Cannabis : Lëtz make it legal !

Si le nouveau gouvernement tient sa promesse et légalise le cannabis, la question épineuse sera : comment va-t-il s’y prendre ?

Photo : Pixabay

Il aura suffi d’une pétition à succès pour mettre le cannabis dans les programmes électoraux et aussi – comme différents médias l’ont rapporté – dans l’accord de la nouvelle coalition. Ce qui est en somme une bonne nouvelle, vu que le dossier traînait depuis bien trop longtemps et que le gouvernement précédent n’était pas trop connu pour son zèle en ce qui concerne la légalisation, qui forcément ne mettra pas tout le monde d’accord. Gageons que pendant les mois, voire les années à venir, nous aurons droit au retour de toutes sortes d’argumentaires vieillots contre la légalisation. Dans le genre : « Le cannabis ouvre la voie aux drogues dures » – ce qui n’est vrai que lorsqu’il est une substance prohibée et qu’on doit forcément fréquenter certains milieux pour s’en procurer. Ou : « Le cannabis peut favoriser les maladies psychologiques » – ce qui est vrai, mais plutôt en cas d’abus de consommation.

Mais le plus important dans la légalisation sera le défi de l’invention d’un modèle luxembourgeois. Car en la matière, le pays ne peut pas suivre ses voisins européens. Pour la bonne et simple raison que la plupart n’ont pas encore franchi ce pas, et que certains même, comme la France, en sont encore très loin. Et si on veut éviter une situation hypocrite comme aux Pays-Bas, où la tolérance n’est pas une légalisation sur le papier, mais où la réalité est tout autre, mieux vaut se doter d’une législation solide qui permette le moins d’ambiguïtés possibles. Une question cruciale sera de savoir qui peut se fournir en cannabis légal sur le territoire du grand-duché. Si la réponse se limite aux nationaux, le résultat sera forcément contre-productif et le pays sera doté en quelques semaines d’un marché noir autrement plus important que celui qui existe actuellement. Pour ce qui concerne le soulagement des forces de l’ordre, ce ne serait pas top en tout cas. Il faudra dès lors inventer un système qui permette aussi aux étrangers-ères d’accéder au cannabis, sans pour autant les mettre en conflit avec les législations de leurs pays. Une idée serait de mettre en place une sorte de « permis de fumer », qui consisterait en une journée de formation, où les risques et périls de la consommation – abusive – seraient expliqués, ainsi que les différences avec les législations étrangères. Délivrer ces permis pourrait même être une source de revenus pour l’État.

Photo : Wikipédia

Le plus important dans la légalisation sera le défi de l’invention d’un modèle luxembourgeois.

L’État pourrait aussi, s’il le souhaite, posséder le monopole de la substance, la faire produire et lever des taxes dessus. Depuis les légalisations aux USA, où certains États ne savent même plus où mettre l’argent gagné, on sait que le business du cannabis peut être une vraie mine d’or. Et le Luxembourg, toujours aussi friand de niches, pourrait être le candidat idéal pour lancer ce business en Europe. De plus, prendre en main la production permettrait aussi de créer de l’emploi, surtout auprès de personnes peu qualifiées sur le papier, mais qui connaissent le business mieux que quiconque et qui pourraient donc être employées et réinsérées. Une vraie situation de win-win, comme Étienne Schneider les aime. Car ne plus incarcérer les personnes impliquées dans le trafic du cannabis pourrait aussi désengorger les prisons – si on va plus loin, on pourrait même revenir sur certaines condamnations, du moment où elles n’impliquent pas d’autres crimes ou délits.

En tout cas, si le gouvernement décide vraiment d’arrêter l’hypocrisie sur le cannabis, il lui faudra surtout une chose : de l’audace. C’est pourquoi, mesdames et messieurs les futur-e-s ministres, avant de légaliser, ne fumez surtout pas ! Paraît que ça rend parano…


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged , , .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.