex, Christoph et Baku.

Le nom trouve ses origines dans un malentendu avec le studio d’enregistrement avec lequel ils collaborent durant leurs débuts. Les courriers que les responsables leur envoient s’adressent toujours à « Jennifer Rostock ». Il paraît que l’explication réside dans le fait que le studio n’avait aucune idée où se trouvait Usedom et que leur seul repère devait être Rostock, la seule ville qu’ils connaissaient sur la côte allemande, un coin perdu pour les Berlinois. Le nom devient d’abord un titre de travail, pour être définitivement adopté peu après.

En 2007, le groupe donne ses premiers concerts sous le nom de Jennifer Rostock et signe très rapidement un contrat avec le label Warner Music, plus précisément Planet Roc. Le single « Kopf oder Zahl » entre dans la rotation de la chaîne musicale MTV et février 2008 voit sortir l’album « Ins offene Messer » …

Tout va donc très bien pour les Jennifer, leur tournée s’annonce large, de l’Allemagne à l’Autriche en passant par la Suisse. Ils joueront presque tous les jours, notamment au Exhaus à Trèves, le 28 août, qui sera le concert le plus facilement accessible pour le public luxembourgeois.

Pour plus d’informations : www.jenniferrostock.de


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.