PUNK/HARDCORE: Ce qui reste de l’été

Et oui, la saison creuse approche à grands pas. Et tandis que les politiciens se demandent comment entuber le plus de gens possible en octobre, la Soulkitchen donne aux intéressé-e-s une belle occasion de crier et de fêter la résistance au système lors de la deuxième édition du Skate-Punk Fest.

Sûrement une des personnes les plus attendues au Skate Punk Fest : Stza, le chanteur de Leftöver Crack.

C’est un vrai feu d’artifice punk, ska et hardcore qui va éclairer la rue de Hollerich le week-end prochain. A commencer par Leftöver Crack, qui, pour les amateurs et amatrices de punk dans le monde entier, sont une sorte de référence et la preuve que l’on peut vivre de sa musique sans (trop) se vendre au système. Fondés en 1998, sur les restes de Choking Victims leur ancien groupe, Leftöver Crack est avant tout la création de Scott Sturgeon – aussi connu sous le nom de Stza, une référence au Wu-Tang-Clan, un collectif de rappeurs originaires, comme lui, de New York. Connus pour leur engagement politique radical, leur expérience dans les manifestations et aussi pour leurs démêlés avec la police, les membres du groupe résident en grande partie dans le célèbre C-Squat, un squat à Manhattan – si, si, ça existe – qui comporte désormais même un musée du squat.

Musicalement, Leftöver Crack restent dans le classique – version new-yorkaise, les Ramones obligent tout de même -, donc des chansons souvent à trois cordes, avec des excursions dans le ska et un amour de la mélodie et des hymnes, quand ils en viennent aux refrains. La même chose vaut pour leurs compatriotes de Teenage Bottlerocket, peut-être un peu moins revendicatifs politiquement, mais d’autant plus pop dans leur musique – au point où l’on pourrait les confondre avec les premiers albums de Green Day.

Plus calmes, du moins par moments, les autres Américains de la soirée. En effet, à côté de leurs albums de punk mélodieux, Get Dead se distinguent dans l’univers punk par leurs affinités avec le genre acoustique, vu qu’ils ont déjà deux albums non-électriques à leur actif.

Sinon, pour celles et ceux qui préfèrent la musique un peu plus lourde, il faudra surtout ne pas rater les Anglais de Anti-Vigilante. Ici, la musique fonce plus vers le hardcore et le chanteur séduit par son attitude so british. Mais l’Europe, et surtout celle du Sud, est aussi à l’honneur avec la venue des Italiens de Killtime et leurs hymnes mélodieux, et de Despite Everything qui viennent directement d’Athènes pour nous concocter leur mélange de crust-punk et de hardcore.

La programmation se rapproche du grand-duché en invitant aussi nos voisins wallons de Average Joe’s, qui, eux, se complaisent dans le rock’n’roll plus classique avec une touche de punk californien.

Finalement, Adoptees, Weakonstruction et All The Way Down représenteront le Luxembourg dans la soirée. Si les deux premiers sont déjà plus connus du public local, ce sont surtout les derniers qui pourraient marquer la surprise. Car même s’ils sont encore tout jeunes – le groupe a été fondé en 2009 – leur professionnalisme, leur assurance sur scène et leur songwriting prolifique ont déjà étonnés lors de leurs prestations précédentes, que ce soit au Food For Your Senses en 2009, ou à la Fête de la Musique cette année.

Donc, si vous voulez vous défouler tout en restant engagés, marquez le 3 août d’une croix bien rouge dans votre calendrier !

Skate Punk Fest Vol.2, le 3 août à la Soulkitchen.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.