NOISEROCK: En Vrac ?

On aurait plutôt pensé que Shellac ferait résonner les murs de la Kulturfabrik tant leur musique singulière se prêterait à l’ambiance des lieux. Mais c’est finalement l’Atelier, plutôt habitué aux leaders des charts, qui aura l’honneur d’accueillir le groupe de sieur Albini.

Préfère le côté brut de la musique : Steve Albini de Shellac.

Quand on pense à Steve Albini, on pense rapidement à son travail de production, notamment sur « In Utero » de Nirvana, « Surfer Rosa » des Pixies ou bien encore « Rid Of Me » de PJ Harvey. Pourtant, Shellac, le groupe qu’il forme depuis 1992 avec ses compères Bob Weston à la basse et au chant et Todd Trainer à la batterie, est sans conteste aussi influent que son travail de production. Inventeurs en quelque sorte de ce que l’on appellera plus tard math-rock et fervents défenseurs d’un noise-rock abrasif proche des furieux de Jesus Lizard.

Malgré la parution de seulement quatre albums et une poignée d’EP en dix-huit années d’existence, Shellac est devenu un groupe culte. Sûrement aussi grâce au caractère sporadique de ses productions. L’essentiel n’etant pas la quantité, mais le son des enregistrements : minimaliste à souhait comme Steve Albini l’adore, ne laissant que très peu de place à des overdubs et effets de production. Shellac, c’est le côté brut de la musique et ce son ultra-métallique qu’affectionne le trio depuis ses débuts.

Rythmes ultra-syncopés, voir totalement arythmiques au son d’une caisse claire reconnaissable au premier coup d’oreille, guitares hachées menues, basse au groove froid et carnacié, la formule du trio n’a pas changé d’un iota depuis sa création. Mais c’est justement cela qui fera son marque de fabrique et lui donne ce caractère tout à fait culte. En fin de compte, c’est l’une des formations les plus adulées du circuit indépendant et ceci grâce à ce refus de conformisme et de starification propre au mouvement hardcore des années 70 et 80.

Il faut dire qu’Albini, Weston et Trainer sont des vétérans de la scène punk. Le premier est connu pour avoir fait ses armes auprès des très regrettés Big Black avant de former Rapeman, super-groupe indé comptant en son sein des futurs Jesus Lizard et autres Ministry. Bob Weston jouait dans Volcano Suns avec un ex-Mission of Burma avant qu’il ne rejoigne Albini tout d’abord en tant qu’ingénieur du son au mythique studio « Electrical Audio » avant de devenir bassiste au sein de Shellac. Trainer quant à lui à fait ses classes dans de nombreux groupes punk plus ou moins obscurs de la banlieue de Chicago mais est devenu entre-temps une référence en ce qui concerne le jeu de batterie moderne à la fois ultra-épuré mais au groove imparable et ce son si particulier, qui a influencé tellement de batteurs à ce jour. Le magazine « Spin » prétend même qu’il a ressuscité avec élégance l’art du martellement de feu John Bonham de Led Zeppelin.

Depuis ces dix-huit années passées au service d’un noise-rock sans concessions, Shellac est devenu une icône de la musique moderne ne faisant que ce que bon lui semble et inventant par la même occasion un son bien à lui, à la fois hostile et inquiétant, imaginatif et primitif un peu à l’image de sa ville d’adoption de Chicago. Ville de naissance de nombreux groupes plus imaginatifs les uns que les autres et au caractère débridé tels que les excellents 90 Day Men, Maps & Atlases ou bien encore les nombreux groupes des frères Kinsella, dont Joan of Arc qui passera le mois prochain à la Kulturfabrik. En tous les cas, si vous ne devez voir qu’un seul concert à l’Atelier en 2010, c’est sûrement celui de Shellac.

A l’Atelier, ce samedi 2 octobre.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.