JEAN-PIERRE ET LUC DARDENNE: Devenir père

Après „Rosetta“ et „Le fils“, les frères Dardenne reviennent avec un film sur l’adolescence en crise. Malgré une Palme d’or à Cannes, le film ne convainc qu’à moitié.

A l’Utopia.

La porte est fermée. La jeune femme qui porte un bébé dans ses bras, ne peut pas entrer dans son minuscule appartement, son copain l’a loué à des tiers pour se faire un peu de fric. Elle redescend dans la rue avec son poupon, va rejoindre le père de l’enfant, installé dans un abri de circonstance près d’une route. Le père n’a pas encore vu sa progéniture.

La fugue

La première scène qui montre les jeunes parents en dit long sur leur relation. Une jeune femme qui cherche la tendresse de son copain, qui voudrait se créer une ambiance de famille, et un jeune homme vaguement attaché à elle, mais qui pense surtout à l’argent. Le bébé ne l’intéresse pas. De ce point de départ, Jean-Pierre et Luc Dardenne tirent une histoire sur la misère sociale et sur les jeunes en détresse. Sans boulot, sans perspective, Sonia (Déborah François) et Bruno (Jérémie Renier) forment un couple à la rue, errant entre un asile de nuit et un dispensaire social. Leur amour s’exprime par des gestes qui mêlent tendresse et violence, leur jeunesse par des fugues écervelées et des achats de fringues aux prix démesurés.

Mais au-delà de ce portrait social, les réalisateurs développent avant tout le sujet éducatif: Bruno le troqueur et voyou, conditionné par la soif d’argent, va faire un difficile apprentissage du concept de responsabilité. Une revendeuse d’objets volés lui dit: „Il y a des gens qui paient pour adopter.“ C’est en suivant cette suggestion que Bruno, tout juste devenu père, va franchir la limite entre la délinquance juvénile et la criminalité, sans apparemment se rendre compte de ses actes, s’enlisant de plus en plus dans des histoires mensongères. Ce n’est qu’au moment où il s’apprête à vendre son enfant, forcé pour la première fois à un réel contact avec le nourrisson, qu’il commence à réaliser l’envergure de sa décision.

Avec „L’enfant“, les frères Dardenne restent fidèles à leur sujet préféré: l’adolescence en processus de maturité. Ils emballent un conflit humain profond dans une mise en scène très réaliste. Les liens entre „L’enfant“ et “ leur film prédécesseur sont sur ce point évident: dans „Le fils“, un jeune meurtrier avait été confronté au père de l’enfant qu’il avait tué.

Métamorphose

Mais dans ce film, il avait été sans importance que l’histoire soit assez invraisemblable: son développement avait été tellement poignant et le jeu des deux acteurs principaux tellement convaincant que la question du réalisme ne se posait même pas. Avec „L’enfant“, ce n’est pas le cas. Le rythme du film est moins soutenu, les invraisemblances dans le développement de l’histoire ressortent beaucoup plus, tout paraî t un peu construit. Et le protagoniste, même s’il est joué de façon impressionnante, ne réussit pas vraiment à nous toucher.

Il reste que „L’enfant“ est un film intéressant, parfois choquant. Sans un mot de trop, juste par quelques dialogues parcimonieux et une caméra qui semble filmer à fleur de peau une reality show d’un autre style, les frères Dardenne réussissent à faire fonctionner ce qui s’annonce comme une fuite devant la réalité et se termine en passage à l’âge adulte. Dommage que la fin ne reste pas dans ce concept, donnant à un film éducatif dans le bon sens du terme une touche d’eau de rose.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged , .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.