METAL: 10 years of Headbanging

Les « Éislécker Metal Frënn » ne comptent normalement pas parmi les associations les plus actives du pays. Pourtant, pour leur dixième anniversaire, ils n’y vont pas avec le dos de la cuillère.

30 ans et presque pas une ride : Girlschool.

Ce weekend, la terre va vibrer dans le Nord du pays, plus précisément à Folschette, où les « Éislécker Metal Frënn » (EMF) vont fêter leur dixième anniversaire. On se doutait déjà que ce ne serait pas une cérémonie silencieuse, mais qu’ils aient su dénicher un des ovnis du métal, un groupe aussi extraordinaire que Girlschool, impose le respect. Le nom ne vous dit rien ? Pas de panique, c’est un peu normal si vous n’êtes pas un insider de la musique métal. Girlschool est – comme le nom l’indique – un groupe féminin, ce qui, dans le métal, qui est plutôt réputé être le dernier vrai repaire des machos – à quelques exceptions près dans le sous-genre gothique où une belle et pâle chanteuse peut être un atout – est déjà assez innovant. Mais en plus de cela, Girlschool est le plus vieux groupe de métal féminin du monde : 30 ans qu’elles font trembler les planches du monde, voire plus si on prend en compte leur formation d’avant, un groupe de reprise rock répondant au nom de Painted Lady, fondé en 1975 par Kim Mc Auliffe et Enid Williams au Sud de Londres – d’ailleurs les deux seules restantes de la formation originale.

Après quelques changements de personnel, elles prennent le nom de Girlschool en 1978 et partent en tournée en France, Irlande et en Grande-Bretagne, où la formation retient l’attention du public, non seulement parce que ce sont des femmes, mais aussi à cause de leur musique. Déjà, leur style correspondait à ce qu’on appellera plus tard le NWOBHM (New Wave of British Heavy Metal), une nouvelle vague musicale surtout représentée par Iron Maiden, Angel Witch, Def Leppard ou encore Saxon. Assez vite, Girlschool se met aussi à collaborer et à partager la scène avec d’autres artistes du genre – ou des hit parades du moment, comme le témoigne leur single assez incongru avec Gary Glitter, l’icône disco des années 1980, aujourd’hui en taule pour pédopornographie. Leurs tournées avec Mötorhead sont en tout cas légendaires. Malgré quelques variations de leur line-up, et le décès de leur guitariste Kelly Johnson, Girl-
school ont toujours été un groupe actif avec quelques dix albums et autant de singles dans les bacs. Et que malgré leur âge les dames savent encore faire du bruit, la question ne se pose même pas, il n’y a qu’à voir les vidéos live du festival de Wacken sur Youtube pour s’en persuader.

L’autre headliner de la soirée sera Gama Bomb, qui fêtera, tout comme les « Eislécker Metal Frënn », ses dix ans d’existence, un groupe de trash metal irlandais, qui avait fait scandale en 2002 quand il fut condamné pour insultes homophobes par le parquet de Dijon, suite à une plainte d’une association française. Depuis, ils se sont calmés point de vue textes, mais leur musique est toujours aussi entraînante et convaincante – vu que depuis 2007, ils officient sous le label anglais Earache, un des grands du business.

Mais les « Eislécker Metal Frënn » n’ont pas oublié les locaux non plus et il y en aura de toutes les couleurs et pour tous les goûts. Du stoner-rock avec les Dirty Crows, du metalcore avec Dead Eyes Memorial, du trash avec les local heroes d’Abstract Rapture, du death-metal avec Perish with Pride et puis encore Faradays Cage et leur metal mélodique.

Alors, pour dire adieu à la saison des festivals, qu’y a-t-il de mieux que de se rendre dans le Nord pour une bonne soirée de moshing?

Ce samedi 22 septembre au centre culturel de Folschette.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.