POLITIQUE CULTURELLE: Cadavre exquis

Le bilan de Forum Culture(s) de cette législature est plutôt maigrichon. Pourtant, certaines revendications ont aussi bien fait de ne pas être entendues.

Après le Mécoscope de la semaine dernière, place à la culture. Forum Culture(s), une structure qui s’est mise en place lors des élections de 2009 pour faire signer un « pacte culturel » aux partis, vient donc de dresser son bilan sur les 56 points annoncés en 2009 dans le programme gouvernemental. Premier constat : si dans 28 cas les membres de Forum(s) Cultures ont constaté que le gouvernement n’a pas rempli ses promesses, l’indécision (15 cas) prévaut toujours sur le constat positif (13 cas) – ce qui en dit déjà long sur l’ambiance.

Mais commençons par les bonnes nouvelles. Parmi les promesses tenues, trois sont vraiment de taille : la création d’un statut légal de bibliothèques de lecture publiques et d’information, la création du Kulturpass qui rend possible l’accès à certains musées, concerts ou pièces de théâtre pour les personnes bénéficiaires l’allocation de vie chère et, bien sûr, l’ouverture – enfin ! – du musée des Trois-Glands. Bon, si cette affaire avait traîné quelques années de plus, on aurait effectivement pu ouvrir un musée sur le projet du musée des Trois Glands.

Mais du côté promesses non tenues, quelques cadavres sont à mentionner. D’abord, le musée de la Résistance eschois, dont le dossier reste toujours coincé dans les rouages politiques opposant la commune au ministère. Malgré les efforts notables de son directeur de rendre plus vivante la mémoire de la résistance à l’opposant nazi. Le surplace dans cette affaire est aussi symptomatique de la problématique de la mémoire sur cette sombre période et du poids politique qui pèse sur ce musée. Autres débâcles : la bibliothèque nationale et universitaire et les archives nationales. A noter que ces dernières devront fermer leurs portes intégralement sous peu, rendant impossible toute recherche historique sérieuse.

A ne pas oublier non plus, le projet mort-né d’un Centre national de la culture industrielle à Belval. Ou encore les fameux studios de tournage prévus à Dudelange, dans l’eu-
phorie générale post-2007. Un manque qui vient d’être comblé par le « Filmland » à Kehlen, d’Iris Productions.

Mais ce ne sont pas uniquement des projets infrastructurels annoncés à grandes pompes qui sont passés à la trappe. Parmi les autres, on peut compter « lod.lu », un ambitieux dictionnaire en ligne qui proposait des traductions du luxembourgeois, vers le français, l’allemand, l’anglais et le portugais? et qui s’est arrêté à la lettre « R ». Forum Culture(s) déplore également qu’aucun dialogue n’ait été instauré par le ministère concernant la collaboration entre le Fonds culturel national (Focuna) et la Fondation de Luxembourg pour trouver de nouvelles pistes dans le mécénat. Du côté du service des Sites et monuments, il reste aussi quelques points d’interrogation, comme le fait qu’il n’existe aucun registre public des sites protégés, ni de relevé consultable par les communes.

Viennent ensuite les doléances, dont on peut questionner le bien-fondé. La création d’une galerie d’art permanente réservée aux productions luxembourgeoises par exemple. Comme si les infrastructures en place ne suffisaient pas, comme si au Luxembourg il n’y avait pas parfois l’impression d’un « overkill » culturel. Questionnable aussi, l’idée d’un « bureau d’agence qui se consacrera à la promotion de nos artistes ». Déjà que dans le domaine musical cela existe et fonctionne, on peut se demander si en généralisant cette démarche on ne crée pas une scène culturelle uniquement tournée vers la professionnalisation et donc aussi l’argent. Ça rappelle un peu les écoles de cadres soviétiques.

En résumé, le prochain locataire du ministère de la Culture aura du pain sur la planche, surtout avec les grands projets infrastructurels qui ont été négligés depuis 2009.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.