Environnement/économie : Charbon profitable

Dans une question parlementaire, les deux députés Déi Lénk s’interrogent sur une interconnexion peu avouable : alors qu’il est établi que des centrales à charbon allemandes polluent aussi le Luxembourg, le Fonds de compensation (FDC) continue d’y investir.

© Wikipédia

Décidément, ils ne peuvent pas s’en passer, Déi Lénk : le FDC revient régulièrement dans leur ligne de mire. Cet établissement public soumis à la surveillance du ministre de la Sécurité sociale et de l’Inspection générale de la sécurité sociale, qui doit assurer « la gestion de la réserve de compensation » des retraites, a souvent une politique d’investissement qui n’est pas en cohérence avec la volonté politique affichée. Si en 2010 des fabricants de bombes à sous-munitions avaient été trouvés dans le portfolio du FDC, neuf ans plus tard, c’est une firme allemande à laquelle appartiennent trois centrales au charbon à proximité du Luxembourg qui se trouve à l’origine d’une question parlementaire.

Les centrales de Neurath, Weisweiler et Niederaussem appartiennent au groupe allemand RWE – le même qui voulait détruire la forêt de Hambach pour agrandir encore sa mine à ciel ouvert, ce qui a entraîné de grandes manifestations à la fin de l’année dernière – et polluent donc jusqu’au grand-duché. Ce fait est établi par un rapport publié par Greenpeace et le Réseau Action Climat en novembre 2018. Les députés de gauche s’interrogent donc sur le fait que le Fonds de compensation continue à placer l’argent qui lui est confié dans une entreprise qui pollue les citoyen-ne-s dont il devra assurer les retraites.

La réponse des ministres de la Santé, de l’Environnement et de la Sécurité sociale est mixte. S’ils accordent de la crédibilité à l’étude que mentionnent les députés et affirment que les particules fines (surtout le dioxyde d’azote et le dioxyde de soufre) sont en effet nocives pour la santé, la réponse devient de plus en plus vague à mesure qu’on progresse dans la lecture. Ainsi, il est avancé sur les modélisations qui impactent le territoire national que celles-ci « sont affectées d’incertitudes qui n’ont pas pu être chiffrées ». Quant aux éventuelles mesures diplomatiques que le pays devrait prendre pour s’opposer à la pollution par l’Allemagne, la carte européenne est jouée et les députés renvoyés à la directive européenne datant de 2010 relative aux émissions industrielles, qui laisse une large marge de manœuvre aux pollueurs.

RWE récompensé pour polluer le Luxembourg

Mais c’est sans surprise quand il s’agit du FDC que la réponse devient la plus vague. D’abord, les missions et les politiques qui régissent le fonds sont réexpliquées, puis l’accent est mis sur la priorité absolue de la diversification des risques. Finalement, les trois ministres Étienne Schneider, Carole Dieschbourg et Romain Schneider expliquent toutes les mesures prises depuis 2011 (et le scandale des bombes à sous-munitions) pour rendre les investissements plus propres. Et de regretter qu’« une exclusion pure et simple d’entreprises, par exemple du secteur du charbon (…) nécessiterait une modification du cadre légal applicable du FDC ». Bref, personne ne peut pallier cette ineptie manifeste.

Joint par le woxx, le député David Wagner (cosignataire de la question), n’est pas tout à fait satisfait : « Ce n’est pas une réponse politique, elle est purement technocratique et juridique. Or je ne me suis pas adressé au conseil d’administration du FDC, mais à des ministres qui devraient me donner une réponse d’ordre politique. J’ai donc beaucoup de mal à croire au sérieux de leur démarche. »

Bref, tant que la volonté politique n’y sera pas, le Luxembourg continuera à financer ses retraites en investissant dans une firme qui le pollue avec des particules fines. À moins que ce ne soit un plan très cynique et subtil pour faire baisser le nombre de futur-e-s retraité-e-s, difficile d’y voir beaucoup de sens.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.