FOLK-CLUPP: Anniversaire nostalgique

Le Folk-Clupp fête ses 25 ans d’existence. Marco Uhres, président de l’association, nous a parlé, très honnêtement, d’une certaine lassitude qui se propage face aux années écoulées.

„Di Grine Kuzine“ animera la soirée anniversaire du Folk-Clupp avec du „Klezmer Balkan Brass“.

Le Folk-Clupp est en fête. En cette année 2002, l’association organise des concerts de musiques traditionnelles du monde depuis maintenant 25 ans. Les premières phrases que nous lance Marco Uhres ne sont pourtant pas des plus joyeuses. Le président du Folk-Clupp avoue ouvertement son sentiment de fatigue. „Je suis au Folk-Clupp depuis 20 ans maintenant, Jerry Levy depuis 19 … Cela commence à suffire.“

Le Clupp se fait vieux, l’organisation de concerts est une affaire laborieuse qui demanderait un peu de sang neuf après un quart de siècle, surtout si l’on voudrait tenir 25 ans de plus. Pourtant, le comité n’arrive pas vraiment à se renouveler. „Il y a maintenant un garçon qui est venu pendant des années à nos concerts, qui a finalement eu le courage de se joindre à nous et qui s’est aussi très bien intégré. Mais je dois dire que ce n’est pas facile. Nous sommes momentanément une équipe de personnes âgées de 35 à 50 ans. Par rapport à, on peut le dire ainsi, de telles ‚figures paternelles et maternelles‘ il n’est pas évident pour des jeunes de prendre pied. De plus, je me demande si un jeune de 20 ans aurait vraiment les connaissances nécessaires en musique folk.“

Voilà un soupçon exprimé envers la jeunesse, qui est loin d’être sans fondement. Surtout parce que les musiques promues par le Folk-Clupp sont du genre ‚destinées aux connaisseur-euse-s‘. Le dernier, d’Andy Irvine, organisé en collaboration avec l’a.s.b.l. „Job Art“, où l’artiste a interprété, en solo, sur la scène du „Sang a Klang“, ses compositions irlandaises durant près de trois heures, était tout simplement magnifique. Et ce sont ces moments musicaux rares que recherche le Folk-Clupp.

Pas d’intérêt pour les masses

C’est aussi pourquoi l’association ne montre pas d’intérêt à organiser des événements destinés à un plus grand public. „On pourrait collaborer aux concerts des ‚Dubliners‘ par exemple. On pourrait même organiser cela tout seul. On a l’expérience pour le faire. De plus, on sait – que cela coûte 2.500 î ou 5000 î – que l’argent que coûterait le groupe se retrouverait à coup sûr dans les caisses du soir. Mais cela ne nous intéresse pas. Ce qui ne veut pas dire qu’on ne prendrait pas des vedettes. Mais il faut aussi que cela te fasse plaisir et j’ai déjà eu des expériences peu réjouissantes à ce niveau. Si une chose pareille t’arrive en tant qu’organisateur qui fait ça sans être payé pour, tu te dis: ‚Nondikass.‘ Je n’ai vraiment pas besoin de ça.‘ Si je donne l’occasion à un musicien de gagner de l’argent, alors je veux au moins de la politesse et du respect en retour.“

On se rappelle que le Folk-Clupp a déjà fêté ses 25 ans, en organisant le bal „Anno Tubak Revival“ en février de cette année. Occasion à laquelle le woxx (nr.: 627) avait publié une interview avec Marco Uhres, voulant un peu révéler le personnage lui-même, du grand barbu de la scène culturelle luxembourgeoise. (A relire aussi dans les archives de notre site www.woxx.lu.) Pourquoi donc cette re-fête?

Marco Uhres: „Toutes nos manifestations cette année étaient mises sous le signe de ce 25e anniversaire. La venue d’Andy Irvine, qui avait d’abord joué au Luxembourg lors des débuts du Folk-Clupp et qui n’était plus revenu au Grand-Duché depuis 25 ans, était une belle occasion à ce niveau. Mais maintenant, on s’est dit qu’on va officialiser un peu cet anniversaire. La soirée de samedi sera, d’ailleurs, plus une ‚party ‚ qu’un concert.“

Cette soirée se déroulera, à peu près, de la manière suivante: à 19 heures commence la réception officielle. Le groupe invité „Di Grine Kuzine“ jouera un petit set acoustique parmi les personnes déjà présentes dans la salle. Puis sera présenté un brochure anniversaire, qu’on nous promet très belle. On y retrouvera 25 années de Folk-Clupp, en textes et en photos. L’intégrale des concerts organisés par l’association y a trouvé place. Quelques boissons et petits-fours plus tard, „Di Grine Kuzine“ donnera un concert dès 21 heures.

C’est un groupe de „Klezmer Balkan Brass“: une accordéoniste-chanteuse entourée de trois hommes jouant des instruments à vent, et d’un percussionniste. Le genre de groupe tzigane qui font le tour des fêtes et mariages? „On peut les mettre dans ce tiroir musical, bien qu’ils aillent aussi au-delà de ce genre. Ils intègrent, par exemple, des rythmiques sud-américaines dans leur musique. C’est vraiment un melting pot d’influences très diverses“, précise Marco Uhres.

Highlight sous chapiteau

Mais revenons au Folk-Clupp. Le „highlight“ de l’association aurait été, selon Marco Uhres, l’ouverture du chapiteau („Zelt-Stad“) lors de l’année culturelle 1995. Son organisation, et cette journée même, qu’il a passée avec toute l’équipe, a une place de choix dans la mémoire du président du Clupp. Une joie qui s’estompe à nouveau, face au fait que leurs concerts actuels attirent de moins en moins de public.

„Dans la brochure, on a aussi noté le nombre de spectateurs pour chaque concert qu’on a organisé. Et quand on voit, les dernières années … Ce nombre diminue de plus en plus. Mais je suis quelqu’un qui a toujours dit que cela vaut aussi la peine de faire des concerts pour une trentaine de personnes seulement. Aussi longtemps que la bilan financier est en équilibre. Car je ne vendrais plus maintenant mes disques pour remplir la caisse de l’association. Et je ne dis plus que les musiciens doivent dormir chez moi pour pouvoir économiser les frais de logement. D’ailleurs, très peu d’artistes l’accepteraient encore de nos jours.“

La condition première pour que le Folk-Clupp continue ses activités est ainsi le soutien financier du Fonds culturel national.

Le Clupp organise maintenant ses concerts d’une manière assez calme. D’ailleurs, le site de l’association n’informe, actuellement, sur aucune manifestation qui suivrait la soirée anniversaire de ce samedi. Selon Marco Uhres, après la saison prochaine, ils verront. Mais continuer jusqu’en 2007, quand le Luxembourg sera à nouveau une capitale culturelle européenne, est également envisagé. Comme quoi, une association ne peut que difficilement survivre de son capital nostalgique. Pourtant, ce n’est pas parce que la musique traditionnelle et honnête qu’il promeut n’a pas la cote en nos années techno, que le Folk-Clupp ne vaille plus la peine d’être soutenu.

Germain Kerschen

Ce samedi, 26 octobre, le Folk-Clupp organise une réception pour ses 25 ans, à 19 heures au „Sang & Klang“, coin rue Vauban et rue des trois Glands. L’inscription est souhaitée. Contacts: Jerry Levy, tél.: 478-5189, email: levy@men.lu, Marco Uhres, tél.: 43 86 94. Dès 21 heures, et sans demande d’inscription, concert de „Di Grine Kuzine“.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.