Exposition collective
 : Effets secondaires aggravés

« Side Effects of Reality », la nouvelle exposition du duo Karolina Markiewicz et Pascal Piron, détricote la triste réalité de l’Europe actuelle en la confrontant à ses grands mythes et à ses penseurs – déprimant, mais nécessaire.

(Photos : galeries Dudelange)

Attention : c’est du lourd. Dès l’entrée, le spectateur est confronté à l’image d’une maison luxueuse de la banlieue luxembourgeoise, une Ferrari plantée devant le garage. Une inscription en néon sur la maison demande : « What do you offer your friends to make them so supportive ? » Extraite de la pièce « 4.48 Psychosis », la dernière qu’écrivit la dramaturge britannique Sarah Kane avant de se donner la mort, la citation prend dans ce contexte une double signification. D’une part dénonciation de l’époque contemporaine, celle où devant le désastre qui prend de l’ampleur quasi quotidiennement les gens se retirent de plus en plus dans des valeurs creuses – critique du « nation branding » oblige -, et d’autre part lien avec le travail antérieur de Markiewicz qui avait mis en scène ladite pièce à la Kulturfabrik en mai 2005.

Mais ce n’est que le premier coup de massue préparé par le couple d’artistes. Pas moins de trois nouvelles vidéos (et une, « De rerum natura », déjà montrée à la BlackBox du Casino en 2016) sont parsemées dans l’espace de la galerie. La première, « Mickey », se base sur une anecdote : en plein tournage à Auschwitz-Birkenau de Karolina Markiewicz et Pascal Piron, une trouvaille assez rare a été faite. Celle d’une figurine du célèbre héros de Walt Disney datant des années 1930, donc ayant appartenu à un enfant gazé dans le camp de concentration. Tandis que la figurine est présente par le biais d’une réplique imprimée en 3D, la vidéo tournée sur place en est imprégnée aussi. L’actrice de théâtre française Amandine Truffy y incarne une revenante de passage au lieu du massacre, le lieu où elle n’a pas seulement perdu sa vie, mais aussi son jouet. Autre revenante, mais plutôt sur le mode zombie : Kazia, une femme fantôme qui hante les caves de l’ancien ghetto de Varsovie, la rue Opatowa et le cimetière juif. Elle – incarnée par la performeuse (et collaboratrice de Roméo Castellucci) Silvia Costa – semble s’attacher aux quelques bribes de son histoire qu’elle est condamnée à répéter pour l’éternité.

Finalement, une référence à l’Antiquité clôt le cycle de vidéos. « Eos + Aeneas » montre le dialogue entre la déesse de l’aurore et Énée, le fondateur de Rome, qui fait ici figure de premier réfugié de la mythologie gréco-romaine. Complètement saoule, assise au bord de sa piscine, la déesse refuse de laisser le soleil se lever pour qu’Énée et ses protégés puissent traverser la frontière de la nuit.

À côté des films, les artistes ont encore décliné les « Neon Thoughts » – de la série décrite en début d’article -, convoquant au fil des motifs des figures intellectuelles européennes comme Jean Jaurès, Pier Paolo Pasolini et encore Louis Aragon. Le tout est sublimé par une série de bâtons lumineux accrochés sur les murs et par des tableaux qui font écho aux vidéos.

Ceux qui verront dans « Side Effects of Reality » un cirque d’horreurs ne pourraient pas se tromper plus. Les histoires présentées et assemblées sont bien graves, mais leur mise en espace n’a rien de morbide. C’est plutôt un reflet – certes un peu intellectuel – des temps qui courent. Par des artistes qui prennent au sérieux leur rôle politique dans le monde de l’art contemporain et qui l’assument. Une raison de plus d’y aller, puisque cette exposition risque bien d’être la dernière à avoir lieu dans cette galerie. Même si la date demeure inconnue, il est certain que les CFL vont la raser, afin d’y construire un tunnel.

Jusqu’au 27 octobre à la galerie Dominique Lang à Dudelange.

Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.