Tim Burton : Peculiar indeed


Enfin ! Tim Burton renoue avec la magie de ses grands classiques. Même si « Miss Peregrine’s Home for Peculiar Children » est moins gothique, toute la brillance et toute la folie des œuvres passées sont de retour.

1392kino

Soirée familiale pas comme les autres.

Tout commence bien sûr avec un loser. Jake a 16 ans et vit en Floride : mis à l’écart par ses congénères, ignoré par des parents égoïstes, il ne lui reste que son grand-père, Abe. Celui-ci lui a raconté depuis sa petite enfance l’histoire de sa vie : il a grandi dans un foyer pour « enfants spéciaux » après avoir dû quitter sa Pologne natale à la fin des années 1930. Ce foyer, situé sur une petite île britannique, était sous la surveillance d’une certaine Miss Peregrine. Y vivaient d’étranges créatures : Emma, maîtresse des airs et plus légère que cet élément, la petite Bronwyn forte comme une centaine d’hommes, Horace qui a des rêves prophétiques ou encore Olive qui, elle, maîtrise le feu… et bien d’autres encore. Un jour, Jake reçoit un appel inquiétant de son grand-père, qui dit ne plus pouvoir se défendre contre le mal. Croyant à une crise de démence, il se hâte pour le rejoindre – et le retrouve éborgné et gisant dans son jardin. Son aïeul lui enjoint de retrouver l’île de son enfance et de chercher ce qui s’est passé le 3 septembre 1940 avant d’exhaler sa dernière respiration.

Persuadés par la psychiatre de Jake, lui et son père s’en vont pour cette île mystérieuse afin d’accomplir la dernière volonté du grand-père. Mais les choses sur Cairnholm ne sont pas ce qu’elles semblent être…

Et ce n’est que le début de l’aventure, qui enlève le spectateur vers un monde fantastique où les retournements de situation sont haletants et où les personnages se déploient comme des arcs-en-ciel. Certes, la trame de base est classique : un loser avec un don spécial vit une aventure, doit se battre contre le mal et à la fin est récompensé par de nouveaux amis et une nouvelle assurance. Mais le grand huit emprunté par Tim Burton pour raconter cette histoire en vaut bien la chandelle.

Car il fait un savant mélange – déjà contenu en partie dans le roman de Ransom Riggs, sur lequel il se base – de différents récits qui se superposent. D’abord la situation de l’Angleterre à la fin de l’année 1940, au comble de la terreur par les airs, lorsque les avions de Himmler la bombardaient presque chaque jour. Puis la troupe d’êtres extraordinaires qui fait inéluctablement penser à l’univers des « X-Men », aussi à cause de leur claustration forcée du reste du monde, car celui-ci ne les comprend pas. Le tout dans le cadre de la vie d’un garçon ordinaire, qui s’ennuie dans l’univers pavillonnaire de Floride où ne l’attendent qu’une vie sans péripéties et puis la mort.

1392telexxkinoS’y ajoute également une relation extraordinaire entre Jake et son grand-père – une combinaison atypique qui met de côté le modèle familial traditionnel. Car ni son père ni sa mère ne s’intéressent assez à lui pour voir ce que leur fils est capable de faire. Ce n’est pas un hasard s’il n’éprouve aucune hésitation à quitter leur monde pour vivre ses aventures.

Finalement, le casting est bien foutu aussi, quoiqu’un peu atypique. Eva Green, à qui on connaissait une certaine attirance pour le cinéma d’action – et de Bond Girl – campe une Miss Peregrine qui rappelle « Mary Poppins » en gothique et connaissant le maniement des armes. Asa Butterfield a peut-être trouvé avec le rôle de Jake un tremplin pour sa future carrière. Tandis que Samuel L. Jackson démontre une nouvelle fois tout son génie pour jouer l’adversaire maléfique et fou.

Donc, si vous voulez passer quelques heures pour retrouver votre enfance ou si vous voulez revivre le plaisir que vous avez ressenti en voyant « Beetlejuice » ou « Edward Scissorhands » – courez-y et pardonnez à Tim Burton les navets de ces dernières années !

Dans les salles. Tous les horaires sur le site.

L’évaluation du woxx : XXX


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged , .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.